Des dizaines de débris encore en orbite six mois après un test indien

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 septembre 2019 à 17h28
0
Debris Microsat-r en orbite en septembre 2019
Débris Microsat-r encore en orbite à fin septembre // SatTrackCam

Le 27 mars 2019, l'Inde détruisait volontairement l'un de ses satellites avec un missile. Contrairement à ce que le pays avait promis à l'époque, ce test a généré des dizaines de débris qui sont encore en orbite aujourd'hui.

Pour les autorités indiennes, c'était la « Mission Shakti » : un test de missile anti-satellite (PDV Mk 2) qui désintégrait quelques minutes après son lancement le satellite Microsat-r, mis en orbite deux mois plus tôt, au moment où il passait 285 kilomètres au-dessus du site. Une fierté pour la défense indienne, qui prouvait au monde entier qu'elle disposait d'une arme rarissime capable de détruire les satellites de ses ennemis en cas de conflit.

Malheureusement, au moment de l'impact ce sont des centaines, voire des milliers de pièces du satellite qui ont été éjectées dans toutes les directions. Ces débris constituent un danger car ils ne sont pas catalogués, mais aussi parce que d'autres objets en orbite doivent parfois manœuvrer pour éviter d'entrer en collision avec eux.

Des dizaines de morceaux de satellite

Pour se dédouaner, les autorités indiennes avaient rapidement indiqué que leur test anti-satellite était « propre » et que l'ensemble des débris générés par leur missile devaient se désintégrer en re-rentrant dans l'atmosphère après seulement 45 jours. Mais six mois plus tard, plusieurs experts (dont le Dr. Marco Langbroek) continuent d'alerter sur les effets de cette collision : il reste plusieurs dizaines de débris en orbite ! 38 d'entre eux sont catalogués aujourd'hui, mais ce chiffre peut augmenter au fur et à mesure de leur découverte, certains étant si petits qu'ils ne sont pas détectés par les radars au sol.

Pire encore : plusieurs morceaux de Microsat-r pourraient rester en orbite au moins jusqu'à 2024. La trajectoire de certains dépasse les 1 000 km d'altitude, ce qui pourrait les amener à croiser l'ISS (400 km d'altitude), les satellites d'observation de la Terre (500-700 km d'altitude) ou même la constellation Starlink (550 km d'altitude).

Pas de « guerre des étoiles » (ouf)

Par chance, les armes de destruction anti-satellite, qui ne font l'objet d'aucune restriction internationale, n'ont jamais été utilisées dans le cadre d'un conflit.

Seuls la Russie, l'Inde, les Etats-Unis et la Chine en ont dans leur arsenal, et ces deux dernières nations avaient fait craindre le pire des scénarios en enchaînant leurs propres démonstrations sur des satellites en 2007 et 2008. Une partie des débris (surtout chinois) sont d'ailleurs encore en orbite aujourd'hui.

D'autres pays, comme la France, cherchent à développer cette capacité de destruction sans projectile, en utilisant par exemple des technologies laser.

Source : SatTrackCam.
Modifié le 30/09/2019 à 17h55
25
15
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top