Aux US, Microsoft fait la démo de ses machines à voter "plus sûres" et plus accessibles

22 juillet 2019 à 20h53
1
Machine vote Microsoft
© Microsoft

Microsoft est passé de la théorie à la pratique et présente sa première machine à voter équipée de sa technologie ElectionGuard. Elle n'est pour le moment pensée que comme une démonstration technique et ne devrait pas encore équiper les bureaux de vote lors de l'élection présidentielle américaine de 2020.

Microsoft s'est placé depuis quelques mois en garant de la sécurité des votes américains. L'entreprise a récemment présenté le système ElectionGuard, une technologie permettant de vérifier les bulletins de vote comptabilisés lors des l'élections.

Une machine test qui définit l'avenir de la machine à vote selon Microsoft

L'éditeur de Redmond va désormais plus loin et a présenté sa première machine à voter, intégrant sa solution technique. L'appareil reste pour le moment un prototype, et le constructeur l'a bricolé en combinant une tablette Surface et une Xbox Adaptative Controller, la manette développée par Microsoft pour les personnes à mobilité réduite.

Cette machine ne sera toutefois pas présente dans les bureaux de vote lors de l'élection présidentielle américaine de novembre 2020. Microsoft ayant fait le choix de l'open-source, ElectionGuard pourra équiper des appareils provenant de constructeurs tiers, et faire ainsi l'objet de partenariat avec les entreprises équipant environ la moitié des Etats américains.

L'éditeur renforce son système de vérification des bulletins en vue de la présidentielle 2020

Comme la Surface en son temps, la machine à vote de Microsoft pourrait devenir un moyen de définir l'état de l'art de ce type d'appareil, et d'éprouver des recommandations quant à son interface et sa conception.

ElectionGuard va quant à lui être testé durant cette période électorale majeure ; Microsoft pilotera la plateforme pour détecter et éviter les cyberattaques émanant de puissances étrangères. L'entreprise a déjà intercepté 781 tentatives d'intrusion en provenance principalement de Russie, d'Iran ou de Corée du Nord.

Source : Engadget
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
docloulou
Open source c’est bien mais si on peut l’installer sur n’importe quel materiel, ca veut dire qu’il faut aussi s’assurer que le support materiel ne soit pas non plus vérolé et ca c’est beaucoup plus difficile a vérifier…<br /> Le mieux, ca reste de pouvoir vérifier soit meme son vote en ligne (ou dans un bureau de vote) de manière ultérieure via une signature unique que l’on génère au moment du vote… ca permettrai de vérifier que son vote soit inchangé jusqu’à la deliberation et meme 10 ans plus tard juste pour le fun.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le nouvel épisode des Gardiens de la Galaxy finira bien par arriver, c'est James Gunn qui le dit
Le tournage de la saison 4 de Stranger Things devrait débuter en fin d'année
En raison de sa collecte des données d'utilisateurs enfants sur YouTube, Google écoperait d'une amende
Google Fast Pair : localisation et niveau de batterie arrivent sur les earbuds sans fil
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page