Présidentielle : Marine Le Pen se déclare en faveur de la licence globale

01 mars 2012 à 17h19
0
La candidate à l'élection présidentielle représentant le Front National a donné les détails de son programme numérique. Marine Le Pen s'oppose au texte de la Hadopi, de la Loppsi 2 et de l'Acta et propose la mise en place d'une licence globale.

00FA000003809794-photo-marine-le-pen.jpg
Sur son site de campagne, la candidate du Front National livre ses pistes de réflexion au sujet du numérique et de la politique culturelle qu'elle compte mener. Marine Le Pen tient à défendre « l'excellence et l'originalité de la création culturelle française » en proposant plusieurs dispositifs de protection.

Le FN souhaite mettre en place des quotas de diffusion d'œuvres françaises à la télévision et à la radio. De tels mécanismes pourront également être appliqués au secteur du cinéma, précise le parti. Sa représentante propose par exemple d'encourager la production française en préservant « le système de l'avance sur recette, tout en devenant plus transparent et équitable. La cinémathèque française sera restaurée et la (re)diffusion des grandes œuvres du patrimoine cinématographique encouragée ».

Le parti souligne donc son ambition de préserver la création culturelle française. Le point avait déjà été évoqué notamment par le candidat socialiste François Hollande. Lors de l'annonce de son programme numérique, le représentant de gauche avait expliqué qu'il mettrait en place un « Acte 2 de l'exception culturelle à la française » en proposant une série de mesures destinées à soutenir la création française.

Autre proposition, Marine Le Pen insiste sur la nécessité de préserver la liberté d'expression sur Internet. Elle annonce ainsi qu'« une licence globale sera instaurée pour les échanges privés sur Internet, qui doivent rester libres. La liberté sur internet sera fermement défendue contre toute tentative (Hadopi, Loppsi 2, traité ACTA) visant sous divers prétexte de la restreindre ».

Sur ce dernier point, la candidate propose donc de légaliser les échanges entre internautes. Par contre, elle ne donne aucune précision sur les moyens de financer cette libéralisation. D'autres représentants politiques qui ont adopté la même ligne (EELV, République Solidaire) ont expliqué qu'ils financeraient cette légalisation par l'instauration d'une taxe ou l'affectation d'autres recettes (la Copie privée par exemple). Toutefois, la représentante du FN pourrait précise dans les jours à venir sa position sur le sujet.

Les propositions numériques des candidats

La rédaction a traité de l'ensemble des propositions numériques des candidats à l'élection présidentielle. Il est donc possible de consulter les positions des différents partis et de leurs représentants :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
Le navigateur Microsoft Edge s'enrichit de nouvelles fonctionnalités
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
Air France et l'Airbus A380 : c'est fini, et avec deux ans d'avance
Clap de fin pour Hadopi ? Le Conseil constitutionnel déclare ses pouvoirs contraires à la Constitution
Vers une possible suppression de la TVA sur les voitures électriques ?
À Singapour, une peine de mort prononcée... par ZOOM
DOOM Eternal : id Software annonce le retrait de l'anti-triche Denuvo
L'application de traçage des contacts d'Apple et Google est désormais disponible
scroll top