Google renonce à son projet de quartier futuriste à Toronto

12 mai 2020 à 19h04
6
quayside-sidewalk-labs
© Sidewalk Labs

Sidewalk Labs, filiale d'Alphabet, jette l'éponge et ne construira pas son petit bout de ville intelligente au Canada. Le projet avait déjà été retardé plusieurs fois.

« Tout ça pour ça », diront certains. Le quartier futuriste qui devait voir le jour à Toronto , ville la plus peuplée du Canada, ne verra pas le jour. Sidewalk Labs, entité créée par Alphabet, la maison-mère de Google, a finalement renoncé à faire de Quayside une zone futuriste, un symbole de la smart city. La situation économique incertaine mêlée à la crise sans précédent du COVID-19 ont eu raison du projet.

La logique économique aura primé

C'est en collaboration avec Waterfront Toronto, qui réunit la municipalité de la Ville Reine et les gouvernements de l'Ontario et du Canada, que l'entreprise new-yorkaise Sidewalk Labs devait débuter la construction du quartier futuriste sur la friche industrielle Quayside s'étendant sur 5 hectares. Alphabet n'hésite pas à évoquer « une incertitude économique sans précéden » qui est en train de frapper le monde et plus particulièrement le marché de l'immobilier de Toronto, marché local qui avait déjà été brandi comme un frein à différentes reprises par la maison-mère de Google.

« Il est devenu trop difficile de rendre le projet de 12 acres (5 hectares) viable financièrement sans sacrifier des éléments essentiels du plan », explique Dan Doctoroff, président-directeur général de Sidewalk Labs. Et le dirigeant de poursuivre qu'après de longues discussions et délibérations, « nous avons conclu qu'il n'était plus logique de continuer le projet Quayside et nous en avons informé Waterfront Toronto ».

C'est Waterfront Toronto qui avait contacté la filiale d'Alphabet il y a de cela trois ans pour lui confier cet ambitieux projet.

Quayside devait accueillir 5 000 résidents

Le projet de smart city, estimé à 50 millions de dollars et mené par Sidewalk Labs, devait aboutir à la construction d'un quartier contenant des habitats modulables et des pavés chauffants . Au total, 2 500 logements (pour 5 000 résidents) devaient être mis en vente, tous fabriqués en bois et chauffés grâce à la géothermie , une ressource naturelle et hautement stratégique dans une région pas vraiment réputée pour sa chaleur.

Plusieurs milliers de capteurs mesurant la qualité de l'air, la température des appartements et le niveau de remplissage des différentes poubelles devaient aussi être installés.

Dan Doctoroff, qui veut sans doute croire que l'entreprise dont il est le principal dirigeant a toujours une raison d'être, estime que les deux ans et demi tombés à l'eau « contribueront de façon significative à la lutte contre les grands problèmes urbains ». Gageons qu'il ne soit pas le seul à y croire.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
bmustang
c’est la dépense pour l’entretien contre le covid-19 qui a fait capoter le projet ou c’est la zone des 100km de distance ?
carinae
Punaise qu’est ce que Google vient faire dans un projet pareil ?? C’est dingue les Gafa on les voit partout même dans des domaines qui ne sont pas les leurs…
Martin_Penwald
Le prix de l’immobilier à Toronto est délirant. Mais il est possible que le ralentissement dû au virus ait apporté trop d’incertitude sur le financement du projet.<br /> Appartement avec vue sur le lac Érié, ça vaut quand même cher.
TofVW
Mais qui aurait envie d’habiter dans un quartier ou une ville géré(e) par Google??? <br /> Les gars, même si vous n’êtes pas bien informés sur les GAFAM (et surtout sur Google), jouez un peu à Watch_Dogs quoi, ça vous mettra un peu au courant…
Ben
jouez un peu à Watch_Dogs quoi, ça vous mettra un peu au courant…<br /> Collector ce message, merci
Bibifokencalecon
Étant au Canada, je ne vois pas grand monde qui soit réellement déçu par ce renoncement de projet.<br /> Il y avait certes la promesse que les résidences construites seraient en dessous du marché torontois (qui est la seconde ville la plus chère en terme d’immobilier) mais le projet était vraiment bien nébuleux sur les ajouts technologiques qu’ils souhaitaient implanter, tester et mettre en place. Alphabet projetait tout de même s’étendre sur 5 hectares en plein coeur de Toronto…<br /> Une ville futuriste ? Peut-être. Une ville pensée pour le futur ? Probablement pas.
TofVW
Pas de quoi, au moins ceux qui ont conçu ce jeu ont bien cerné comment la technologie pouvait être utilisée.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Forfait mobile : la série Free 60 Go à moins de 10 € par mois
PS4 : un State of Play consacré à Ghost of Tsushima sera diffusé cette semaine
Twitter rend le télétravail permanent
Le système judiciaire du Texas victime d'un ransomware depuis plusieurs jours
Instagram intègre des fonctions pour lutter contre le harcèlement en ligne
Tony Hawk's Pro Skater 1 + 2 sortira en septembre sur consoles et PC
L'assistant vocal Lenovo Smart Display 8 disponible à prix choc
Une manette Nintendo Switch filaire Steelplay Neo Retro à moins de 10 € !
Un PC portable Lenovo IdeaPad 14
Free : des résultats positifs au premier trimestre, malgré la crise
Haut de page