Renault et Fiat Chrysler discutent d'une fusion destinée à former un géant mondial

le 27 mai 2019 à 16h11
0
Renault
IgorGolovniov / Shutterstock.com

L'hypothétique fusion des deux homologues aurait pour conséquence de créer l'un des tout premiers constructeurs automobiles mondiaux.

Le monde de l'automobile pourrait bientôt être bouleversé par l'association de deux acteurs de poids. Dans la nuit du dimanche 26 au lundi 27 mai, le constructeur Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a adressé une lettre à Renault dans laquelle il propose tout à fait officiellement une fusion des deux groupes, parfaitement équitable à 50-50, pour former l'un des mastodontes du secteur. Les discussions sont ouvertes.

La possibilité de devenir le premier constructeur auto mondial


Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler souhaiterait fusionner avec le groupe français Renault, ce qui permettrait, en l'état, de créer le troisième groupe automobile mondial avec quelque 8,7 millions de véhicules vendus chaque année et un chiffre d'affaires de 170 milliards d'euros, d'après un communiqué publié ce lundi 27 mai.

Dans l'idée de constituer « un portefeuille de marques large et complémentaire offrant une couverture complète du marché, du luxe au grand public », la fusion des deux groupes pourrait même déboucher sur la naissance du tout premier constructeur mondial automobile (et de loin !) si Fiat Chrysler venait à s'associer avec Renault, mais aussi avec les deux autres membres de son alliance, Nissan et Mitsubishi. La fusion pèserait alors pour près de 15 millions de véhicules, bien loin devant les deux leaders mondiaux du secteur, Volkswagen et Toyota (entre 10 et 11 millions d'unités écoulées chacun en 2018).

Renault accepte officiellement de discuter


L'un des objectifs affichés de Fiat Chrysler est par ailleurs de devenir un leader mondial qui placerait les technologiques dites de « transformation » au cœur de l'attention, en développant massivement les véhicules électriques et les concepts autonomes. Les synergies attendues seraient de l'ordre de 5 milliards d'euros pour FCA et Renault. Sur le plan salarial, cette fusion pourrait ravir les employés actuels des deux parties, puisque l'union hypothétique ne serait pas synonyme pas de fermetures d'usines, assure Fiat Chrysler dans son communiqué.

Lundi en fin de matinée et après la réunion de son conseil d'administration, Renault a adressé sa réponse à FCA et indique avoir décidé d'étudier la proposition d'une éventuelle fusion 50/50 entre les deux sociétés.

Le 29 mai, le prochain conseil de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi sera l'occasion d'en savoir plus sur la façon dont les Japonais appréhendent cette possible fusion.
Modifié le 27/05/2019 à 17h24
Mots-clés :
Automobile
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Intel baisserait bientôt les prix de ses processeurs de 15% en réponse au Ryzen 3000 de AMD
Steam ajoute un tag « LGBTQ+ » et ouvre un hub dédié à ces contenus
Le module photo du Galaxy Note 10 aurait une ouverture variable
Phil Spencer l'assure : Microsoft n'a pas présenté tous ses gros jeux durant l'E3
Alors que Google abandonne ce marché, Huawei présente deux nouvelles tablettes sous Android
La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
Google Duo permet désormais de partager des photos dans ses messages
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
Flight Simulator supportera le contenu créé par la communauté
Airbnb organise un hackathon à Paris pour recruter les meilleurs développeurs
scroll top