iOS 13 aurait mis un sacré coup au business des publicités géolocalisées

Pierre Crochart
Expert smartphone & gaming
15 janvier 2020 à 17h25
0
iOS 13 localisation permissions
© 9to5mac

L'outil demandant aux iPhonautes leur autorisation préalable de partager leurs données de localisation fait le malheur des régies publicitaires.

D'après Location Sciences, une entreprise spécialisée dans la collecte et la revente desdites données, le constat est sans appel : il y a beaucoup moins de données de localisation sur le marché.

Haro sur la collecte de données

Alors que le taux de collecte des données de géolocalisation avoisinait les 100 % en 2016, le simple fait de proposer aux utilisateurs·rices de refuser ce tracking aura suffi à faire s'effondrer les chiffres. Selon Benoit Grouchko, P.-D.G. de Teemo (une plate-forme de data marketing mobile), moins de 50 % des usagers·ères autorisent désormais la collecte d'informations relatives à leur position sur iPhone.

« Les gens ont décidé de mettre un terme au partage de leurs données de géolocalisation de façon universelle », constate Jason Smith, responsable business chez Location Sciences - une régie spécialisée dans ce type de données.

Une hostilité soudaine, dont les annonceurs éprouvent déjà les effets néfastes. « Cela a un impact sur la capacité à lier les utilisateurs qui font des recherches en ligne et qui achètent ensuite en magasin (...), la mesure du parcours des clients devient beaucoup plus opaque », regrette Paul Kasamias, Directeur associé pour Publicis Media Starcom.


Une dégringolade bien amortie

Une chute colossale, dont les effets seraient pourtant à minorer. Si la demande est désormais plus forte que l'offre sur le marché, les agences s'en frottent bien les mains. En réalité, cela leur permet surtout de vendre les données de localisation à un tarif bien plus élevé qu'auparavant ; leur rareté entraînant logiquement une inflation des prix.

Pourtant, certains avertissent sur les dérives potentielles de telles barrières appliquées à des données que les annonceurs s'arrachent. Doug Chisholm, P.-D.G. de Rippll (un autre spécialiste de la géolocalisation), admet notamment être régulièrement contacté par des entreprises en pleine croissance, lesquelles se vantent « d'avoir encore plus de données qu'il y a un an ».

Pour lui, il n'est pas impossible que « certains acteurs contournent le règlement, et attendent que l'Information Commissionier's Office (régulateur britannique des données) clarifie la situation. Dans tous les cas » précise-t-il encore, il n'a « constaté aucun changement dans le nombre ou le type de données qui sont collectées et revendues ». De quoi minimiser l'impact réel de la politique d'Apple, laquelle est d'ailleurs aussi suivie du côté d'Android, qui propose une solution similaire.


Et Jason Smith d'admettre, pour conclure, que si le positionnement GPS est bel et bien bloqué par les contre-mesures d'iOS 13, la localisation d'un individu peut toujours être déterminée de façon moins précise. « À la place (de la localisation GPS, NDLR), il y a un plus grand volume de données de faible qualité, que ce soit via l'opérateur de téléphonie ou les données relatives à l'IP ». De faible qualité, mais disponibles donc.

Via : Digiday
Modifié le 15/01/2020 à 17h35
17
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Le nouveau navigateur Microsoft Edge basé sur Chromium est dispo au téléchargement
Sony prévoit de sortir Horizon Zero Dawn sur PC

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top