Facebook et Insta abandonnent profil racial et convictions politiques dans leur ciblage pub

10 novembre 2021 à 11h45
5
Meta logo © Meta / Facebook
© Meta

Dès 2022, il ne sera plus possible pour les annonceurs de personnaliser le ciblage de leurs publicités en s'appuyant sur des sujets considérés comme sensibles sur les réseaux sociaux appartenant à Meta.

L'entreprise a annoncé vouloir supprimer certaines catégories concernant l'orientation sexuelle et politique, la religion et la santé.

Des catégories sensibles supprimées

Dans un post de blog, Graham Mudd, vice-président du marketing produit chez Meta, a annoncé les changements concernant les options de ciblage avancé disponibles pour les publicités. Jusqu'à présent, il était possible pour les entreprises ou organisations de personnaliser la diffusion de leurs publicités en ciblant des sujets précis pouvant toucher aux centres d'intérêt des utilisateurs des réseaux sociaux de Meta, ou aux causes leur tenant à cœur.

Ce ne sera plus possible dans certains cas à partir du 19 janvier 2022, avec la suppression des catégories concernant des causes, organisations et personnalités publiques liées à des sujets considérés comme sensibles, comme l'orientation sexuelle, la santé, la religion ou la politique. Graham Mudd donne comme exemples de catégories supprimées des sujets comme « fêtes juives », « journée mondiale du diabète » ou « culture LGBT ». Le vice-président souligne que les options de ciblage supprimées reposaient sur les interactions des utilisateurs avec les contenus présents sur la plateforme, et non pas leurs caractéristiques physiques ou leurs attributs personnels.

Des suppressions pour limiter les abus

D'après Meta, ce changement intervient après des discussions avec des experts des droits civils et des parlementaires, qui ont exprimé leurs inquiétudes quant à l'utilisation abusive de ces catégories. Comme rappelé par Gizmodo, ProPublica avait rapporté en 2017 l'existence de catégories antisémites, créées automatiquement par des algorithmes. À l'époque, l'entreprise encore connue sous le nom de Facebook les avait rapidement supprimées, en promettant de mettre en place des garde-fous pour éviter que cela se reproduise. Mais, si cette suppression permettra de limiter les abus, elle va également limiter les capacités des petites organisations et associations à se promouvoir auprès de nouvelles personnes susceptibles de donner à leurs causes.

Les utilisateurs pourront également agir de leur côté dès aujourd'hui, avec de nouvelles options leur permettant de voir moins de publicités sur certains sujets, comme l'alcool, la politique, l'éducation des enfants ou les animaux de compagnie. L'entreprise a annoncé élargir ces sujets dès le début de l'année prochaine, en y ajoutant entre autres les jeux d'argent et la perte de poids.

Sources : Gizmodo , Meta

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
MisterDams
"Mais, si cette suppression permettra de limiter les abus, elle va également limiter les capacités des petites organisations et associations à se promouvoir auprès de nouvelles personnes susceptibles de donner à leurs causes. "<br /> En même temps les associations doivent aussi cibler des gens qui ne sont pas «&nbsp;ralliés&nbsp;» à leur cause, justement parce que sur des sujets de ce type c’est souvent leur rôle de sensibiliser le grand public.<br /> Si c’est pour s’exprimer qu’auprès de ceux qui les suivent/cautionnent, c’est contre-productif.<br /> En tout cas, Meta multiplie les petites attentions pour nettoyer son image ! Plus de reconnaissance faciale, plus de ciblage sur des critères déjà discutables (il me semble que certains sont déjà interdits en France)…<br /> On voit que les Facebook Files ont fait du mal et qu’il faut détourner l’attention.
clockover
On sait très bien que ces annonces sont pipeaux…
Urleur
Facehonte, c’est fini, surtout quand tu lis le rapport de Frances Haugen et pas que elle.
ABC
Ce qui est choquant, c’est que Facebook l’ai fait en toute impunité en se fichant de qui achetait ces données et quels en seraient les usages pendant des années. Avec ce nouveau label «&nbsp;Meta&nbsp;», ils tentent de se forger une virginité de facade. Mais avec les algorithmes, il sera toujours possible de cibler en fonction de l’origine ethnique (nous sommes tous de la même race), de la religion ou de l’orientation sexuelle en prenant des chemins différents ou en croisant les critères. Ça sera juste moins voyant.<br /> S’adresser à une communauté n’a rien de répréhensible ou d’immoral en soi. Ce qui l’est, c’est de le faire à des fins de nuisance ou de manipulation, comme ça a été trop souvent le cas. Par exemple lors des élections aux USA. Donc Facebook (Meta pour les intimes) signe ici un aveu d’échec dans sa capacité à protéger les utilisateurs de son réseau social en faisant des coupes dans les fonctions. Car superviser et modérer correctement Facebook coûterait tellement cher que s’ils faisaient leur travail comme il se doit, les marges fondraient comme neige au soleil.<br /> Quand c’est gratuit, c’est toi le produit. Mais au final, la rançon de cette gratuité peut nous coûter très cher, aussi bien sur le plan individuel que collectif.
norwy
Ce serait bien que Clubic communique sur les propos de la lanceuse d’alerte Frances Haugen auditée par la Commission Européenne.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La part de mineurs dans l'audience de Pornhub est impressionnante, selon le rapport du Sénat
Entre micmacs financiers et idéologiques, que révèlent les messages d'Elon Musk exposés par le procès Twitter ?
Greenpeace investit 1 million de dollars dans une campagne pour changer le Bitcoin
La carte d'identité numérique commence son déploiement sur iOS
David Elbaz, la course aux galaxies les plus lointaines avec le télescope James Webb
Découvrez les nouvelles voix de Google
Après Netflix, le CPF, Ameli... cette nouvelle arnaque par SMS concerne la vignette Crit'air
Le Dyson V8 Extra profite d'une remise à ne pas louper !
Windows 11 : vous avez des problèmes d'imprimante ? C'est
Comment ce cadre d'Apple s'est fait virer à cause d'une blague grossière tirée d'un film
Haut de page