Le gang de l’électroménager sanctionné à hauteur de 190 M€ pour entente illégale

Par
Le 09 décembre 2018
 0
électroménager indesit couv.jpg

L'Autorité de la concurrence a annoncé, jeudi, avoir lourdement sanctionné six fabricants d'électroménager, accusés d'une entente sur des hausses de prix. La note est salée.

Six fabricants, BSH, Candy Hoover, Eberhardt Frères, Indesit et Whirlpool, ont été sanctionnés d'une très forte amende pour un montant total de 189 millions d'euros par l'Autorité de la concurrence, pour s'être, entre autres, concertés sur des hausses de prix, comme l'annonce l'autorité administrative indépendante française dans un communiqué de presse publié le 6 décembre.

Cette décision fait suite à des informations transmises par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur les pratiques menées par les fabricants, qui concentraient à eux six environ 70% de parts de marché en France en 2012.

Une entente sur les « produits blancs »

Les six fabricants, BSH (Bosch Siemens, Viva, Neff), Candy Hoover (Candy, Hoover, Rosières), Eberhardt Frères (Liebherr), Electrolux (Electrolux, Arthur Martin, AEG), Indesit (Indesit, Ariston, Scholtes) et Whirlpool, condamnés à cette très lourde amende, ont été épinglés pour s'être concertés à deux reprises : entre 2006 et 2009, puis entre mai 2008 et septembre 2009, sur ce que l'on appelle les « produits blancs », à savoir les réfrigérateurs, congélateurs, lave-linge, sèche-linge, lave-vaisselle, tables de cuisson, cuisinières.

Sur la première période (entre septembre 2006 et janvier 2007, puis entre fin mai 2008 et avril 2009), les entreprises s'étaient réunies plusieurs fois pour discuter de hausses à appliquer sur les « prix de vente conseillés » aux distributeurs tels que Darty, Conforama, grandes surfaces, magasins de proximité, vente à distance, cuisinistes etc.

Les fabricants ne contestent pas, Whirlpool lourdement sanctionné

Les fabricants avaient instauré des « règles de prix » selon l'Autorité de la concurrence, qui consistaient à appliquer des hausses de prix pour certains produits (par exemple, pour les produits dont le prix de vente conseillé se situe entre 200 et 400 euros : une hausse de 30 euros). Mécaniquement, le prix facturé aux distributeurs était ajusté, à la hausse évidemment. Entre mai et septembre 2009, les fabricants s'étaient mis d'accord sur une modification des conditions commerciales appliquées aux cuisinistes pour les modèles d'exposition. Cette seconde pratique avait pour but de diminuer le coût des contrats d'exposition de leurs produits.

Les sociétés mises en cause n'ont pas contesté les faits devant l'Autorité de la concurrence. Elles ont tout de même donc pu obtenir une réduction de la sanction. Ces pratiques ont en tout cas été susceptibles d'affecter les prix imposés aux consommateurs. Pour l'ensemble de leur œuvre, BHS a été condamné à régler une amende de 23 millions d'euros, Candy Hoover 15 millions d'euros, Eberhardt Frères 1 million d'euro, Electolux 48 millions d'euros, Indesit 46 millions d'euros (mais le groupe a depuis été avalé par Whirlpool, groupe lui-même condamné à 56 millions d'euros, qui devrait payer une facture double).
Modifié le 07/12/2018 à 17h32

Les dernières actualités Entreprises

scroll top