Scandale Wirecard : la Commission européenne réclame une enquête rapide

26 juin 2020 à 17h55
0
Commission européenne Europe ©Pixabay
© Pixabay

Le régulateur financier allemand est dans le collimateur de l'Union européenne, qui l'accuse de manquements à sa mission de contrôle de la société de gestion de paiements, qui s'est déclarée en faillite jeudi.

En cette fin de semaine, l'actualité se bouscule autour de Wirecard. La fintech allemande, spécialisée dans les paiements en ligne, a demandé l'ouverture d'une procédure de dépôt de bilan, jeudi 25 juin, après la découverte d'un trou de près de 2 milliards d'euros dans ses comptes. La BaFin, l'Autorité fédérale de supervision financière allemande, a-t-elle fait défaut à son rôle de surveillance ? Les institutions européennes veulent en avoir le cœur net.

Une enquête préliminaire qui devrait être bouclée au plus tard le 15 juillet

Wirecard pourrait être déclarée officiellement en faillite et laisser 3,5 milliards euros de dettes sur la table, qui ne retourneront probablement pas dans les poches des nombreux créanciers de l'entreprise cotée en Bourse à Francfort. Il y a quelques jours déjà, les regards s'étaient tournés vers la BaFin, le gendarme allemand financier, accusée de ne pas avoir été suffisamment prévenante avec à l'entreprise aux 6 000 salariés.

Jeudi soir, la Commission européenne a adressé un courrier au président de l'Autorité européenne de supervision des marchés financiers (ESMA), Steven Maijoor, pour demander l'ouverture d'une enquête préliminaire sur un scandale qui secoue l'Allemagne et qui s'étend bien au-delà des frontières du pays.

La Commission somme l'institution basée à Paris de procéder à une analyse préliminaire et d'en livrer les résultats très rapidement, « au plus tard le 15 juillet », a-t-on appris.

Bruxelles veut détecter « d'éventuelles défaillances en matière de surveillance »

La Commission européenne souhaite que les superviseurs européens étudient de près le cas de la société de paiement en ligne et la gestion de ce dernier par le gendarme allemand de la finance, afin de déterminer s'il a enfreint la loi européenne sur les rapports financiers. « Nous allons faire ce travail et présenter nos conclusions », a d'ores et déjà prévenu un porte-parole de l'ESMA. Du côté de Bruxelles, on redoute « d'éventuelles défaillances en matière de surveillance ».

Dans le cas où il y aurait eu manquement de la part de l'autorité allemande, l'Union européenne pourrait sommer la BaFin d'introduire de nouvelles réformes dans ses méthodes de travail. Le gouvernement allemand, lui, a évoqué un « scandale sans équivalent dans le monde de la finance » et en a profité pour annoncer un durcissement des contrôles du secteur.

En l'espace d'une semaine, Wirecard a créé une véritable onde de choc en Allemagne, symbolisée par le départ de son président-directeur général Markus Braun et de la perte des 1,9 milliard d'euros, qui n'auront jamais existé et n'auront été qu'un prétexte pour gonfler les comptes de l'entreprise.

Source : Ouest-France

Modifié le 29/06/2020 à 08h49
7
8
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
Lenovo lance un mini-ordinateur complètement passif équipé de processeurs AMD Athlon
scroll top