Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade

Benoît Théry Contributeur
17 octobre 2019 à 11h35
0
18+

Le Royaume-Uni n'appliquera finalement pas son contrôle des sites à caractère pornographique. Après des années de controverses, le pays a laissé tomber la troisième partie de son Digital Economy Act 2017.

Des décisions à l'efficacité contestée sont ainsi enterrées. La secrétaire d'Etat Nicky Morgan souligne cependant que le Royaume-Uni continuera sa lutte en ligne.

« Porn pass »

Pour le Royaume-Uni, la problématique est celle de l'exposition des mineurs à des contenus pornographiques. En 2016, le ministère britannique de la culture et des médias a mené une enquête publique concernant l'accès aux sites pornographiques, en annonçant réfléchir à la pertinence de la signalisation audiovisuelle, notamment au sigle « 18 » apposé au contenu audiovisuel érotique et « R18 » pour du contenu pornographique.

En 2018, le Royaume-Uni prévoyait ainsi l'instauration d'un « porn pass » pour l'année suivante. Il devait s'agir d'un code à 16 chiffres fourni par les marchands de journaux aux personnes ayant prouvé leur majorité, et permettant d'accéder aux sites pornographiques. La mesure, qui s'inscrit au cœur d'un texte de loi, le Digital Economy Act, envisageait aussi de vérifier l'âge légal via les codes de cartes bancaires.

Un pas en avant, deux pas en arrière

Mais depuis, le Royaume-Uni n'a cessé de reculer. Les mesures annoncées ont d'abord été jugées insuffisantes ou inefficaces par beaucoup. Par exemple, des sites comme Twitter ou Reddit ne devaient pas être contraints par la loi : aucune vérification d'âge ne pouvait donc y être instaurée.

Des craintes concernant la vie privée des personnes ont également été émises. Aussi, le gouvernement a commencé à reculer au mois d'avril, alors que 40 % des opposants à la loi affirmaient qu'ils utiliseraient un VPN si le texte de loi entrait en vigueur. En juin, le projet a de nouveau été repoussé de six mois.

Aujourd'hui, il a définitivement été abandonné, Nicky Morgan annonçant que le Royaume-Uni « n'entamerait pas » la troisième partie de ce Digital Economy Act, qui devait effectivement instaurer cette vérification d'âge.

Mais si la mesure est abandonnée, la secrétaire d'état confirme néanmoins que le pays continuera de chercher des solutions. Un livre blanc publié en avril prévient que les sociétés de mise en ligne auront à assumer tout contenu illégal (pornographie, mais également terrorisme, harcèlement et usage détourné des réseaux sociaux). Le pays n'en a donc pas terminé avec le porno.

Source : The Verge
Modifié le 17/10/2019 à 11h47
26 réponses
19 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Porn : Macron veut
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top