Le Conseil d'État se lance dans l'open data, pour rendre toutes ses décisions de justice accessibles

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité
01 octobre 2021 à 11h57
3
© Conseil d'État
© Conseil d'État

Plus haute juridiction administrative française, le Conseil d'État s'engage dans une démarche d'ouverture en mettant à disposition du public l'ensemble de ses décisions en open data.

La justice administrative se lance dans l'open data (ou données ouvertes). La première étape de cette ouverture des données publiques, qui vise à la diffusion et à l'accessibilité de ses décisions, consiste à rendre disponibles celles de sa juridiction étalon : le Conseil d'État. Ce dernier a annoncé, vendredi, l'ouverture de sa plateforme dédiée à l'open data : opendata.conseil-etat.fr, ouverte depuis le 30 septembre.

Toutes les décisions du Conseil d'État seront mises en ligne, de même que celles des juridictions administratives inférieures

Progressivement donc, le Conseil d'État va mettre en ligne, sur sa plateforme, l'intégralité des décisions de justice rendues chaque jour. La juridiction annonce qu'elles seront disponibles « selon les règles de confidentialité et les critères d'interopérabilité propres à l'open data ». Autrement dit, les décisions pourront être téléchargées en ZIP, avec un dossier qui contiendra la ou les décisions au format XML, pour favoriser la réutilisation et le partage des données par le plus grand nombre, dans le respect du cadre posé par la licence ouverte version 2.0 (sur la libre réutilisation de l'information, à condition d'en attribuer la paternité à la source).

Le Conseil d'État précise que les décisions seront versées sur la plateforme deux fois par mois. Elles seront classées dans un répertoire en fonction de l'année et du mois durant lesquels elles auront été rendues. Pour le moment, seul un échantillon de décisions est accessible depuis opendata.conseil-etat.fr, mais la juridiction promet d'intégrer prochainement un moteur de recherche à sa plateforme. Elle attend pour cela que le stock de décisions soit un peu plus fourni.

En attendant de s'améliorer dans la forme, voici à quoi ressemble la plateforme aujourd'hui, avec ici un exemple d'une liste de décisions téléchargeables au format XML (© Capture d'écran Clubic)
En attendant de s'améliorer dans la forme, voici à quoi ressemble la plateforme aujourd'hui, avec ici un exemple d'une liste de décisions téléchargeables au format XML (© Capture d'écran Clubic)

Notons que si pour le moment seules les décisions du Conseil d'État figurent sur la plateforme, les décisions des cours administratives d'appel et des tribunaux administratifs seront disponibles sur celle-ci, respectivement à compter du 31 mars et du 30 juin 2022. Tout cela se fait par ailleurs dans le cadre de la loi du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice.

Une plateforme qui vient en complément d'Ariane web, le site internet du Conseil d'État

La plateforme open data mise en ligne le 30 septembre 2021 promet d'être une vraie mine d'or pour toute personne qui recherche une décision précise. On peut la considérer comme étant en parallèle avec Ariane Web, la base de jurisprudence aux 270 000 décisions de justice du Conseil d'État et des cours administratives d'appel, que l'on peut retrouver sur le site de la plus haute juridiction administrative. Cette base est aujourd'hui une référence pour les spécialistes et professionnels du droit, puisqu'elle englobe de façon quotidienne les décisions qui ont un intérêt jurisprudentiel.

Ariane Web propose à ses utilisateurs de consulter des décisions, analyses ou commentaires au format HTML, directement téléchargeables, partageables ou imprimables. La base est plutôt bien construite et permet d'identifier facilement le document sollicité, grâce à diverses options de recherche. Une autre plateforme, Consilia Web, créée en 2015, permet, elle, de visionner les avis consultatifs rendus par le Conseil d'État sur divers sujets.

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité

Chargé de l'actualité

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM, école reconnue par la profession), pour écrire, interviewer, filmer, monter et produire du contenu écrit, audio ou vidéo au quotidien. Quelques atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la production vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et la musique :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (3)

rha93
En soit c est louable mais est-ce la priorité? On a encore vu ça et là des fraudes massives aux aides covid pour les entreprises , je ne sais plus combien de millions de fausses cartes vitales circulent, les fraudes (prestations sociales, controle technique auto et habitations)…Mais qu est ce qu on attend pour croiser les fichiers bon sang
Bretwa
Ahaha pas mal Jean !
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet