Une chaîne espagnole piratée pour diffuser une interview de l'ancien président de la Catalogne

23 décembre 2019 à 14h50
0
carles puigdemont

Une interview de la figure de l'indépendantisme catalan pour la chaîne russe RT a été diffusée en direct sur la web TV d'une chaîne espagnole piratée.

Le site web de la chaîne de radio et télévision publique espagnole RTVE (Radiotelevisión Española), qui appartient à l'État, a été piraté. Les hackers ont réussi à diffuser une interview du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont accordée à RT (Russia Today).

Carles Puigdemont en direct sur RT

Cette attaque informatique à eu lieu le jeudi 12 décembre 2019. La vidéo en question est restée durant une bonne partie de l'après-midi sur la chaîne « 24 horas », disponible sur la page internet de RTVE. « Le site Web de RTVE a émis un signal vidéo interne non planifié de Russia Today sur l'une de ses chaînes à accès numérique », admet le groupe audiovisuel. Ce dernier ajoute que les pirates n'ont franchi aucune barrière de cybersécurité externe mais ont profité d'une « porte ouverte » présente sur le site.

D'après les chiffres de la RTVE, le flux vidéo n'a été que peu suivi, avec 864 visiteurs uniques et un pic de spectateur à 96. Les pirates ont remplacé le programme qui était prévu à ce moment, par le direct de la chaîne RT, commençant par l'entretien entre Carles Puigdemont et Rafael Correa, l'ancien président de l'Equateur. À la fin de l'émission, la web TV de la RTVE a continué de retransmettre le flux de RT, jusqu'à l'intervention des équipes techniques.

Brexit, Catalogne... la Russie toujours dans les bons coups

Nous ne savons pas, à ce jour, qui est à l'origine de ce piratage. Les deux pistes les plus crédibles mènent bien sûr à la Russie, dont les tentatives de déstabilisation en Europe sont bien connues, et à la Catalogne. L'Espagne est encore aujourd'hui déchirée par les désirs d'indépendance d'une partie de la population catalane. Un référendum officieux avait été organisé le 1er octobre 2017, et le oui à l'indépendance l'avait alors emporté. Quelques jours plus tard, Carles Puigdemont, président de la généralité de Catalogne à l'époque, déclarait l'indépendance de la province.

Il se rétractait peu après pour négocier avec le gouvernement espagnol, mais trop tard. La Catalogne avait alors été mise sous tutelle, les manifestations, sévèrement réprimées et les leaders indépendantistes emprisonnés. Carles Puigdemont, lui, a quitté l'Espagne à temps, se réfugiant notamment en Belgique. Il est encore aujourd'hui sous le coup d'un mandat d'arrêt européen émis par les autorités espagnoles. Le procès contre les leaders indépendantistes catalans a débouché sur des peines de prison allant de 9 à 13 ans.

Une décision de justice qui a soulevé de nouvelles manifestations et des scènes de guérilla urbaine en octobre 2019.

Source : E Hacking News
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top