Face aux applications non mises à jour, Apple offre une période de grâce aux développeurs

02 mai 2022 à 10h27
9
App Store Awards 2021 © Apple
© Apple

Dans un billet de blog, Apple a clarifié les critères de retrait des applications non mises à jour de son App Store. La firme a également annoncé la mise en place d’une période de 90 jours pour que les développeurs puissent actualiser leurs applications avant qu’elles ne soient supprimées. 

Il y a quelques jours, on apprenait qu’Apple faisait le ménage parmi les applications qui ne sont plus mises à jour au sein de l’App Store, parfois au détriment de développeurs désabusés. 

Garantir la sécurité au sein de l’App Store

La marque à la pomme a donc tenu à clarifier les choses, et rappelle que cette pratique existe depuis 2016 et consiste à retirer les applications ne suivant pas les directives d'examen actuelles ou qui sont obsolètes. « Nous pouvons ainsi nous assurer que les applications fonctionnent pour la grande majorité des utilisateurs et prennent en charge nos dernières innovations en matière de sécurité et de confidentialité », explique-t-elle. 

Selon Apple, cette méthode permet de garantir une meilleure expérience aux utilisateurs afin qu’ils puissent découvrir plus facilement des applications répondant parfaitement à leurs besoins et fonctionnant de manière optimale. La firme de Cupertino assure qu’elle est aussi bénéfique pour les développeurs, puisque leurs applications sont, par conséquent, plus faciles à découvrir sur l’App Store. 

Pour rappel, Apple met en avant la sécurité de son magasin d’application et veut qu’il soit irréprochable. L’entreprise n’a d’ailleurs pas hésité à publier un rapport attestant qu’il y aurait près de 50 fois plus de malwares sur Android que sur iPhone

90 jours pour mettre à jour une application menacée

« Dans le cadre du processus d'amélioration de l'App Store, les développeurs d'applications qui n'ont pas été mises à jour au cours des trois dernières années et qui n'atteignent pas un seuil minimal de téléchargement - ce qui signifie que l'application n'a pas été téléchargée du tout ou très peu de fois au cours d'une période de 12 mois glissants - reçoivent un courrier électronique les informant que leur application a été identifiée pour être éventuellement retirée de l'App Store », note la marque à la pomme. 

Désormais, les développeurs recevant cette notification auront jusqu’à 90 jours pour actualiser leur produit, ils pourront également faire appel de la décision d’Apple. La firme rappelle néanmoins que les applications supprimées continueront de fonctionner sur les appareils sur lesquels elles ont déjà été téléchargées. 

En six ans, Apple a d’ores et déjà retiré 2,8 millions d’applications de l’App Store en suivant ce modèle. 

Source : Apple

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
8
HAL1
Quel ramassis de foutaises de la part d’Apple ! -_-
Pronimo
Entre les MAJ bidons histoire de tromper l’algorithme de classement faire croire que l’application n’est pas abandonnée (ou pour optimiser les PUBS!) et une application finie sans bugs ni rien et qui n’a plus besoin d’être MAJ, je choisis la seconde option!
Maraut
Et oui, une application d’alarme, de boussole, par exemple, à quoi peut servir une mise à jour ?<br /> J’ai une alarme pour ne pas oublier le médoc de mon épouse (tlj à 10 h et 22 h ), que peut faire de plus une mise à jour ?
sshenron
Apple, Android, un navigateur internet, un OS, même avec tout langage de programmation il y a des mises à jour.<br /> Il n’est pas garanti que s’il y a des mises à jour en amont, l’application puisse continuer de tourner correctement.<br /> Il faut donc re-builder l’application en s’assurant que tout soit à jour.<br /> Ca me rappelle malheureusement le cas de l’arrêt des applications 32bit sour OSX. Un bon nombre n’ont jamais été mises à jour. Il n’est tout simplement plus possible de les lancer.
toast
« ils pourront également faire appel de la décision d’Apple ».<br /> En gros, c’est comme si Apple demandait au développeur s’il est encore vivant.<br /> Y a pas obligation de mettre à jour, mais obligation de manifester de l’activité.
JeanFIZ
Je hais Apple d’un coup. Alors qu’habituellement je ne fais que les défendre.
Maraut
ok, merci, je n’avais pas pensé au màj des langages, des bibliothèques, etc…<br /> et cela me rappelle que sur le SIII de mon épouse, j’avais installé une alarme qui lorsqu’elle a changé de mobile, il y a 3 ans, cette app ne fonctionnait correctement pas sur le nouveau
Maraut
mes parents me disaient toujours de tourner 7 fois ma langue dans la bouche avant de parler.<br /> j’ai encore perdu une occassion de me taire
pascalreedsmith
Apple s’assure que les devs testent les apps pour qu’elles continuent de fonctionner avec chaque nouvelle release majeure d’iOS, et que l’expérience reste correcte en terme de perfs.<br /> Meme si c’est pénible, il faut systématiquement faire des tests de non regression à chaque MAJ.<br /> J’ai env. 140 applis pros dans le portefeuille, ça reste un challenge à chaque fois, mais a part des apps obsolètes d’un point de vue fonctionnel, qu’on finit par retirer, tout le reste est suivi et n’est jamais impacté par cette contrainte.<br /> Apple sont souvent pénibles pour tellement d’autres choses, que là j’ai meme pas envie de raler .
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Apple : vous voulez savoir pourquoi Jony Ive, designer vedette, est parti ?
Le kit de réparation d'Apple est-il plus intéressant financièrement pour vous ?
Ne coupez pas votre caméra pendant une visio ! Cela pourrait nuire à votre carrière
M6 va céder la chaîne 6ter à Altice
Ce site recense les pires dossiers des GAFAM
Chez Meta (Facebook), la perte de certains avantages provoque la colère les employés
Pour la première fois, la capitalisation boursière d'AMD dépasse celle d'Intel
Amazon et Apple seraient intéressés par le rachat de Peloton, le fabricant de machines de sport
Apple a passé d'excellentes fêtes avec un chiffre d'affaires record
Google poursuivi en justice par d’anciens employés pour avoir violé son propre code d’honneur
Haut de page