Voiture autonome : quels sont les différents niveaux d'autonomie et en quoi consistent-ils ?

29 octobre 2021 à 15h05
10
Renaut Waymo voiture autonome

Serpent de mer de l’automobile, la voiture autonome n’est pas encore une réalité. Du moins dans sa version la plus automatisée, qui lui permet de se passer de conducteur. En revanche, plusieurs niveaux existent, et ceux-là sont une réalité.

En 1959, le magazine Science et Vie imaginait la voiture de 1980, qui devait être soit volante (donc sans roues), soit autopilotée si elle était équipée de roues. Plus de 60 ans plus tard, la voiture volante n'est pas vraiment une réalité. En revanche, la voiture autonome en est une… ou presque, puisque si elle n'a pas vu le jour dans sa forme ultime où le conducteur pourrait se prélasser en laissant la voiture atteindre sa destination sans aucune intervention humaine, elle se décline en plusieurs degrés.

Une hiérarchie existe donc pour segmenter les voitures en cinq catégories distinctes, notamment définies par la norme SAE , qui fait foi dans le segment des voitures autonomes. Ces niveaux sont utilisés par les constructeurs et la presse pour évoquer le niveau d’autonomie d’une voiture.

10 Volvo Cars voiture autonome lifestyle_cropped_0x0_cropped_0x0
Lire tout en se faisant transporter ? On peut continuer de rêver

Niveau 0 – Aucun système autonome

Il s’agit du niveau le plus bas dans la hiérarchie. Il n’est même pas question d’autonomie ici, puisque seules quelques aides à la conduite basiques permettent à une voiture d’atteindre ce niveau, telles que les warnings automatiques ou les détecteur d’angles morts. Soit des équipements qui permettent d’améliorer la note à l’EuroNCAP, mais en aucun cas de prendre le contrôle sur la conduite. Pris en compte par SAE International, ce niveau n'a aucune pertinence en matière de conduite autonome.

Niveau 1 – Assistance au conducteur

Le conducteur est toujours le seul maître à bord et doit constamment superviser les assistances à la conduite, qui se désactiveront s'il ne montre pas de signes d’attention. Les aides présentes, qui peuvent agir de façon autonome, n’offrent donc qu’un niveau d’assistance à la conduite. 

Mais la marge laissée au système est mince : les aides ne peuvent s’occuper que de la direction ou (on insiste sur le terme) de l’accélération et du freinage. En plus des autres systèmes précédemment cités, une voiture doit s’équiper du régulateur de vitesse adaptatif ou de l’aide au maintient dans la voie pour grimper au niveau 1 en matière de conduite semi-autonome. Cela représente une très grande majorité de voitures disponibles sur le marché.

Niveau 2 – Automatisation partielle de la conduite

Pour atteindre le niveau 2 de conduite semi-autonome, l’évolution est très légère par rapport au précédent grade. Ici, une voiture doit être capable de gérer à la fois la direction et le contrôle longitudinal (accélération et freinage). Une petite différence qui donne un peu plus de responsabilité à la voiture.

Avec les mains sur le volant, le conducteur peut laisser la voiture s’occuper de la direction avec un système de centrage sur la voie et de l’accélération/freinage avec le régulateur de vitesse adaptatif. Entrent aussi en ligne de compte, dans ce niveau 2, les différents systèmes d’assistance dans les embouteillages.

Ford-CoPilot360 © Ford
Le système Ford CoPilot assure une conduite "main-libre" sur certaines portions

Niveau 3 – Automatisation de la conduite sous conditions

Ce niveau est le premier pallier vers la véritable voiture autonome. Selon la définition des autorités, le conducteur ne doit pas nécessairement conduire pour garder les assistances actives, mais seulement reprendre la main lorsqu’elles l’estiment nécessaire. Une différence de taille donc, puisque la voiture est suffisamment équipée pour prendre en compte l’environnement extérieur.

C’est ce que propose entre autre le système AutoPilot de Tesla , trompeur dans son nom puisque pas entièrement autonome. Mais il est bridé par le cadre règlementaire, où le niveau de conduite autonome de niveau 3 n’est pas autorisé.

En revanche, ce niveau sera autorisé dans l’Hexagone dès le mois de septembre 2022 : faisant suite au décisions de l’ONU, la France permettra aux voitures de niveau 3 de circuler en toute autonomie (sans les mains sur le volant, mais avec un conducteur derrière ce dernier) dans certaines zones. Et la décision est de poids, puisque le Code de la route a été modifié  en conséquence : en cas d’accident, le conducteur pourra être dégagé de toute responsabilité si le système est utilisé correctement. C’est là toute la différence entre une voiture semi-autonome (ou sur-assistée) et la véritable voiture autonome, qui prend les commandes et avertit le conducteur selon les différentes situations rencontrées.

Niveau 4 – Haut niveau d’automatisation de la conduite

C’est à partir de là que la véritable définition de voiture autonome commence à faire sens. Ici, le système ne réclame pas l’intervention du conducteur. Même en cas de danger ou face à d'autres situations complexes, la voiture doit être capable de continuer son chemin ou de prendre les bonnes décisions afin d'éviter un danger.

Mais le cadre est toujours le même, et ces voitures autonomes de niveau 4 ne peuvent évoluer que dans un secteur ou sur un trajet prédéfinis. C’est le cas notamment de quelques taxis ou navettes autonomes, comme la navette Navya de Keolis qui circule entre Saint-Quentin-en-Yvelines et Montigny-le-Bretonneux. A l’image de ces dernières, les véhicules de niveau 4 peuvent se passer de pédales et de commande de direction.

Audi Skysphere Concept interieur © Audi
L'Audi Skysphère Concept propose un volant rétractable

Niveau 5 – Automatisation complète de la conduite

La vraie voiture autonome, c’est elle : bardée de capteurs et de radars, elle est capable de rouler en parfaitement autonomie, partout, tout le temps et quelles que soient les conditions. Elle s’affranchit donc de toutes les limites.

Mais bien que de nombreux constructeurs et équipementiers s’efforcent d’atteindre ce niveau ultime , la voiture autonome est encore un rêve lointain : de nombreux paramètres variables peuvent venir compliquer la conduite autonome dans un environnement donné. La route est encore longue avant de laisser cette automobile entièrement autonome en liberté. Au même titre que la voiture volante, elle n'existe que dans la fiction pour le moment.

Reste qu’à ce niveau, de nombreuses questions se pose en cas de danger avec peu d’issues possibles, notamment celles qui mettront en cause la sécurité d'un piéton et celle du conducteur : qui des deux devra être épargné ? Personne ne sait répondre à l’heure actuelle, tant le dilemme est cruel. 

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
11
Niverolle
Quel régression ! Autrefois, une poignée d’avoine et un cheval suffisait pour renter bourré du bistro…
KlingonBrain
Vous avez oublié le niveau -1, -2 et ainsi de suite qui vont jusqu’a -10, un conducteur humain qui prends simultanément des tranquillisants, du café, de l’alcool et qui n’a jamais passé son permis.
boced66
Bonjour,<br /> Je trouve que cette vidéo de Laurent Schmitt explique bien les niveaux,<br /> Il y a quelques divergences entre votre version et la sienne,<br /> Difficile de savoir ou est le vrai même si j’ai tendance a plus faire confiance à Laurent
snoopyz
A quel niveau se situe le régulateur de vitesse non-adaptatif? Niveau 0, comme le radar de recul? Et les fonctions d’aide au stationnement qui gèrent à la fois la direction et pour certains, les pédales également?
MattS32
Le régulateur de vitesse non adaptatif, je dirai que c’est du niveau 0, c’est totalement sous contrôle du conducteur (certes, la voiture contrôle toute seule l’accélération, mais c’est sur la base d’une consigne de vitesse donnée par le conducteur, la voiture ne décide pas de la vitesse).<br /> L’aide au stationnement, je mettrai ça dans le niveau 1 s’il n’y a que la direction, 2 s’il y a aussi l’accélération/freinage.
Krypton_80
«&nbsp;La vraie voiture autonome, c’est elle : bardée de capteurs et de radars, elle est capable de rouler en parfaitement autonomie, partout, tout le temps et quelles que soient les conditions. Elle s’affranchit donc de toutes les limites.&nbsp;»<br /> Même les limitations de vitesse? <br /> J’ajoute que «&nbsp;en parfaite autonomie&nbsp;» me semble plus correct, non?
Augusto
Eh oui. Poney= lvl 5. Sangles pour pas tomber et bassine pour vomir et hop ! Retour chez Bibiche en toute sécurité.
philouze
pour moi le non adaptatif est un 0, du fait que c’est une consigne de vitesse. il n’y a pas autonomie, mais seulement maintient d’une seule variable, la vitesse.
Paul_Hewson
"<br /> C’est ce que propose entre autre le système AutoPilot de Tesla , trompeur dans son nom puisque pas entièrement autonome. Mais il est bridé par le cadre règlementaire, où le niveau de conduite autonome de niveau 3 n’est pas autorisé."<br /> C’est faux, Tesla propose seulement du niveau 2. Et ce n’est pas à cause de la réglementation. Voir les mails de Tesla au DMV Californien.
loracle
Cependant, l autonomie parfaite ne sera atteinte que si on mets en place des routes intelligentes, je vais pas le répéter 1 milliards de fois pffff
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Formule E : la nouvelle génération arrive, plus légère et beaucoup plus efficace
Tesla commercialise un
Stellantis augmente l'autonomie de plusieurs de ses citadines électriques
Le P.-D.G. de Renault estime que la pénurie impactera l'entreprise jusque mi-2022
Xubaka : il y aura une moto électrique française au CES, et elle est 100 % personnalisable
L'enseigne Carrefour va équiper ses parkings de 2 000 bornes de charge rapide
Xiaomi compte produire 300 000 véhicules électriques par an dans son usine de Pékin
Nissan dresse sa feuille de route à 2030 et mise (très) gros sur l'électrique
Kawasaki confirme le lancement de trois motos électriques en 2022
Si MacGyver avait eu une moto électrique, ç'aurait certainement été une CAKE
Haut de page