La justice européenne invalide les règles de conservation des données personnelles

le 08 avril 2014 à 11h49
0
La Cour de Justice de l'Union européenne vient d'invalider un texte chargé de préciser les règles en matière de conservation des données personnelles. Elle estime que celles-ci contreviennent au respect de la vie privée.

00FA000005296548-photo-cour-europ-enne-de-justice.jpg
La directive 2006/24/CE du Parlement européen et du Conseil oblige les opérateurs Telecom et FAI à conserver certaines données de leurs clients à des fins de recherche et de poursuites d'infractions graves. Ces opérateurs peuvent donc stocker ces informations comme des adresses IP, des numéros de téléphone ou encore l'identité d'un abonné pour une durée de 6 mois à 2 ans selon le pays.

Dans le cas d'enquêtes relatives au terrorisme ou à la pédopornographie, ces détails sur l'identité et la nature des communications des abonnés peuvent être utilisés par les autorités. En France, les FAI sont donc requis de conserver ces informations pour une durée d'une année.

Toutefois, la Cour de Justice de l'Union européenne vient de donner un coup d'arrêt à cette législation. Elle estime que ces règles ne sont pas valides car elles entrent en conflit avec les droits fondamentaux des individus, en particulier ceux relatifs au droit au respect de la vie privée.

Dans un communiqué, la Cour s'inquiète du fait que « les données à conserver permettent notamment de savoir avec quelle personne et par quel moyen un abonné ou un utilisateur inscrit a communiqué, de déterminer le temps de la communication ainsi que l'endroit à partir duquel celle-ci a eu lieu et de connaître la fréquence des communications de l'abonné ou de l'utilisateur inscrit avec certaines personnes pendant une période donnée ».

Pour la CJUE, en prenant ces données dans leur ensemble et en les recoupant, il est possible d'obtenir des informations « très précises sur la vie privée des personnes ». C'est pourquoi elle invalide le texte communautaire. Elle demande également que des garde-fous soient mis en place comme le contrôle de l'accès à cette base de données sur les abonnés, ou que cette conservation soit limitée « au strict nécessaire ».

Suite à cette décision de la justice communautaire, Françoise Castex (députée socialiste siégeant au Parlement européen) a salué cette décision en rappelant que cette directive, « qui a été votée dans le cadre des accords UE/États-Unis après les attentats du 11 septembre, ne répondait pas aux exigences imposées par les droits fondamentaux à la vie privée et à la protection des données ». Elle invite désormais les eurodéputés et les ministres européens à se saisir de cette question.

Pour en savoir plus

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top