Apple accusée de lobbying contre un projet de loi visant à responsabiliser les entreprises US quant au travail forcé

23 novembre 2020 à 17h10
50
Travailleuses Ouïghours © © shutterstock
Des travailleuses Ouïghours, en Chine (© Shutterstock)

La firme à la pomme ferait pression pour bloquer une loi soumise par le Congrès américain, visant à faire cesser le travail forcé dont bénéficient des entreprises américaines.

C'est une question humaine de premier ordre à laquelle Apple tenterait de s'opposer. Nos confrères du Washington Post rapportent que l'entreprise qui a popularisé l'iPhone tenterait de faire capoter un projet de loi déposé par deux membres du Congrès américain, dont l'objectif serait d'empêcher le travail forcé en Chine. La firme de Cupertino serait tiraillée entre sa position sur les droits de l'homme et ses impératifs commerciaux.

82 marques mondiales bénéficieraient des efforts de travailleurs forcés ouïghours

Avant d'aller plus loin et d'évoquer ce lobbying auquel se livrerait Apple, il convient de resituer le contexte de ce qui se passe à des milliers de kilomètres de la France et des États-Unis. En février 2020, l'Australian Strategic Policy Institute (ASPI ou Institut australien de politique stratégique), un think tank indépendant, avait publié un rapport explosif affirmant que le gouvernement chinois a facilité le transfert de plusieurs dizaines de milliers de Ouïghours hors de leur région autonome du Xinjiang entre 2017 et 2019, pour les faire travailler au sein de multiples usines réparties dans l'empire du Milieu.

Selon l'ASPI, 82 marques mondiales bénéficieraient de ces travailleurs forcés, parmi lesquelles Nike, Samsung, Huawei, Sony, BMW, Gap, Volkswagen et… Apple.

Une partie de ces travailleurs (dont le nombre serait en réalité bien plus important, certaines sources évoquant un million de Ouïghours et d'autres membres de minorités turco-musulmanes disparus) ont été envoyés dans des camps de détention, de « rééducation », où les violences à l'encontre de cette minorité musulmane, de plus en plus documentées par ailleurs, seraient monnaie courante. « Dans les usines éloignées de chez eux, ils vivent généralement dans des dortoirs séparés, suivent une formation organisée en mandarin et idéologique en dehors des heures de travail, sont soumis à une surveillance constante et il leur est interdit de participer aux célébrations religieuses », dénonce l'Institut. La Chine se livrerait à cette pratique depuis des années, dans le but de lutter contre la radicalisation prétendue des membres de cette minorité, persécutée.

Apple fait partie des entreprises qui profiteraient de la situation, sans réellement s'y opposer. Mais deux membres du Congrès américain veulent faire bouger les lignes.

Apple, une opposition direction VS lobby ?

Les élus américains à l'origine du projet de loi sur la prévention du travail forcé ouïghour veulent contraindre les entreprises américaines, dont une partie de la production est soutenue par les efforts de ces travailleurs contraints du Xinjiang et emprisonnés, à garantir qu'elles ne bénéficient plus de leurs services. Plusieurs rapports sur les droits de l'homme font désormais état de cas où du travail forcé ouïghour a clairement été identifié comme maillon de la chaîne d'approvisionnement d'Apple.

Le Washington Post affirme que les lobbyistes d'Apple s'activeraient pour au mieux affaiblir et au pire écarter le projet de loi. Ces derniers considéreraient qu'il existe un conflit entre les impératifs commerciaux du géant américain et sa position sur les droits de l'homme. Apple ne serait en tout cas pas la seule entreprise américaine à être opposée à ce texte.

La dernière position officielle connue d'Apple restait celle fournie par le patron du groupe, Tim Cook, en juillet dernier lors de son audition devant le Congrès . « Le travail forcé est odieux. […] Nous ne le tolérerions pas chez Apple », avait-il déclaré, promettant ainsi de « mettre fin à une relation fournisseur » si une telle pratique rattachée à l'entreprise était découverte. Un porte-parole de la firme à la pomme, Josh Rosenstock, a précisé qu' « Apple s'engage à garantir que tous les membres de notre chaîne d'approvisionnement soient traités avec dignité et respect », affirmant aussi partager l'idée des deux membres du Congrès « d'éliminer le travail forcé et de renforcer la législation américaine ».

Modifié le 23/11/2020 à 17h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
50
32
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Microsoft en cours d'acquisition de RiskIQ, spécialiste de la cyber-sécurité pour $500 millions
Une plainte contre Google pour discrimination salariale est devenue un recours collectif représentant 10 800 femmes
Logitech annonce une année fiscale 2021 exceptionnelle, la meilleure depuis... toujours
Apple en hypercroissance sur ses derniers résultats
Alphabet : des résultats financiers records grâce à la publicité, Google Cloud et YouTube
Arrêté par le FBI, il voulait faire sauter un centre de données d'Amazon
Une amende antitrust de 2,3 milliards d'euros pour Alibaba en Chine
Une imposition minimum pour les grandes entreprises numériques sérieusement discutée
Uber versera 1,1 million de dollars à une personne non-voyante refusée 14 fois par des conducteurs
Aux USA, Amazon aurait licencié illégalement des salariées critiquant les conditions de travail de la firme
Haut de page