Microsoft ne veut pas priver les gouvernements de reconnaissance faciale

Mathieu Grumiaux Contributeur
05 février 2019 à 08h29
0
Brad Smith
Brad Smith, président des affaires juridiques de Microsoft © Microsoft

Microsoft ne comprend pas les différentes polémiques sur l'utilisation de ses technologies de reconnaissance faciale et explique qu'elle peut sauver de nombreuses vies.

La reconnaissance faciale est un sujet sensible. La technologie est utilisée dans de nombreux domaines avec des résultats prometteurs, comme la santé. Mais de nombreuses associations s'inquiètent de son emploi par des gouvernements plus ou moins démocratiques à des fins de surveillance des citoyens.

Une technologie aux résultats prometteurs dans de nombreux domaines

Ces critiques, Microsoft les entend mais ne les comprend visiblement pas. Le président des affaires juridiques de l'éditeur, Brad Smith, a fermement rejeté l'idée défendue par les associations de refuser l'accès aux systèmes de reconnaissance faciale aux gouvernements quels qu'ils soient.

« Une interdiction générale de tous les usages gouvernementaux va manifestement trop loin et risque d'avoir un effet humanitaire désastreux » explique t-il à Business Insider, donnant ensuite quelques exemples concrets où la technologie de reconnaissance faciale est employée de façon bénéfique.

Brad Smith cite l'Institut américain de recherche sur le génome humain, qui utilise la reconnaissance du visage pour détecter le syndrome de DiGeorge, une maladie génétique rare, difficile à détecter et touchant l'Afrique, l'Asie et l'Amérique Latine. « Ce sont des troubles qui entraînent une insuffisance cardiaque ou des problèmes rénaux. Pourquoi devrions-nous empêcher un gouvernement d'aider à identifier les patients qui ont besoin de soins médicaux ? » questionne le vice-président de Microsoft.

Il cite également le domaine de la police, où la technologie pourrait être utilisée dans le cadre d'une recherche d'individus disparus en analysant rapidement les images de vidéo-surveillance.

Microsoft se pose en juge et partie

Pourtant, l'entreprise qu'il représente n'est pas naïve et sait que certaines utilisations de ses logiciels pourraient avoir des effets néfastes sur la vie privée des citoyens. « Nous sommes très inquiets des situations dans lesquelles la technologie de reconnaissance faciale pourrait être utilisée de manière à causer des préjugés ou une discrimination ».

C'est pourquoi il se déclare favorable à une réglementation stricte de l'utilisation de ces outils. Et pour cela, il enjoint les gouvernements à se conformer aux règles éthiques mises au point par Microsoft. La société se pose comme garante des libertés fondamentales, sous couvert de l'inaction des pouvoirs en place. « Les entreprises technologiques doivent agir de manière proactive, car nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le monde entier réponde à cet appel à l'action. Nous devons donc mettre en place nous-mêmes les principes ».
5 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
Les salariés de Microsoft appellent leur direction à cesser d'être
En France, une campagne est lancée contre la

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top