Le FBI cherche à investir dans de nouveaux outils de surveillance des réseaux sociaux

17 juillet 2019 à 17h36
0
Chine surveillance Internet.jpg

Depuis plusieurs années, les réseaux sociaux sont un lieu de prolifération de diverses organisations, notamment criminelles, et le terrain de communication privilégié des groupes terroristes. Ce constat a amené le FBI à réfléchir à un nouveau projet d'investissement dédié à la surveillance des réseaux de communication.

Pour s'attaquer aux factions terroristes, et plus largement aux différentes menaces qui déstabilisent la sécurité du pays, le FBI souhaite investir dans de nouveaux outils permettant de recouper des informations sur ces espaces d'échanges, de recrutements et d'organisations qui se nichent parfois au sein des réseaux sociaux.

Renforcer la surveillance pour plus de sécurité

Dans un communiqué paru ce mois-ci, le FBI a fait un appel d'offre, visant à trouver le meilleur contrat avec une société proposant des services pointus de surveillance des médias. Le Bureau d'investigation du Ministère de la Justice américaine a ainsi déclaré qu'il souhaitait « acquérir des services d'abonnement à un outil d'alerte précoce des réseaux sociaux, afin d'atténuer les menaces multiformes, tout en assurant le respect de toutes les exigences de conformité en matière de vie privée et de libertés civiles ». Cette initiative a pour but de trouver des procédés fiables et plus performants que les dispositifs actuels, jugés insuffisants face aux menaces existantes.

Dans le RFP (Request For Proposal) qui détaille la proposition émise par le département de la Justice, le FBI affirme que : « La mission d'exploitation critique des réseaux sociaux permettra au Bureau de détecter, d'influer et d'enquêter sur un éventail de plus en plus vaste de menaces qui pèsent sur les intérêts nationaux des États-Unis ». L'aboutissement de ce projet serait donc de permettre de renforcer la surveillance des réseaux et de contrer le développement des différentes formes de communication utilisées par les organisations criminelles.

Concrètement, l'outil devrait permettre aux spécialistes de l'investigation de se voir ouvrir l'accès aux profils et à certaines données des utilisateurs de Facebook, Instagram, et autre réseaux sociaux. Des informations telles que les identifiants et adresses IP des internautes, mais aussi les coordonnées personnelles, comme les adresses email ou les numéros de téléphone, pourraient être consultées. Les tags, les lieux visités et tous les autres renseignements jugés utiles pourraient également être surveillés, tout comme l'intégralité de l'historique des personnes soupçonnées.

FBI

La liberté en question

Bien que le Bureau exprime sa volonté de protéger les données des utilisateurs, il semble néanmoins légitime que les citoyens américains s'interrogent. Les nouveaux outils de surveillance pourraient avoir pour conséquence d'entraver de manière importante la protection de la vie privée des internautes. Comment, en effet, mettre en place une surveillance plus poussée des groupes et individus suspects, sans violer en même temps les libertés individuelles ? Une question morale qui fait débat dans nos sociétés modernes, et particulièrement dans ce pays où la liberté individuelle est considérée comme la plus fondamentale des valeurs.

Source : Bitdefender
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top