Des dizaines de débris encore en orbite six mois après un test indien

Eric Bottlaender Contributeur
30 septembre 2019 à 17h28
0
Debris Microsat-r en orbite en septembre 2019
Débris Microsat-r encore en orbite à fin septembre // SatTrackCam

Le 27 mars 2019, l'Inde détruisait volontairement l'un de ses satellites avec un missile. Contrairement à ce que le pays avait promis à l'époque, ce test a généré des dizaines de débris qui sont encore en orbite aujourd'hui.

Pour les autorités indiennes, c'était la « Mission Shakti » : un test de missile anti-satellite (PDV Mk 2) qui désintégrait quelques minutes après son lancement le satellite Microsat-r, mis en orbite deux mois plus tôt, au moment où il passait 285 kilomètres au-dessus du site. Une fierté pour la défense indienne, qui prouvait au monde entier qu'elle disposait d'une arme rarissime capable de détruire les satellites de ses ennemis en cas de conflit.

Malheureusement, au moment de l'impact ce sont des centaines, voire des milliers de pièces du satellite qui ont été éjectées dans toutes les directions. Ces débris constituent un danger car ils ne sont pas catalogués, mais aussi parce que d'autres objets en orbite doivent parfois manœuvrer pour éviter d'entrer en collision avec eux.

Des dizaines de morceaux de satellite

Pour se dédouaner, les autorités indiennes avaient rapidement indiqué que leur test anti-satellite était « propre » et que l'ensemble des débris générés par leur missile devaient se désintégrer en re-rentrant dans l'atmosphère après seulement 45 jours. Mais six mois plus tard, plusieurs experts (dont le Dr. Marco Langbroek) continuent d'alerter sur les effets de cette collision : il reste plusieurs dizaines de débris en orbite ! 38 d'entre eux sont catalogués aujourd'hui, mais ce chiffre peut augmenter au fur et à mesure de leur découverte, certains étant si petits qu'ils ne sont pas détectés par les radars au sol.

Pire encore : plusieurs morceaux de Microsat-r pourraient rester en orbite au moins jusqu'à 2024. La trajectoire de certains dépasse les 1 000 km d'altitude, ce qui pourrait les amener à croiser l'ISS (400 km d'altitude), les satellites d'observation de la Terre (500-700 km d'altitude) ou même la constellation Starlink (550 km d'altitude).

Pas de « guerre des étoiles » (ouf)

Par chance, les armes de destruction anti-satellite, qui ne font l'objet d'aucune restriction internationale, n'ont jamais été utilisées dans le cadre d'un conflit.

Seuls la Russie, l'Inde, les Etats-Unis et la Chine en ont dans leur arsenal, et ces deux dernières nations avaient fait craindre le pire des scénarios en enchaînant leurs propres démonstrations sur des satellites en 2007 et 2008. Une partie des débris (surtout chinois) sont d'ailleurs encore en orbite aujourd'hui.

D'autres pays, comme la France, cherchent à développer cette capacité de destruction sans projectile, en utilisant par exemple des technologies laser.

Source : SatTrackCam.
Modifié le 30/09/2019 à 17h55
25 réponses
15 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top