La Cité des Sciences voyage entre science et fiction jusqu'à juillet

10 février 2011 à 13h37
0
012C000003992698-photo-expo-science-et-fiction.jpg
Jusqu'au 3 juillet prochain, l'exposition Science et Fiction propose à la Cité des Sciences de la Villette, à Paris, une découverte des rapports entre les sciences les plus dures et l'imagination la plus féconde. Romans, films, jeux vidéos ou bandes dessinées, tous s'inspirent - et parfois inspirent - la science, de la robotique à la conquête de l'espace, en passant par la relation de ce dernier au temps.

Le voyage commence dans l'espace. Quelques livres, un fusée en forme de train, sortie d'un canon et de l'imagination de Jules Vernes. Nous sommes chez les précurseurs. Verne, mais aussi Voltaire et son Micromégas pour la littérature, Georges Méliès et Fritz Lang pour le cinéma. Le décor et le ton sont posés : la science-fiction, ce n'est pas qu'une affaire d'enfants imaginatifs, les plus grands s'y essaient. Pour preuve, ces grands scientifiques, également parmi les meilleurs auteurs de science-fiction. Asimov n'a-t-il pas énoncé les trois lois de la robotique, et Arthur C. Clarke imaginé les satellites géostationnaires ?

Et forcément, quand on remonte aux sources, on tombe dans l'espace. Rêves de conquête et de gloire pour des générations, c'est pendant la guerre froide que l'espace a le plus inspiré. Guerre froide oblige, évidemment, puisque l'époque était propice à la course aux étoiles. Méliès, inventeur de la narration cinématographique, n'a pas connu la guerre froide - il n'a même pas vécu la seconde guerre mondiale, en fait - mais envoyait déjà ses héros dans la Lune. Magie du domaine public, on peut retrouver Voyage dans la Lune sur Youtube :



L'écran géant change de séquence. Autre film, autre époque, les scientifiques du moment ne ressemblent plus à un Merlin l'Enchanteur de Walt Disney, mais à de gros bonshommes Michelin équipés d'une visière. Une autre borne nous apprend justement les contraintes liées aux combinaisons spatiales, et leur évolution au fil des missions. Poids, résistance au vide, au froid, aux particules... On commence alors à comprendre l'intérêt de l'exposition. Ludique et visuelle, c'est aussi une mine d'information pour tous les niveaux. Les néophytes saisiront quelques-unes des clés qui permettent d'appréhender la science au travers de la science-fiction, quand les plus avertis pourront faire chauffer leurs neurones sur certains des plus étonnants problèmes soulevés - à ce titre, l'équation de décalage de temps lors d'un voyage à une vitesse proche de celle de la lumière est des plus convaincantes.

012C000003992700-photo-expo-science-et-fiction.jpg
012C000003992702-photo-expo-science-et-fiction.jpg


La suite est plus connue. Star Wars, Star Trek, Battlestar Galactica, Retour vers le futur, Le cinquième élément ou I, Robot éclairent chacun à sa façon les questions de l'espace, du temps, de la robotique, de la manipulation du vivant, ou des sociétés extraterrestres. On en apprend autant sur la génétique ou la mécanique que sur le space-opéra ou la fiction sur la robotique. On peut regretter l'absence de certains genres - le cyberpunk, dont le fondateur William Gibson n'est visiblement pas du goût des commissaires d'exposition - ou le peu d'espace laissés au réseau. La salle dédiée à Matrix fait ici figure d'exception, mais tient plus de la performance artistique que de l'analyse d'oeuvre.

0096000003992706-photo-expo-science-et-fiction.jpg
On note les efforts faits sur la mise en scène : reconstitution en taille réelle d'un Viper de Battlestar Galactica et d'un robot dédié au prélèvement d'échantillons sur Mars, costumes tirés des plus grands films de science-fiction, bornes interactives (dont une table Surface) pour jouer à poser un vaisseau spatial ou comprendre l'importance de la gravité des planètes dans la trajectoire d'une navette, etc. Des écriteaux complètent aussi régulièrement les thématiques présentées, renvoyant aux principales oeuvres littéraires et cinématographiques, et rendant un peu sa place aux romans, malheureusement un peu évincés à cause de leur manque de visualité.

Au final, l'exposition peut plaire aux plus technophiles comme aux plus réticents à la science et à la science-fiction. L'exposition est néanmoins assez longue et dense, il faudra donc prévoir le temps de rentabiliser son billet d'entrée. Un mini-site a spécialement été conçu par la Cité des Sciences au moment de l'ouverture de l'exposition, en octobre dernier.

Pour en savoir plus :
Science et fiction - aventures croisées
Cité des Sciences de la Villette à Paris
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

FLoC, le descendant des cookies tiers de Google : c’est quoi en fait ?
House of the Dragon, le prequel de Game of Thrones, dévoile ses premières images
Cloudpunk annonce un premier DLC ambitieux, City of Ghosts, pour
Blue Origin lance une vente aux enchères pour devenir le premier touriste spatial à bord de New Shepard
Le Dernier Voyage : un trailer pour l'ambitieux film de SF français, attendu au cinéma le 19 mai
Stadia : les départs se multiplient parmi les responsables du service
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
L'écran PC Asus TUF Gaming passe sous la barre des 200€
BMW i Hydrogen Next : production prévue en 2022, mais pas de commercialisation à l'horizon
Le prix en France de la nouvelle Hyundai Ioniq 5 enfin dévoilé
Haut de page