Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans

17 janvier 2020 à 17h00
0
Reconnaissance faciale
© Shutterstock.com

L'UE voudrait interdire le recours aux technologies de reconnaissance faciale pendant quelques années, le temps de construire une véritable réglementation.

À force de vouloir aller trop vite, on risque de se brûler les ailes. C'est un peu le message que voudrait faire passer l'Union européenne s'agissant de la reconnaissance faciale, une technologie qui se révèle aussi utile que dangereuse et qui soulève de nombreuses questions éthiques. La Commission souhaiterait écarter l'utilisation de la technologie dans l'espace public pour une durée comprise entre trois et cinq ans. Le temps de mettre en place des mécanismes destinés à éviter les abus.

La Commission souhaite l'instauration de nouvelles règles pour protéger les citoyens européens et leurs données

Nos confrères de Reuters dévoilent que la Commission européenne a consigné dans un livre blanc de 18 pages un plan visant à dessiner l'avenir de la reconnaissance faciale sur le sol européen, alors que beaucoup dénoncent une technologie utilisée par les autorités et pouvoirs publics sur la base de l'intelligence artificielle dans le but de maintenir l'ordre et assurer la sécurité.


La Commission européenne souhaite clairement que de nouvelles règles soient introduites pour renforcer les réglementations existantes entourant la protection de la vie privée et les droits des données des citoyens de la zone.

« À partir de ces dispositions existantes, le futur cadre réglementaire pourrait aller plus loin et inclure une interdiction limitée dans le temps de l'utilisation de technologies de reconnaissance faciale dans l'espace public », précise l'autorité basée à Bruxelles dans ce livre blanc.

L'utilisation de la reconnaissance faciale serait placée sous la surveillance d'autorités spécifiques

La durée de l'interdiction de la reconnaissance faciale pourrait être comprise entre trois et cinq ans. Cette longue période permettrait le développement d'une méthodologie d'évaluation des impacts que peut avoir la technologie dans le futur. À ce titre, les développeurs et utilisateurs de l'intelligence artificielle se verraient imposer des obligations et dépendraient d'autorités étatiques ou européennes chargées de veiller au respect des nouvelles réglementations.


En France, Cédric O, le secrétaire d'État au Numérique, faisait part en décembre dernier de l'ouverture possible d'une phase d'expérimentation en France de six mois à un an concernant l'utilisation de la reconnaissance faciale en temps réel sur les images de vidéosurveillance.

La Commission européenne précise justement que des dérogations, durant cette période de trois à cinq ans, pourraient être accordées pour des projets liés à la sécurité ou en matière de recherche et développement. Les propositions de la patronne du numérique de la Commission, Margrethe Vestager, sont attendues pour le mois prochain.

Source : Reuters
Modifié le 17/01/2020 à 17h22
66
25
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
Air France et l'Airbus A380 : c'est fini, et avec deux ans d'avance
Vers une possible suppression de la TVA sur les voitures électriques ?
À Singapour, une peine de mort prononcée... par ZOOM
DOOM Eternal : id Software annonce le retrait de l'anti-triche Denuvo
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
Les constructeurs tentent l'aventure de la voiture électrique depuis près de 50 ans
L'application de traçage des contacts d'Apple et Google est désormais disponible
scroll top