Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans

17 janvier 2020 à 17h00
0
Reconnaissance faciale
© Shutterstock.com

L'UE voudrait interdire le recours aux technologies de reconnaissance faciale pendant quelques années, le temps de construire une véritable réglementation.

À force de vouloir aller trop vite, on risque de se brûler les ailes. C'est un peu le message que voudrait faire passer l'Union européenne s'agissant de la reconnaissance faciale, une technologie qui se révèle aussi utile que dangereuse et qui soulève de nombreuses questions éthiques. La Commission souhaiterait écarter l'utilisation de la technologie dans l'espace public pour une durée comprise entre trois et cinq ans. Le temps de mettre en place des mécanismes destinés à éviter les abus.

La Commission souhaite l'instauration de nouvelles règles pour protéger les citoyens européens et leurs données

Nos confrères de Reuters dévoilent que la Commission européenne a consigné dans un livre blanc de 18 pages un plan visant à dessiner l'avenir de la reconnaissance faciale sur le sol européen, alors que beaucoup dénoncent une technologie utilisée par les autorités et pouvoirs publics sur la base de l'intelligence artificielle dans le but de maintenir l'ordre et assurer la sécurité.


La Commission européenne souhaite clairement que de nouvelles règles soient introduites pour renforcer les réglementations existantes entourant la protection de la vie privée et les droits des données des citoyens de la zone.

« À partir de ces dispositions existantes, le futur cadre réglementaire pourrait aller plus loin et inclure une interdiction limitée dans le temps de l'utilisation de technologies de reconnaissance faciale dans l'espace public », précise l'autorité basée à Bruxelles dans ce livre blanc.

L'utilisation de la reconnaissance faciale serait placée sous la surveillance d'autorités spécifiques

La durée de l'interdiction de la reconnaissance faciale pourrait être comprise entre trois et cinq ans. Cette longue période permettrait le développement d'une méthodologie d'évaluation des impacts que peut avoir la technologie dans le futur. À ce titre, les développeurs et utilisateurs de l'intelligence artificielle se verraient imposer des obligations et dépendraient d'autorités étatiques ou européennes chargées de veiller au respect des nouvelles réglementations.


En France, Cédric O, le secrétaire d'État au Numérique, faisait part en décembre dernier de l'ouverture possible d'une phase d'expérimentation en France de six mois à un an concernant l'utilisation de la reconnaissance faciale en temps réel sur les images de vidéosurveillance.

La Commission européenne précise justement que des dérogations, durant cette période de trois à cinq ans, pourraient être accordées pour des projets liés à la sécurité ou en matière de recherche et développement. Les propositions de la patronne du numérique de la Commission, Margrethe Vestager, sont attendues pour le mois prochain.

Source : Reuters
Modifié le 17/01/2020 à 17h22
60
24
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
Le processeur AMD Threadripper 3990X peut faire tourner Crysis… Sans carte graphique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top