Beaucoup plus d'oxyde de fer et de titane découverts sous le manteau lunaire

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
08 juillet 2020 à 12h20
0
Le sol lunaire, photographié par l'atterrisseur chinois Chang'E 3 en 2013. ©CNSA/CLEP

Du métal ! Le petit radar embarqué sur la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA a aidé les chercheurs à identifier de grandes quantités de métaux dans les cratères de la Lune. 

De quoi renforcer le consensus sur l'apparition de notre satellite naturel.

Mauvaise fréquentation

C'est le genre de rencontre que la Terre ne fera plus jamais. Il y a plusieurs milliards d'années, une protoplanète nommée Theia et la Terre sont entrés en collision.

En plus d'une onde de choc à l'échelle du Système Solaire, les débris de cet événement se sont agglomérés avec le temps, pour former notre satellite naturel : la Lune. Ce modèle, supporté par de nombreuses observations est celui qui explique le mieux l'apparition de la Lune… Mais il soulève des incohérences. Notamment, une grande partie des terrains lunaires les plus connus n'ont pas la même composition ferreuse que la croûte terrestre.

Toutefois, grâce à de nouvelles données de la mission LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) de la NASA, les équipes scientifiques ont pu observer que, dans les régions avec d'importants cratères, qui mettent au jour le manteau lunaire, il est possible de trouver des concentrations de métaux beaucoup plus importantes.

Mesures indirectes, conclusions directes

C'est la conclusion d'une étude longue, car à l'origine le petit instrument Mini-RF (Miniature Radio-Frequency instrument) est un petit radar à synthèse d'ouverture, spécialisé dans la détection des glaces dans les cratères aux pôles de la Lune.

Comme il n'est pas possible de « voir » la glace, Mini-RF mesure la permittivité électrique, c'est-à-dire la valeur du champ électrique d'un milieu donné. La présence d'eau donne une valeur de permittivité, son absence, une autre, etc. Et sur la Lune, dans les cratères entre 2 et 5 km de diamètre, les relevées identifient de grandes concentrations de métaux : plus le cratère est imposant, plus il y en a.

S'il faudra d'autres mesures à l'avenir pour confirmer ces données, cela signifierait que seuls les premières centaines de mètres de profondeur sous la surface lunaire sont exemptes de fer et de titane : sous cette couche, les concentrations de ces deux métaux seraient bien plus importantes.

Les cratères lunaires n'ont pas encore livrés tous leurs secrets. Crédits NASA/GSFC

LRO en a encore sous le capot

« Ces résultats excitants de Mini-RF viennent prouver que même après 11 ans d'opérations lunaires, nous continuons nos découvertes sur l'histoire ancienne de notre plus proche voisine », explique Noah Petro, responsable scientifique de la mission LRO. « Ces données mettent en lumière un processus qui a environ 4,5 milliards d'années » ! La mission GRAIL en 2011 et 2012 avait déjà réussi à montrer que les matériaux sous la surface lunaire n'étaient pas uniformément répartis.

Ces travaux à eux seuls ne peuvent permettre de valider entièrement le modèle de l'apparition de la Lune, mais c'est un indice supplémentaire sur sa formation, qui vient renforcer l'hypothèse la plus largement acceptée aujourd'hui.

Source : NASA

Modifié le 08/07/2020 à 12h20
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top