Mazda ne veut plus d'écrans tactiles dans ses véhicules

Sylvain Nawrocki Contributeur
17 juin 2019 à 15h14
0
Mazda 3 2019 intérieur

Les écrans tactiles se sont invités partout dans notre quotidien, qu'il s'agissent des smartphones et autres tablettes, ou qu'ils s'immiscent sur différents objets domestiques, de nos cuisines à nos salons, et bien entendu, dans les voitures de dernière génération. Prenant le contre pied de cette tendance, la marque Mazda considère cependant que ces écrans ne devraient pas envahir les voitures, du moins, pas à proximité du conducteur.

Les responsables de la marque ont exprimé la difficulté de cette décision qui va à contre-courant de ce qui se fait actuellement. Cependant, leurs études sur les effets que pouvaient avoir les écrans tactiles sur la sécurité et le confort de conduite, suggèrent qu'il vaudrait mieux penser à des alternatives, comme avec la quatrième version de la Mazda 3, que l'on a commencé à voir au début de l'année 2019, et qui est commercialisée depuis le mois d'avril.

Un facteur de risque non négligeable


Combien de temps le conducteur passe-t-il à sélectionner des options sur l'écran, au détriment de son attention sur la route ? C'est ce qui a été étudié, et a poussé Mazda à chercher des moyens de minimiser ces moments d'inattention. « Lors de nos recherches, précise Matthew Valbuena, ingénieur chez Mazda, lorsqu'un conducteur cherche à atteindre un écran tactile, il applique sans s'en rendre compte une force sur le volant, qui fait dévier le véhicule de sa trajectoire. Et bien entendu, un écran tactile implique qu'on le regarde en le manipulant... C'est pour cela que nous avons décidé de ne plus proposer d'écran tactile ».

Vers plus de sécurité


Selon Mazda, les grands écrans que l'on peut trouver à proximité du conducteur sur des véhicules comme la Tesla Model 3, par exemple, ne sont pas une bonne solution, et c'est sans doute pour cette raison que cette nouvelle Mazda 3 embarque, dès le modèle d'entrée de gamme, un affichage tête haute, qui permet de limiter les moments où le conducteur ne regarde pas la route. En outre, les options proposées sur l'écran central sont pilotées par une molette située à proximité du levier de vitesses.

Si toutes les marques font des recherches pour améliorer la sécurité des véhicules, elles n'arrivent pas toutes aux mêmes conclusions ni aux mêmes propositions. Néanmoins, dès 2017, une étude conduite par la AAA Foundation for Traffic Safety suggérait aussi que la charge cognitive et visuelle induite par la présence d'écrans tactiles présentait des risques de distraction potentiellement dangereux.

Source : MotorAuthority
Modifié le 18/06/2019 à 09h49
52 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top