"Pas de tueuse de Tesla", Faraday Future est bien un pétard mouillé

29 février 2016 à 13h37
0
Faraday Future est bien le pétard mouillé qu'on a prédit. Le constructeur est en déroute, trois mois seulement après son lancement en grande pompe au CES.

Lancé en tout début d'année au CES, Faraday Future promettait de révolutionner « très rapidement » l'automobile tout comme l'iPhone a révolutionné la téléphonie. Il disposait pour ce faire d'une « équipe incroyable » et d'une « vision nouvelle ». Trois mois plus tard, tous ces aspects lui font défaut. C'est ce que révèle un article du Guardian, qui brise l'espoir de voir apparaitre un concurrent direct de Tesla Motors.

Lire : CES 2016 : Faraday Future s'attaque à Tesla avec mille chevaux sous le capot

0226000008311942-photo-chassis-faraday-future.jpg
D'un concept tonitruant à un vulgaire châssis en trois mois


Pour commencer, le Guardian révèle que l'« équipe incroyable » a perdu son pilier principal. Porter Harris a effectivement quitté l'entreprise. « Il était la batterie, » indique un cadre du constructeur sous couvert d'anonymat. C'est cet ingénieur qui est l'architecte des batteries du constructeur, mais aussi le détenteur des brevets. Or, la batterie est l'une des, sinon la pièce maitresse d'une voiture électrique.

Faraday Future a aussi des difficultés à développer les fonctions de pilote automatique et de divertissement, pourtant au centre de ses promesses, selon une source du journal. L'un des cadres « pense » que le constructeur « essaiera d'obtenir une licence pour la technologie autonome de quelqu'un comme Google ».

Par ailleurs, le Guardian signale qu'il n'a trouvé aucune trace de la société en Californie, alors qu'elle prétend y employer au moins 260 ingénieurs. Le trésorier de l'État du Nevada, où le constructeur est supposé construire une usine à 1 milliard de dollars, est d'ailleurs méfiant et réclame une caution de 75 millions de dollars pour la construction des infrastructures publiques.

Pour autant, des sources affirment que le développement suit son cours. Faraday Future ne prépare plus 13 modèles, seulement quelques uns à partir de la plateforme modulaire maison. Il ambitionne de lancer une berline de luxe, mais « ce ne sera pas vraiment une tueuse de Tesla, » selon un cadre qui a, depuis, quitté l'entreprise. Elle serait encore plus lourde et encombrante, tout en étant « belle et sculptée ».

Cette voiture serait lancée fin 2017 pour un prix d'au moins 150 000 dollars, et n'aurait donc presque rien à voir avec ce qui était attendu.

03E8000008361604-photo-le-projet-d-usine-de-faraday-future.jpg

Contenus relatifs
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
scroll top