Et Ford inventa la voiture de police autonome qui donne des amendes toute seule

Par
Le 06 février 2018
 0
Si les voitures autonomes doivent, en théorie, respecter le Code de la route à la lettre (puisqu'il sera intégré à leur programme), il sera possible de contourner cette fonction. En Europe, par exemple, les autorités n'ont pas encore validé le principe de la voiture autonome n'ayant pas de volant et demandent à ce qu'un conducteur soit toujours présent et puisse prendre les commandes.

Ce conducteur pourrait alors facilement contrevenir à la loi en appuyant sur le champignon. Il doit donc être sanctionné et c'est à la police d'entrer en jeu.

Quand la voiture autonome donne des amendes à la voiture autonome


Il y aura sur les routes du monde entier, encore des patrouilles pour surveiller et intervenir, mais Ford a déposé en juillet 2016 une demande de brevet pour une voiture autonome de police. Une manière de permettre de sanctionner les conducteurs sans avoir besoin de dépêcher de patrouilles, celles-ci pouvant ainsi s'occuper d'autres problèmes nécessitant, pour le coup, une intervention humaine.

Le brevet présente donc le principe suivant : une voiture autonome de la police remarque une voiture en infraction. Elle va la pourchasser mais pas l'arrêter : elle va communiquer avec l'ordinateur de bord afin que ce dernier lui donne les informations nécessaires pour, le cas échéant, donner une amende. La voiture de police saura, par exemple, si la voiture est en mode autonome ou manuel et, dans ce dernier cas, qui est au volant.

En gros : il s'agit d'une voiture autonome de la police qui donne une amende de manière totalement autonome à une autre voiture autonome. C'est beau le futur.

01f4000008754792-photo-logo-turbo-1280-police-voiture.jpg


L'Intelligence artificielle pour attraper les chauffards ?


Ford va même plus loin dans son idée de véhicule autonome de la police, en imaginant une Intelligence artificielle qui serait en mesure d'analyser les habitudes des chauffards ainsi que le trafic routier. De cette manière, elle pourrait alors identifier le meilleur endroit où se placer pour repérer celles et ceux qui ne respectent pas le Code de la route.

Naturellement, ce brevet n'est qu'un brevet et Ford précise qu'il est loin de devenir réalité. Il y a notamment un problème de taille : il faut que la voiture de police puisse communiquer avec toutes les autres voitures sur la route. Si les voitures commencent à être de plus en plus connectées, il faudra des dizaines d'années pour que ces technologies soient embarquées sur la majorité des véhicules car, pour l'instant, elles ne sont réservées qu'aux modèles haut de gamme, du fait de leur prix.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Transports

scroll top