L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?

Yvonne Gangloff
Publié le 25 novembre 2020 à 14h12
Astéroïde

(99942) Apophis, du nom du « Dieu du Chaos » dans la mythologie égyptienne, est un astéroïde de 340 mètres de large, qui devrait « frôler » la Terre d'ici le mois d'avril 2029.

Apophis faisait déjà parler de lui il y a maintenant 15 ans, et à lire les médias ces dernières heures, ce n'est pas près de s'arrêter. En cause ? Une hypothétique collision avec la Terre, en 2029... Sauf que selon les calculs des scientifiques de la NASA, la probabilité de cette rencontre est nulle.


Visuel de la NASA montrant la trajectoire de l'astéroïde Apophis, en 2036 © NASA

« Frôler » la terre à 31 000 km de distance

En 2029, l'astéroïde Apophis devrait « frôler » la Terre à quelques 31 000 km de distance, un événement rare qui, cette fois, a été remis en lumière par Elon Musk, au travers d'un tweet le 18 aout.



Voilà donc ce qui a suffi à relancer les rumeurs quant à une éventuelle collision avec la Terre.

Avis aux superstitieux, le passage d'Apophis devrait avoir lieu un vendredi 13 avril. Pour autant, inutile d'invoquer la chance, puisque la probabilité d'une collision est nulle. Pour évaluer cela, les scientifiques ont utilisé l'échelle de Turin, outil de mesure permettant de définir le risque d'impact entre la Terre et un objet dit géocroiseur.

Les rumeurs, elles, semblent provenir du fait que, lors de la découverte d'Apophis en 2004, les scientifiques de la NASA avaient déterminé que l'astéroïde avait 1% de chance d'entrer en collision avec la Terre (niveau 4 de l'échelle de Turin), entraînant de possibles destructions.

Or, leurs calculs ont désormais, ramené le risque d'impact au niveau zéro de l'échelle de Turin : il est donc plus qu'improbable qu'Apophis n'entre en collision avec la Terre.

Pour les scientifiques de la NASA, c'est une chance plus qu'une inquiétude

Amarina Brozovic, scientifique spécialiste radar pour la NASA, est ravie de ce phénomène rare qui se produira dans dix ans.

Un fait qu'elle semble d'ailleurs pressée d'analyser : « Nous observerons l'astéroïde avec des télescopes optiques et des radars ». Il reste ainsi plusieurs années aux équipes de la NASA pour mettre en place tous les moyens nécessaires à l'observation approfondie de l'astéroïde.

Apophis est un phénomène rare, de par sa taille, conséquente, et sa proximité avec la Terre, qu'il va « frôler », à seulement 31 000 km. Il sera d'ailleurs visible à l'œil nu.

Pour les chercheurs de la NASA, notamment, Apophis va permettre d'étendre le champ des connaissances en astronomie mais aussi d'étudier, de manière plus précise, des moyens de prévention et de défense en cas de réelle menace d'impact avec un astéroïde, dans le futur.

Les chercheurs travaillent à la défense face aux astéroïdes

Les moyens de défense face à de possibles astéroïdes dangereux sont d'ores et déjà le terrain de recherche de nombreux scientifiques : parmi les stratégies actuellement étudiées, on trouve l'impact cinétique. Cette méthode consisterait à envoyer des engins spatiaux, à une vitesse très importante, afin de percuter l'astéroïde et dévier sa trajectoire. Aussi improbable puisse-t-il paraître, l'impact cinétique est, pour l'heure, la piste la plus sérieuse développée par les chercheurs : elle constitue d'ailleurs le cœur de la mission DART, qui devrait être testée en 2022.

L'utilisation d'une bombe nucléaire est aussi régulièrement évoquée, mais cette méthode manque encore de précision. En effet, faire exploser un astéroïde c'est aussi risquer de rater sa destruction et de le disloquer en une pluie de roches, qui seraient alors possiblement projetées sur la Terre. Aussi, selon les études en cours, il convient plutôt de faire exploser une bombe à plusieurs centaines de mètres de l'astéroïde, afin de dévier sa trajectoire.

Néanmoins, la NASA a encore le temps de mettre au point ses stratégies et ses outils, car selon ses propos, et à moins qu'elle n'ait omis des éléments dans ses recherches : « aucun astéroïde connu ne pose de risque significatif d'impact avec la Terre pour les 100 prochaines années ». Ajoutons à cela que le plus grand risque d'impact dangereux actuellement connu aurait lieu en 2185 !

Source : Express.co.uk , NASA
Yvonne Gangloff
Par Yvonne Gangloff

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
wedgantilles

L’astéroide est bien dangereux quoi qu’il en soit, même sans entrer en collision avec la terre. S’il passe à environ 31 000 kilomètres il pourrait potentiellement croiser la route de satellite géostationnaire. qui sont à environ 35800 km de la Terre. Ce qui pourrait là encore potentiellement être dangereux si un ou plusieurs était détruit leurs parties pourrait retomber vers la terre et toucher d’autres satellites ou l’ISS en leur causant des dégâts.

Aristote76

C’est vrai mais si il est géocroiseur on peut
assé facilement extrapoler la trajectoire de l’astéroïde. A moins que sa course ne soit changée rien ne devrai varier cet ellipse autour du soleil.

Aristote76

Oui avec l’effet papillon tout est possible:)

Carlomanus

Ce qui est assez fabuleux, sur la plupart de sites comme le vôtre qui diffusent des informations ur l’espace, pour parler de cet article, c’est qu’on ne compte plus, justement, ceux qui titrent :“la nasa va faire…”, “la nasa veut aller sur…”, " un chercheur de la nasa révèle que…".
Tout le monde en a plein la bouche, de cet organisme américain, au point d’en oublier qu’en Europe :eu:, nous avons L’ESA, qui cumulé les succès, qui a même grandement participé à la conception matérielle de la capsule Orion !
Un petit effort : vous devriez trouver le site de NOTRE agence européenne… Non ? :roll_eyes:

Aristote76

La Station Spatiale Internationale, se situe à environ 400 km d’altitude faudrai quand même un manque de chance. Quand aux petits débris il sont légion autour de la terre.

Aristote76

Oui c’est vrai dommage que son travail ne soit pas aussi médiatisé.

cirdan

On n’a pas besoin de corps céleste pour détruire la terre, les hommes (et les femmes, soyons moderne) peuvent très bien y arriver tout seuls.

vbond007

Il est vrai que la betise Humaine n’est pas l’apanage des hommes mais bien des Hommes. Et ça c’est bien plus flippant qu’un astéroïde éventuel…

Sekki

Le retour d’Apophis … mais dans 10 ans XD
Bon ça nous laisse du temps quand même :slight_smile:

nikon561

le risque existe vis a vis des satellites en effet, mais la trajectoire étant prévisible, on pourrait surement sans problème mettre les satellites concernant sur une orbite différente. de plus en cas de collision d’un satellite avec un astéroïde, les fragments qui en résulteraient serait vraisemblablement suffisamment petit pour qu’ils brûlent dans l’atmosphère. le seul risque serait en effet que ces fragments rencontrent d’autres satellites ou l’iss, la par contre en effet, çà peut faire du dégât!