Le logiciel anti-fraude électorale de Microsoft testé une première fois dans le Wisconsin

20 février 2020 à 14h40
0
Vote

Microsoft a mis au point un logiciel anti-fraude électorale, nommé ElectionGuard. Le projet, développé durant plusieurs années, est actuellement testé dans une petite ville de 3 500 habitants, dans L'État du Wisconsin.

Grâce à une interface tactile, Election Guard enregistre le vote des citoyens américains et chiffre les données, avant d'imprimer deux feuilles de papier officielles permettant aux électeurs de conserver une trace de leur vote.

Le fonctionnement de Election Guard

Ce mardi 18 février, les habitants de la ville de Fulton, Wisconsin, sont allés voter dans le cadre des élections de la primaire démocrate américaine. Pour la première fois, ils ont eu l'occasion de tester le nouveau système anti-fraude du géant de Redmond.

Le principe est simple. Mis au point par Microsoft Research et annoncé en mai 2019, Election Guard est une machine électronique open-source qui permet aux électeurs de voter via un écran tactile - un Xbox Adaptative Controller est aussi à disposition des personnes en situation en handicap.

Une fois le vote effectué, les votants reçoivent deux feuilles de papier leur permettant, d'abord, de vérifier qu'ils ne se sont pas trompés dans leur choix. La première feuille est ensuite destinée à une urne qui sert à vérifier la correspondance entre bulletin papier et électronique. La seconde feuille est munie d'un QR code qui permet aux électeurs de vérifier que leur vote a bien été pris en compte après la fin des dépouillements.

À Fulton, les votes enregistrés par le système de Microsoft sont simplement dédiés à un test - autrement dit, les votes réalisés sur la machine n'ont pas été certifiés par L'État du Wisconsin, qui ne comptabilisera que les bulletins papier pour cette primaire.


Ne pas empêcher les piratages, mais les déceler

Microsoft a développé et lancé ce nouveau projet, gratuit d'utilisation, sans grande pompe. Pourtant, si Election Guard s'avère fonctionnel, son impact pourrait être très important sur la vie politique américaine, prise en tenaille, depuis l'élection de Donald Trump, entre les soupçons d'ingérence russe et ceux de piratages informatiques. Avec ElectionGuard, le projet n'est pas tant d'empêcher les potentiels hacks, mais bien de mettre en place les garde-fous électroniques nécessaires pour savoir, en amont du résultat, si le système a failli ou non.

Surtout, si le projet est mené à terme, il devrait se démarquer de l'influence néfaste attribuée à la plupart des outils mis en place par les géants de la tech américain, comme Facebook et Twitter. Microsoft espère avoir finalisé et déployé ElectionGuard pour les élections de mi-mandat, en 2022.

Source : CNBC
Modifié le 20/02/2020 à 14h40
9
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
L'iPhone 9 s'appellerait finalement iPhone SE, et serait disponible ... demain
scroll top