Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies "noires"

Benoît Théry Contributeur
18 août 2019 à 17h32
0
Observatoire téléscope

À peine découvertes, elles suscitent déjà de nombreuses questions. Les 39 galaxies révélées dans une étude publiée le 8 août 2019 dans Nature ont toutes un point commun : elles sont « noires », c'est-à-dire invisibles aux yeux du télescope spatial Hubble. De par leur nombre et leur âge, ces galaxies remettent en question des a priori sur la formation et l'évolution de l'Univers.

Cette trouvaille aura également montré le besoin d'avoir recours à des télescopes toujours plus performants, l'équipe internationale à l'origine de la découverte ayant eu recours à l'ALMA, le plus puissant au monde.

Les galaxies noires comme chaînon manquant


Si l'on en croit David Elbaz, astronome au laboratoire AIM, les « galaxies détectées constituent probablement la première population de galaxies elliptiques massives formées dans l'Univers jeune » (soit la période entre quelques centaines de millions d'années et deux milliards d'années après le Big Bang). Mais ces galaxies sont trop nombreuses : elles seraient en effet dix fois plus nombreuses que les galaxies observables par le télescope Hubble. En outre, elles donnent à leur tour naissance à jusqu'à 100 fois plus d'étoiles que les galaxies visibles.

C'est ici que cette découverte surprend les experts : en moins d'un milliard d'années, l'Univers serait parvenu à créer des galaxies au moins aussi massives que la nôtre, et en grand nombre. Jusqu'à récemment, l'existence des galaxies noires relevait davantage de l'hypothèse. Désormais, elles pourraient constituer un élément central dans la compréhension de la formation de l'Univers. Cela dit, les modèles actuels ne permettent pas d'expliquer une formation aussi rapide, et dans une telle quantité, de galaxies massives.

Hubble n'aura pas suffi


Au-delà de la découverte des galaxies en elles-mêmes, cette étude aura montré les limites du télescope spatial Hubble. Ci-dessous, l'image présente cinq exemples parmi les 39 galaxies noires découvertes. La première ligne montre l'observation réalisée avec Hubble : les galaxies y sont invisibles, puisque le satellite se cantonne au champ du visible. C'est un autre satellite, appelé Spitzer, qui a mis en évidence des points lumineux (deuxième ligne). Et surtout, c'est le télescope chilien ALMA, le plus puissant au monde, qui aura finalement confirmé la découverte de ces galaxies (troisième ligne).

galaxies noires ALMA
Magazine Nature

Hubble, qui soufflera ses 30 bougies en 2020, a déjà beaucoup aidé à la compréhension de l'Univers. Mais l'observation des galaxies noires aura nécessité le recours à l'ALMA et à l'interférométrie, une technique utilisant plusieurs télescopes pour gagner en précision. Elle aura souligné le besoin pour les scientifiques de ne plus seulement s'intéresser aux domaines du visible et du proche infrarouge. Pour aller plus loin dans la compréhension de l'univers, il faudra désormais s'aventurer dans l'invisible.

Source : CEA
18 réponses
18 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
iPhone 11 : tout savoir sur le processeur A13 Bionic qui l'anime
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Uber s'enfonce (un peu plus) dans l'incertitude et licencie plus de 400 employés

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top