Plusieurs géants de la Tech signent avec l'UE et s'unissent contre les fake news

Mathieu Grumiaux
Publié le 17 juin 2022 à 09h15
© Chesnot / Getty Images
© Chesnot / Getty Images

Plusieurs sociétés dont TikTok, Meta ou encore Google ont signé un code de bonnes pratiques proposé par la Commission européenne.

Les réseaux sociaux et les différentes plateformes en ligne sont tous confrontés à la propagation de fake news et mettent en place des systèmes de modération pour en éviter la diffusion.

Un code européen de bonnes pratiques signé par la plupart des géants du numérique

Aujourd'hui, plusieurs acteurs très importants du numérique s'engagent à aller plus loin dans la lutte contre la désinformation en signant un code des bonnes pratiques proposé par la Commission européenne.

Parmi les signataires on retrouve le groupe Meta (Facebook, Instagram), Twitter, Twitch, TikTok, Microsoft et Google, ainsi que des sociétés spécialisées dans la publicité et des ONG, comme Reporters sans Frontières et Avaaz.

Ce code est en fait une révision d'une précédente version publiée en 2018 par les autorités européennes, qui prend en compte les récents évènements comme la pandémie de Covid-19 ou encore l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

« Ce nouveau code anti-désinformation intervient à un moment où la Russie arme la désinformation dans le cadre de son agression militaire contre l'Ukraine, mais aussi alors que nous constatons des attaques contre la démocratie de manière plus générale », indique notamment la vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Vera Jourov.

Des engagements pris et des sanctions importantes en cas d'infraction

Les signataires s'engagent notamment auprès de l'Union européenne à assécher les revenus publicitaires provenant de la diffusion de fake news et à démonétiser les comptes et les chaînes se livrant à ces agissements. Les plateformes vont également proposer des outils pour signaler des contenus suspects et réduire le nombre de robots et de faux comptes qui alimentent leurs réseaux en fake news.

Les réseaux sociaux s'engagent enfin à collaborer étroitement avec les organes de presse et les vérificateurs de faits indépendants (ce que fait déjà Facebook, qui s'est associé à plusieurs titres de presse quotidienne), mais aussi avec les chercheurs en leur proposant un accès à un grand volume de données pour comprendre le phénomène et tenter de l'endiguer.

Ce code de bonnes pratiques est adossé au futur DSA (Digital Services Act), une nouvelle directive européenne en cours d'adoption qui vise à contraindre les géants du numérique à lutter efficacement contre le harcèlement en ligne et la désinformation. De nombreuses mesures, très contraignantes, y sont incluses, mais également de lourdes sanctions en cas d'infractions répétées avec des amendes pouvant atteindre 6 % du chiffre d'affaires total de ces sociétés, générant pour certaines plusieurs centaines de milliards de dollars chaque année.

Source : The Verge

Mathieu Grumiaux
Par Mathieu Grumiaux

Grand maître des aspirateurs robots et de la domotique qui vit dans une "maison du futur". J'aime aussi parler films et séries sur les internets. Éternel padawan, curieux de tout ce qui concerne les nouvelles technologies.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
qotzo

on est en pleine période d’épreuve de philo. Alors à commenter : la version moderne de « sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur » serait « sans la liberté de faire des fake news, il n’est point de vérité (qu’on veut cacher) »

Guilde69

Les fakes news ne sont pas des informations. Il est urgent de controler tout ça, les simples d’esprits tombent trop vite dans le panneau des fakes news

jaid76

Orwellien, glaçant.

DrGeekill

Je connais une personne qui ne se berse que de Fake news quelques exemples :

Le Covid c’est un laboratoire Français qui l’a développé en Chine.
La Russie ne fait que se défendre mais si, c’est Olivoliv qui l’a dit et cette semaine mon top 1 :
PPDA est mort suite à sa 4eme dose il a fait des avc en série, c’était pas son cancer.
PPDA ? :face_exhaling:

Alors oui il serait temps de mettre un frein à tout ça.

_Troll

Fale ou pas fake. cela depend Pour quel pays la news est destinee.

Ouvrez grand la bouche et soyez pres a gober tout ce que l’on vous dira. C est la vrai verite. Ne gaspillez pas votre temps et votre energie a reflechir.

_Troll

En titre put a click j ai encore eu mieux, Decouvrez la vie intime de Line Renaud epouse du chanteur Renaud.

ABC

C’est qui ?

qotzo

qui décide qu’une news est fake ou pas ?

  • les chambres à gaz
  • timisoara
  • le nuage de tchernobyl s’est arrêté aux frontières françaises
  • bachar al assad est en train de perdre la guerre, on va gagner les amis, on va gagner
  • etc
    NB: j’ai volontairement mixé des fake news avérés et les tristes réalités (que certains voulaient cacher)
Comcom1

Ah zut du coup bientôt plus de BFM ? :rofl:

Guilde69

Bah quand une fake news est avéré. Les chambres a gaz c’est avéré donc fake news (pour ce qui disent que ça n’existe pas). Y’a tellement de possibilité de recherche que c’est assez simple aujourd’hui de savoir ce qui est une fake news ou pas.

Et pour les affaires d’états (nuage de tchernobyl) c’est compliqué, mais pour tout ce qui est petit compte, facilement prouvable (tout ce qui est checké par afpfactuel par exemple) c’est simple.