Microsoft Translator peut désormais traduire plus de 100 langues

12 octobre 2021 à 13h05
5
Microsoft Translator © Microsoft
© Microsoft

Microsoft a ajouté 12 langues à son service de traduction, qui peut désormais traduire plus de 100 langues.

D'après l'entreprise, le service prend désormais en charge des langues parlées par 5,66 milliards de personnes.

12 langues ajoutées au service

Microsoft a annoncé que son service Translator a franchi une nouvelle étape importante : il prend désormais en charge plus de 100 langues. Pour arriver à ce nombre, 12 langues ont récemment été ajoutées au service : le bachkir, le maldivien (ou divehi), le géorgien, le kirghiz, le macédonien, le mongol (cyrillique et traditionnel), le tatar, le tibétain, le turkmène, l'ouïgour et l'ouzbek (en alphabet latin).

L'entreprise a expliqué être arrivé à ce nombre grâce à l'amélioration de sa technologie. Depuis 2016, la traduction automatique neuronale, ou NMT pour Neural Machine Translation, est utilisée par Microsoft pour améliorer son service de traduction. Si elle a conduit à des avancées considérables dans la qualité des traductions, c'est l'utilisation à partir de 2019 du modèle d'apprentissage profond appelé transformeur qui a permis à l'entreprise d'augmenter le nombre de langues disponibles à la traduction. Il permet de créer des modèles pour des langues pour lesquelles peu de références et données sont disponibles en s'appuyant sur du matériel provenant d'autres langues de la même famille.

Les langues de 72 % de la population mondiale prises en charge

Avec ces ajouts, la société indique prendre en charge des langues parlées par 5,66 milliards de personnes, ce qui représente 72 % de la population mondiale. Le service Translator est intégré à plusieurs produits Microsoft, comme Microsoft 365 pour la traduction de documents, le navigateur Edge pour traduire des pages web, SwiftKey pour la traduction de messages et l'application mobile Microsoft Translator.

L'entreprise indique vouloir continuer ses efforts de traduction, surtout pour les langues en voie de disparition. Mais, comme rappelé par VentureBeat, la traduction n'est pas à l'abri d'un problème qui concerne l'intelligence artificielle en général : la présence de préjugés racistes ou sexistes. Une problématique qui avait été en partie réglée par Google en incluant des traductions au féminin et au masculin.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
TNZ
Et vs Google Translate ? Ça fonctionne mieux ?
Giani
Des fois mieux, des fois moins bien, par contre l’appli est vraiment pratique.
jhe
Faisant de la traduction, je peux vous dire que DeepL est bien meilleur que Google ou Microsoft, même si moins de langages sont disponibles. DeepL traduit du texte standard à peu près aussi bien qu’un traducteur professionnel.
Popoulo
Du même avis que @jhe. DeepL est vraiment au-dessus des 2 autres.
orionb1
oui, clair, Deepl meilleur<br /> mais des trois, c’est MS translator qui est vraiment le pire<br /> les traduction qu’il fait sont vraiment les pires mais je l’utilise car … intégré à Office. Si on pouvait changer le traducteur par défaut dans Office, ce serait très pratique.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Un robot artiste accusé d'espionnage à la frontière égyptienne
ADP teste les transporteurs de bagages électriques et autonomes à Paris-Charles-de-Gaulle
Quand HTC présente son nouveau casque, le VIVE FLOW... en l'intégrant sur des photos iStock
Ça y est, le robot-chien est armé... et vous n'avez pas envie de croiser son chemin
Ford étudie votre activité cérébrale pour éviter les accidents
Bipède, capable de voler et de faire du skateboard, ce robot fait rêver... Ou flipper... Ou rêver... Ou...
Les eurodéputés ont voté une résolution contre la surveillance de masse à l’aide de l’IA
Un groupement de médecins et d'experts en biotech cherche à augmenter la durée de vie humaine jusqu'à 120 ans
Metaverse : Facebook engage 50 millions de dollars pour rendre le monde virtuel
Ce robot caméléon est capable de changer de couleur en fonction de la température
Haut de page