Dubaï va accueillir le premier événement entièrement consacré au metaverse... mais ce ne sera qu'en présentiel

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
06 janvier 2022 à 15h15
9
© MetaWeek
© MetaWeek

La MetaWeek se déroulera du 7 au 10 mars aux Émirats arabes unis, dans l'optique de devenir un événement de référence dans l'écosystème du metaverse.

Quoi de mieux, pour booster un peu plus encore l'économie du metaverse, que d'organiser un événement physique consacré aux futurs univers virtuels de notre société ? Cet événement, chapeauté par la société NexChange Group, est baptisé la MetaWeek et aura lieu du 7 au 10 mars 2022 du côté de Dubaï, aux Émirats arabes unis, plus précisément depuis le Méridien Dubaï Hotel et le Conference Centre. Durant cette semaine, les participants pourront prendre part à divers événements physiques (et virtuels, mais en physique… vous suivez ?) autour du metaverse et assister à de multiples conférences.

Définir le futur royaume des metaverses

Le metaverse serait susceptible de générer plus de 1 000 milliards de dollars de revenus. Pour faire frémir toute cette économie, plusieurs grandes entreprises mondiales ont déjà fait un premier pas dans le monde virtuel. C'est le cas du groupe Meta (Facebook), avec un Horizon Worlds qui fait déjà ressortir quelques dérives, ou du géant de la grande distribution Walmart, qui imagine un metaverse dans lequel ses clients pourraient directement faire leurs courses.

Avec une volonté de briser les barrières entre l'espace numérique et le physique, le metaverse doit offrir une expérience visuelle à la hauteur, dans un monde virtuel fondé sur la blockchain et les fameux NFT (jetons non fongibles). Dans ce monde, les utilisateurs pourront échanger des données, des actifs numériques, prendre part à des jeux et créer des œuvres d'art de façon illimitée.

© MetaWeek
© MetaWeek

La MetaWeek invite ainsi le monde des NFT, les investisseurs, les membres de la communauté Blockchain et d'autres à participer à l'événement, pour une semaine physique de réseautage numérique, destinée à définir le futur royaume des metaverses.

Des sommités des actifs numériques et de la blockchain présents

Deux des quatre journées de l'événement seront réservées à des conférences animées par des personnalités sensibles aux univers des crypto-monnaies, NFT, metaverse et autres produits numériques. On trouvera ainsi notamment Dan Morehead, président-directeur général de Pantera Capital ; Roger Ver, fondateur de Bitcoin.com ; Charles Hoskinson, fondateur de Cardano et patron d'Input Output Hong Kong (IOHK) ; l'ancien astronaute de la NSA et entrepreneur Ron Garan ; ou encore Justin Sun, qui a récemment démissionné de TRON (TRX) et BitTorrent (BTT) pour se lancer en politique.

En parallèle des metaverses et des conférences, la MetaWeek sera l'occasion de se pencher sur divers thèmes plus ou moins liés au monde virtuel, comme les défis de gouvernance, le play-to-earn, les opportunités de marché, l'économie des créateurs des environnements metaverses ou les cas d'utilisation. Les questions d'identité numérique pour le monde réel et le metaverse seront aussi abordées.

Source : MetaWeek

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité de Clubic

Chargé de l'actualité de Clubic

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM), pour écrire, interroger, filmer, monter et produire au quotidien. Des atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la prod' vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et Koh-Lanta :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (9)

Fatima
«&nbsp;susceptible de générer plus de 1 000 milliards de dollars de revenus&nbsp;»<br /> Pauvre générations à venir, entre internet , réseau sociaux, streaming/media propagande et metaverse seront un bon produit bien formaté capitaliste et ceux qui n’y adheront pas seront traités de complotistes , extrémiste etc
bizbiz
Ou bien l’avenir des maisons de retraite … c’est déjà dans les pubs tv ^^ .
grayha
Tu sera traité de rien du tout tant que tu n’empêche pas les autres de faire ce qu’ils veulent. Je comprends pas cette mentalité de vouloir que tous le monde pensent de la même manière.<br /> Si les gens ont envie de passer leurs journée dans un monde virtuel c’est leurs droit, si tu veux pas y aller tu n’y va pas point barre
Pronimo
Ah le futur! Pleins de nouveaux datacenter pour le bien de l’humanité et la planète!<br /> Non parceque cela génère beaucoup de données (en vrai sauf si on lance du contenu streaming vidéos, audio, chat, techniquement un «&nbsp;MMORPG&nbsp;» c’est pas si ouf que ça) mais plutôt pour le brassage de données utilisateurs que ca va représenter ^^ Big meta brother!
Emelka
Oui tu as tout a fait raison, on le voit bien deja avec les reseaux sociaux, ou les big corp censurent meme des presidents deja ou essaient de limiter la libre pensee en faisant la promotion d’une pensee unique formatee. Des mondes virtuels diriges par des corporations privees, dont les regles sont les leurs et qui pourraient prendre le pas sur le reel pour beaucoup (revenus, vie sociale etc…) …bref le meilleur des mondes disait Huxley…
Cynian90
On ne peut pas forcer les autres à penser et se comporter comme soi, mais se plaindre de la culture présente est tout à fait légitime : on vit en société, ce que font tes voisins t’affecte immédiatement. Prenons une extrême, si d’un jour à l’autre tout le reste de la population se mettait à parler uniquement le Japonais, tu te sentirais comment ? Comment est-ce que ça affecterait ton bien être, tes possibilités de te faire embaucher, de te faire des amis, de te faire stigmatiser… ?
KlingonBrain
Tiens, ils ont trouvé un beau mot marketing «&nbsp;Métachose&nbsp;» pour tenter de réchauffer le vieux soufflet de la hype «&nbsp;Second Life&nbsp;».<br /> Rappelez vous, c’était un truc qui devait (soit disant) révolutionner le monde… il y a 20 ans.<br /> Tout le monde à fait son petit tour dedans à l’époque ou c’était la «&nbsp;hype&nbsp;». Avant de passer rapidement à autre chose, probablement parce que les gens n’y ont pas trouvé suffisamment d’utilité concrète en tant qu’outil. Et même qu’en tant que divertissement.<br /> Cela dit, je reste persuadé qu’il y a des choses fabuleuses à tirer du concept. A condition bien sûr de mettre l’argent vraiment dans la R&amp;D et de ne pas survendre le machin avant d’en avoir tiré quelque du concret.
aazert
Comme c’est facile de tout maitre sur le dos de la «&nbsp;liberté de pensée&nbsp;». Liberté politique oui, celle qui nuit à autrui : Non. Si tu fais référence à Trump ses tweets servaient quelles causes au juste ? Evidement que dans ce cas précis la censure fait sens, tout comme n’importe quelle autre incitation malveillante. Ce n’est pas le politicien qui est censuré mais bien les débilités que le guguss proliférait.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet