Des scientifiques ont créé une langue artificielle capable de détecter les mauvais whiskies

Marion LHostis Contributrice
11 août 2019 à 18h40
0
verre de whisky

Des scientifiques écossais ont annoncé ce mardi avoir mis au point une langue artificielle qui servirait à distinguer les bons whiskies des mauvais. Un moyen d'établir l'authenticité de n'importe quel pur malt et ainsi de lutter contre les produits contrefaits.

Cette langue artificielle aurait sûrement fait fureur à la Cour de France, lorsque le goûteur était régulièrement sollicité pour vérifier que les mets servis au Roi étaient bien consommables. La langue intelligente a été imaginée pour ressembler à l'organe humain et reproduit avec talent ses capacités.

Une technologie inspirée de la langue humaine

Si le petit appareil ne ressemble visuellement en rien à notre organe du goût, il a été pensé pour différencier les saveurs créées par des compositions chimiques particulières. « Nous appelons cela une langue artificielle car elle agit de la même façon qu'une langue humaine » a ainsi déclaré Alasdair Clark, l'un des ingénieurs qui s'est exprimé sur le projet. « Comme nous, elle ne peut pas identifier individuellement les produits chimiques qui rendent le café différent du jus de pomme, mais elle peut facilement faire la différence entre des mélanges chimiques complexes ».

De minuscules capteurs en or et aluminium sont placés sur une plaquette en verre et jouent le rôle de nos papilles gustatives. Pour faire passer le test de la langue artificielle à un whisky, il suffit de verser un peu du liquide à tester sur cette fine plaque et d'observer la réaction lumineuse des capteurs. La composition singulière des produits va en effet engendrer un résultat propre qui sera analysé par les chercheurs. Les scientifiques pourront ensuite définir une identité propre à chaque liquide.


langue artificielle

Identifier les whiskies contrefaits

L'expérience a démontré que la langue artificielle pouvait différencier des whiskies selon leur âge (12, 15 ou 18 ans), ou encore reconnaître, avec un taux de réussite de plus de 99 %, l'alcool d'une même marque lorsqu'il a vieilli dans des fûts différents. « Bien que les compositions chimiques (des whiskies) soient assez similaires, la manière dont nous avons conçu l'expérience signifie que nous pouvons toujours les séparer en tant qu'entités séparées » a expliqué Alasdair Clark.

Il est toujours désagréable de déchanter à la dégustation lorsqu'on pensait avoir acheté un merveilleux pur malt de 18 ans d'âge et que l'on se retrouve avec la plus commune des eaux de vie. Surtout que, les amateurs de pur malt vous le diront, le bon whisky a un coût. Cette nouvelle technologie pourrait ainsi permettre de lutter contre la contrefaçon de whiskies mais aussi, comme l'affirme Clark, à plus grande échelle, « être utilisé dans les tests de sécurité alimentaire ».

Source : The Guardian
5 réponses
6 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des députés proposent de taxer les véhicules en fonction de leur poids
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
La nouvelle Livebox d'Orange est enfin dévoilée !
Red Dead Redemption 2 : la version PC réclamera
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Le gouvernement américain bannit huit nouvelles entreprises chinoises de la tech
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top