Pour dénoncer Amazon, les Amis de la Terre livrent 577 colis aux députés !

07 avril 2021 à 16h22
27
Amis de la Terre colis Amazon © © Twitter @amisdelaterre
© Twitter @amisdelaterre

Les Amis de la Terre, l'ONG qui œuvre à la protection de l'environnement, et la Confédération des Commerçants de France ont mené une action coup de poing, mercredi devant l'Assemblée nationale nationale, pour qu'Amazon soit intégrée au moratoire sur la construction des zones commerciales, dans le cadre de la Loi Climat.

La bataille fait rage entre associations, élus et géants du e-commerce. Alors que le projet de loi portant sur la « lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets », dit « Loi Climat », va être activement discuté ces prochains jours à l'Assemblée nationale, Les Amis de la Terre et la Confédération des Commerçants de France ont livré 577 colis devant les grilles du Palais Bourbon, soit un paquet par député. Le but de l'action est de dénoncer la mainmise d'Amazon et son influence sur la Loi Climat, actuellement en pleine navette parlementaire. Et de pousser les députés à ne pas suivre la volonté du gouvernement sur le sort des entrepôts des acteurs du commerce en ligne.

Les Amis de la Terre saluent un « large front parlementaire » contre le gouvernement et les acteurs du e-commerce

Pour mieux comprendre l'action notamment menée par Les Amis de la Terre, il faut un peu revenir en arrière. Depuis près d'un mois, environ 200 députés multiplient les dépôts d'amendements visant à imposer aux entrepôts e-commerce les mêmes règles qu'aux zones commerciales. En d'autres termes, de nombreux élus souhaitent étendre le moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales aux entrepôts du e-commerce, au nom de la préservation des emplois et de la protection de l'environnement. Le moratoire sur les zones commerciales est pour le moment inscrit à l'article 52 de la Loi Climat.

De nombreux députés se sont réunis, choses rares, malgré leurs divergences politiques profondes. Parmi les dépositaires des amendements, on retrouve ainsi des députés Les Républicains ; Socialistes, France Insoumise, Écologie Démocratie Solidarité, et même 54 élus(es) La République en marche. « Un large front parlementaire » dont les associations et ONG se félicitent, même si cela ne signifie pas que leurs actions parviendront à inverser la tendance.

Car vous l'aurez compris, le gouvernement ne l'entend pas de cette oreille. « Le gouvernement maintient la pression sur sa majorité pour exclure les entrepôts e-commerce du moratoire sur les zones commerciales », dénonce l'ONG Les Amis de la Terre, qui peste contre le fait que les entrepôts des grands acteurs de la vente en ligne n'ont pas à obtenir d'autorisation d'exploitation commerciale pour continuer à s'étendre.

Des associations qui dénoncent les destructions d'emploi, l'impact sur le climat et la fraude à la TVA

Les Amis de la Terre considèrent que la décision du gouvernement « aggrave une inégalité de traitement déjà abyssale et renforce le risque de prise de position d'Amazon en France ». La firme de Jeff Bezos a déjà ouvert 18 projets d'entrepôts, centres de tri ou agences du dernier kilomètre dans l'Hexagone depuis 2017. Et 35 projets seraient évoqués pour les prochaines années, selon l'ONG.

L'association affirme par ailleurs que l'expansion des grands noms du e-commerce a déjà détruit 81 000 emplois nets en France dans le e-commerce non-alimentaire avant même l'éclatement de la crise (entre 2007 et 2018 exactement), selon une étude des économistes Florence Mouradian (OCDE) et Ano Kuhanathan (Ey Parthenon), publiée en décembre dernier. 68 000 emplois supplémentaires seraient aussi menacés d'ici 2028 « si rien n'est fait », rappellent Les Amis de la Terre.

Outre la destruction évoquée d'emplois, la fédération des Amis de la Terre dénonce « l'impact climatique du e-commerce », qui augmente du fait de l'importation de milliards de produits polluants chaque année, des livraisons par avion ou de l'artificialisation. L'association dénonce enfin la fraude à la TVA d'acteurs comme Amazon ou Cdiscount, qui se chiffre en milliards d'euros selon ATTAC.

Modifié le 07/04/2021 à 16h24
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
20
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La Chine s'en prend à nouveau à ses géants de la tech en voulant découper Alipay (Ant Group)
L'application Yuka, à nouveau condamnée à cause de sa lutte contre les nitrites dans la charcuterie, ne s'avoue pas vaincue
2021, une année record pour les start-up françaises
Le site Gearbest est down, les clients dans l’incertitude totale
Grande-Bretagne : les nouvelles constructions bientôt obligées de disposer de chargeurs pour véhicules électriques ?
Corée du Sud : Google condamné à payer 177 millions pour avoir limité le développement de forks Android
Kape technologies, maison mère de CyberGhost VPN, se paie ExpressVPN pour près d'un milliard de dollars
Une nouvelle start-up du NewSpace en vue ? Steve Wozniak tease l'arrivée prochaine de l'entreprise Privateer
Epic vs Apple : sans surprise, l'éditeur de jeu fait appel de la décision de justice
Impôts : un bug informatique impacte des centaines de milliers de déclarations de revenus
Haut de page