En France, un quart des internautes regarderaient la TV en direct via un service illégal

27 mai 2019 à 07h29
0
streaming vidéo

Hadopi lance une alerte quant à la croissance des pratiques illégales pour regarder des programmes TV en direct, en France. Le livestreaming et l'IPTV auraient, entre autres, les faveurs d'un quart des internautes français. Des services illicites qui ne seraient pas sans risque, d'après l'autorité publique.

La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet (Hadopi) ne sert pas qu'à sanctionner les internautes téléchargeant du contenu de façon illégale. Elle a également pour but de suivre les évolutions des usages des consommateurs, en particulier les techniques de piratage.

Livestreaming pour les matchs de foot


Dans cette optique, elle a conduit une enquête, avec l'institut de sondage IFOP, quant aux pratiques illégales utilisées par les Français pour regarder la télévision en direct. 1 800 internautes ont ainsi été sondés, entre le 27 novembre 2018 et le 3 janvier 2019.

D'après les résultats de cette étude, en France, 24 % des internautes ont recours à un service illicite pour regarder des programmes TV en direct. Parmi les techniques les plus employées, le livestreaming figure en tête de liste (17 %). Il serait particulièrement populaire chez les amateurs de foot, qui se rendraient sur des sites pirates pour éviter d'avoir à s'abonner aux (nombreuses) chaînes payantes.

En effet, cette année, les droits TV des principales compétitions européennes étaient répartis entre beIN Sports, Canal + et RMC Sport. Un fan de foot devait donc s'acquitter d'au moins 50 euros par mois pour voir l'ensemble des matchs (le prix variant en fonction des opérateurs et des offres). Cette dispersion aurait donc entraîné une hausse des pratiques illégales : beIN Sports avait ainsi estimé que 3,5 millions de Français s'adonnaient au livestreaming.

Attention : les pratiques illégales seraient risquées


Mais ce n'est pas la seule technique utilisée. Selon l'Hadopi, 14 % des internautes profitent d'une diffusion illicite sur les réseaux sociaux (Facebook Live, Periscope...) pour regarder des programmes TV.

Par ailleurs, 5 % des interrogés auraient recours à l'IPTV, boîtier permettant d'accéder illégalement à de multiples chaînes du monde entier, pour quelques euros par mois. Cette méthode resterait donc marginale, mais serait en forte croissance.

Pour l'Hadopi, cette étude n'a pas seulement pour but d'alerter les ayants droit, mais également de prévenir le public quant aux risques encourus. En effet, de telles pratiques pourraient exposer les enfants à des contenus inappropriés ou mettre en péril la sécurité informatique des appareils utilisés. Les utilisateurs pourraient également voir leurs données personnelles envoyées à des acteurs non identifiés. Il serait donc préférable de confier ces informations à des entreprises connues, pour s'assurer de leur confidentialité.

Source : Le Télégramme
21 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top