Shutterstock repense sa rémunération des contributeurs, et ça ne passe pas très bien

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
29 mai 2020 à 08h20
1
© Shutterstock

La banque d’images en ligne Shutterstock a récemment dévoilé son nouveau système de rémunération des photographes-contributeurs. À compter du 1er juin, le montant des royalties s'indexera sur le volume de ventes de licences.

Un échelonnement qui s’étale de 15 à 40% du montant des ventes de licences, et qui n’est pas du tout du goût des contributeurs. Une pétition sur Change.org pour revenir sur cette décision a déjà recueilli 3 500 signatures à l'heure où sont écrites ces lignes.

Un nouveau système de rémunération décrié

Avant la récente décision de Shutterstock, chaque contributeur recevait un pourcentage égal du montant de la vente, lequel dépendait du type de contenu ayant trouvé preneur.

Après le 31 mai, tous les contributeurs sans exception seront placés sous ce nouveau régime de palier, qu’ils devront franchir un à un jusqu’au niveau 6 — le plus rémunérateur.

Le nouveau système de rémunération. © Shutterstock

Comme on peut le voir sur ce tableau, le niveau 1 offre une rémunération de 15% du montant des ventes, puis 20%, puis 25%, et ainsi de suite jusqu’au niveau 6 et ses 40%, lequel demande de vendre plus de 25 000 licences. Un pourcentage plus élevé qu’auparavant — les contenus les mieux rémunérés, les vidéos, offrant un pourcentage de 30% seulement.

Alors pourquoi cette grogne au juste ? Le système imaginé par Shutterstock, voulu plus juste, prévoit de réinitialiser le « niveau » de chaque contributeur chaque année. Ainsi, les plus gros vendeurs de la plateforme reviendront à chaque 1er janvier à une rémunération de 15%, et il leur faudra recommencer toute l’ascension du début.

L'ancien système offrait une rémunération selon le type de contenu vendu. © Shutterstock

Shutterstock botte en touche

Forcément interrogé par ses contributeurs et par les médias spécialisés comme PetaPixel, Shutterstock n’entend pas repenser son nouveau système.

D’après la plateforme, « le nouveau système est conçu pour s’adapter aux changements du marché tout en créant de nouvelles opportunités pour tous les contributeurs. Il récompense les créateurs pour produire du contenu de qualité, pertinent et en forte demande de la part de nos clients ». Quant au sujet de la réinitialisation des niveaux tous les ans, la banque d’images n’en démord pas : «en réinitialisant les royalties chaque année, nous visons à offrir l’opportunité à nos contributeurs d’être correctement rémunérés pour du contenu qui fonctionne bien à un moment donné, et qui offre plus de revenus potentiels ».

Anticipant une lourde perte dans leurs revenus, les contributeurs les plus fidèles du site s’inquiètent. Mais la plateforme ne l’entend pas de cette oreille. Son nouveau système est le bon ; il permet à de nouveaux artistes d’émerger et de coller davantage à la demande.

Via : PetaPixel

Modifié le 29/05/2020 à 08h34
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Valheim : quatre millions de ventes seulement trois semaines après la sortie en accès anticipé
Steam : le Remote Play Together va s'ouvrir aux joueurs sans compte, via Steam Link
Withings vous assure un suivi de santé à distance grâce à ses premiers produits à connexion cellulaire
Test NVIDIA GeForce RTX 3060 : la carte idéale pour le Full HD (1080p)
Army of the Dead : Netflix dévoile la première bande-annonce du film de braquage/zombies de Zack Snyder
En Chine, un constructeur de voitures électriques
MediFuite, une plateforme pour savoir vous êtes concerné(e) par la fuite de données médicales
Star Wars Republic Commando : un portage sur PS4 et Nintendo Switch attendu le 6 avril
YouTube va permettre aux parents de mieux contrôler le parcours de leurs ados
Test de Bravely Default II : un RPG à l'ancienne sans grands défauts ?
Haut de page