IBM mettra en service son plus gros ordinateur quantique de 53-qubits en octobre

Benoît Théry
Publié le 23 septembre 2019 à 10h43
IBM Q ordinateur quantique

IBM s'apprête à mettre en ligne son 14e ordinateur quantique, soit son plus puissant jusqu'à présent. Cette mise en ligne interviendra seulement neuf mois après que la marque a annoncé son premier ordinateur quantique à vocation commerciale.

Par rapport à ce précédent modèle, qui utilise 20 « qubits », le nouvel ordinateur quantique en utilise 53.

Toujours plus de qubits

Ces qubits sont à la base des ordinateurs quantiques : ils sont utilisés pour le stockage et le traitement des données. Cet article du CNRS détaille ce que sont les qubits et ce qu'ils impliquent : alors que les bits « conventionnels » ne peuvent avoir que deux états clairement distincts (0 et 1, en fonction du passage ou non du courant électrique), les qubits, eux, peuvent avoir les deux états à la fois. On parle de superposition.

En outre, les qubits peuvent interagir : on parle d'intrication. En utilisant superposition et intrication, l'ordinateur peut déterminer la totalité des résultats possibles d'un calcul en une fois, là où un ordinateur devra les calculer un à un.

Mais le CNRS explique également la difficulté pour un ordinateur de disposer d'un grand nombre de qubits : la nature instable des qubits. L'article cite Sébastien Tanzilli, de l'Institut de physique de Nice : « Pour qu'un ordinateur quantique fonctionne, il faut que ses qubits conservent leurs propriétés quantiques le temps du calcul. Or, du fait des interactions avec l'environnement (champ magnétique, lumière, agitation thermique...), tout pousse un système quantique à perdre ses propriétés. Et cela est d'autant plus vrai que le système contient plus de qubits ».


C'est là la prouesse du nouvel ordinateur quantique d'IBM. Il passe de 20 à 53 qubits par rapport à l'ordinateur précédent, et se révèle être l'appareil de son genre le plus puissant jusqu'à présent. Le directeur d'IBM Research, Dario Gil, explique : « Le nouveau système quantique est important, car il assure un réseau plus conséquent et donne la possibilité aux utilisateurs de mener des expériences d'intrications et de connectivité encore plus complexes ».

Potentiel quantique

Certes, Google a annoncé en 2018 avoir créé un ordinateur de 72 qubits, mais sans faire la preuve de leurs intrications. Dans la course à l'informatique quantique, IBM est déjà en concurrence avec Google, Microsoft, Intel, Honeywell, IonQ, etc.

Mais comme pour les bits sur les anciennes consoles de jeux, le nombre de qubits n'est qu'un seul indicateur du potentiel d'un ordinateur. IBM préconise l'utilisation d'un concept qu'il nomme « volume quantique » pour juger de la puissance d'un ordinateur quantique. CNet explique que celui-ci tient compte du nombre de qubits d'un ordinateur quantique, mais aussi de la puissance de calcul effective que l'ordinateur peut tirer de ces qubits si instables.


Et à ce petit jeu (probablement adressé aux 72 qubits de Google), IBM vérifie la loi de Moore : son ordinateur quantique a atteint un volume quantique de 4 en 2017, 8 en 2018 et 16 avec le Q System One dévoilé au début de l'année et ses 20 qubits. Le nouvel ordinateur quantique affichera-t-il 32 ?

Source : CNet
Benoît Théry
Par Benoît Théry

Je veux tout savoir, et même le reste. Je me passionne pour le digital painting, la 3D, la plongée, l'artisanat, les fêtes médiévales... Du coup, j'ai toujours des apprentissages sur le feu. Actuellement, j'apprends à sourire sur mes photos de profil.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (7)
toug19

" il faut que ses qubits conservent leurs propriétés quantiques le temps du calcul. Or, du fait des interactions avec l’environnement (champ magnétique, lumière, agitation thermique…), tout pousse un système quantique à perdre ses propriétés."
On se croirait revenu au temps de l’analogique

MugenII

Excusez moi mais je pense qu’il manque un petit quelque chose dans cette phrase :
“Certes, Google a annoncé en 2018 avoir créé un ordinateur de 72 bits, mais sans faire la preuve de leurs intrications.”
Ne devrait-ce pas être 72 qubits ?

Vanilla

C’est quoi l’analogique pour toi ??

Vanilla

Oui c’est 72 qubits bien sûr

tfpsly

Ça bouge beaucoup dans le domaine ce weekend :

MIT Tech Review - Google researchers have reportedly achieved “quantum supremacy”

According to a report in the Financial Times, a team of researchers from Google led by John Martinis have demonstrated quantum supremacy for the first time. This is the point at which a quantum computer is shown to be capable of performing a task that’s beyond the reach of even the most powerful conventional supercomputer. The claim appeared in a paper that was posted on a NASA website, but the publication was then taken down. Google did not respond to a request for comment from MIT Technology Review. […]

Ici “supprémacie quantique” = en gros résoudre en un temps linéaire ou plus rapide un problème qui prendrait un temps exponentiel/quasi infini (plusieurs milliers d’années) à un ordinateur classique.

Sur le site du FT et Wikipedia :

Google claims to have reached quantum supremacy with an array of 54 qbits out of which 53 were functional, which were used to perform an series of operations in 200seconds that would take a supercomputer about 10,000 years to complete"

Sinic

Exact. Je corrige.

dmdo72

La puissance de calcul des nouveaux superordinateurs est effrayante.
Ils vont finir par anticiper nos questions ce qui revient plus ou moins à lire dans nos pensées…
Fascinant comme disait Monsieur Spock.