Sanction RGPD : premier dégât à 250 000€ pour Optical Center

Par ,
le 16 juin 2018
 0
À peine deux semaines après l'entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données, un premier cas de sanction a été relevé en France. La CNIL a ainsi dressé une amende de 250 000€ à Optical Center, qui a laissé fuiter les données personnelles de ses clients.

C'est une faille de sécurité qui date de 2017. À cette époque, la CNIL a été informée d'une « fuite de données conséquentes », certains internautes ayant pu accéder à des centaines de factures d'autres clients, à leurs données de santé et à leurs numéros de sécurité de sociale.

cnil


Au total, plus de 3 millions de documents confidentiels téléchargeables depuis le site d'Optical Center. L'entreprise avait réagi en expliquant « qu'effectivement le site web ne vérifiait pas que les clients étaient connectés à leur compte client avant d'afficher les factures. »

Malgré une réaction rapide, pour la CNIL l'entreprise a enfreint l'article 34 de la loi Informatique et Libertés qui prévoit une amende maximale de 3 millions d'euros.

Optical Center déjà épinglé par la CNIL


Avec le RGPD, les pouvoirs de la CNIL ont augmenté et l'organisme estime que la protection et la confidentialité des données devraient être une priorité pour toutes les entreprises, dont Optical Center. D'autant plus que ce n'est pas la première fois que l'opticien n'est pas en règle. En 2015, il s'était vu infliger une amende de 50 000 € pour défaut de sécurité.

optical center logo_cropped_220x220


La CNIL a ainsi décidé de rendre publique cette affaire « en raison de la sensibilité particulière des données mises gratuitement à disposition, du nombre de clients impactés et du volume de documents contenus dans la base de données de l'entreprise au moment de l'incident. »

Un coup de chance ?


L'amende de 250 000 euros est la plus élevée jamais imposée en France. Mais cela aurait pu se passer bien différemment si la faille avait été décelée après la mise en application du RGPD : Optical Center aurait pu se voir infliger une amende montant jusqu'à 20 millions d'euros.
Modifié le 14/06/2018 à 16h39
scroll top