Un pirate russe est suspecté d’avoir attaqué LinkedIn

20 octobre 2016 à 16h18
0
L'enquête portant sur le piratage de LinkedIn progresse. Un pirate russe est suspecté d'être à l'origine de cette offensive menée en 2012.

La police de République tchèque annonce l'arrestation d'une personne présumée être à l'origine des attaques informatiques dirigées à l'encontre de LinkedIn. Il s'agirait d'un individu de nationalité russe et âgée de 30 ans. Ce dernier a été arrêté le 5 octobre à Prague. La manœuvre a été rendue possible suite à une collaboration entre la police locale, le FBI et Interpol.

Pour rappel, LinkedIn a récemment indiqué qu'il avait été victime d'une intrusion informatique. Une attaque perpétrée en 2012 et qui a eu comme conséquence la fuite de mots de passe d'environ 117 millions de comptes d'utilisateurs. La personne à l'origine de ce mouvement serait parvenue à récupérer jusqu'à 6,5 millions de mots de passe reliés à des comptes d'utilisateurs.

Le pirate pourrait être le sujet de tractations entre la Russie et les Etats-Unis. Chaque pays souhaite extrader cette personne, actuellement dénommée « Yevgeniy N. ». Selon les autorités, l'homme aurait joué un rôle actif dans le piratage de LinkedIn.

08541174-photo-linkedin-illus.jpg


A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
scroll top