Microsoft pense avoir trouvé la solution pour combattre les mots de passe faibles

le 05 juillet 2018 à 13h08
0
Fotolia Clubic Password mot de passe


La sécurité informatique est affaire de longue haleine. Bien souvent, il suffit qu'un mot de passe de son trousseau soit faible, et c'est l'intégralité de vos défenses qui saute. Conscient de ces problèmes, Microsoft lance une nouvelle fonctionnalité sur son service IDaaS Azure AD, qui vous interdira l'utilisation de mots de passe trop simples.

Même si la question de la force des mots de passe à utiliser commence à faire son chemin, nous sommes encore très nombreux à opter pour des solutions de facilité. Noms communs, suites logiques de chiffres, date de naissance ou équipe sportive préférée ... Du pain béni pour les hackers, qui n'ont même pas besoin de se creuser les méninges pour accéder à vos données !

Mais avec l'arrivée de la nouvelle fonctionnalité de Azure AD - le service d'identification dans le cloud de Microsoft -, la sécurité informatique pourrait bien faire un bond en avant.

Un mot de passe faible, tu n'utiliseras point



Surtout utilisé dans les entreprises, Azure AD est un système de gestion des identités et des accès dans le cloud. Pleinement intégrée à Office 365, cette solution est très utilisée dans le monde de l'entreprise. Autrement dit : dans des endroits où il est préférable de garder les hackers à distance.

Pour optimiser la sécurité de ses clients, Microsoft lance une nouvelle fonctionnalité pour Azure AD. Nommé Azure AD Password Protection, ce nouveau service vous aide à concevoir des mots de passe puissants, tout en vous interdisant l'usage de près de 500 mots de passe répertoriés dans une liste noire.

Puissant, l'outil est capable d'identifier des caractères de substitution tels que « $ » pour « S », ou « 3 » pour « E », par exemple. Les administrateurs système peuvent, en sus, ajouter leur propre liste de mots de passe à bannir.


Smart Lockout : une protection supplémentaire contre les attaques extérieures



Microsoft lance également un second outil, intitulé Smart Lockout. Celui vient en complément de Azure AD Password Protection, en cela qu'il permet d'identifier la provenance des tentatives de connexion, et donc de déceler d'éventuelles actions malveillantes.

« Smart Lockout est notre système de verrouillage qui utilise l'intelligence du cloud pour garder à distance les acteurs malveillants qui essaieraient de deviner le mot de passe de vos utilisateurs. (...) Smart Lockout peut empêcher les hackers d'entrer dans votre système, tout en laissant vos utilisateurs utiliser leurs comptes de manière fluide. » indique ainsi la société.

Azure AD Password Protection et Smart Lockout sont disponibles en avant-première aux clients Premium 1 du service de Cloud de Microsoft.

Modifié le 05/07/2018 à 14h24
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top