La sonde Beresheet emmène sur la Lune une immense archive de connaissances de l’humanité

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
27 février 2019 à 06h32
7
Lunar-library Beresheet
© Arch Mission Foundation / Bruce Ha

Vendredi dernier, la sonde spatiale israélienne Beresheet a pris son envol à bord d'une fusée Falcon 9 de SpaceX et a quitté l'orbite terrestre pour rejoindre la Lune. Outre le fait d'être la première mission spatiale israélienne ainsi que la première mission privée à destination de la Lune, Beresheet entend également sauvegarder une grande partie des connaissances et du patrimoine humains.

Initialement conçu dans le cadre du concours Google Lunar X Prize, Beresheet est un petit atterrisseur lunaire dont près de 70 % de la masse est constitué par ses 400 kg d'ergols. Aucun gagnant ne repartira finalement avec la dotation de 20 millions de dollars prévue dans le cadre du concours parrainé par Google en raison d'un calendrier largement dépassé, mais ça n'a pas empêché SpaceIL de continuer son aventure notamment grâce à son budget de 95 millions de dollars provenant de généreux donateurs.

Une première pour Israël

Lancé le 22 février à bord d'une fusée Falcon 9, Beresheet (qui signifie « génèse » en hébreu) doit atteindre son site d'alunissage - la Mer de la Sérénité située dans l'hémisphère nord de la Lune - aux alentours du 10 avril prochain.

Beresheet
Vue d'artiste sur Beresheet à la surface de la Lune © SpaceIL

Bien que Beresheet n'emporte avec lui qu'une très légère charge utile (un magnétomètre ainsi qu'une caméra) et possède une durée de vie qui n'excède pas les quelques jours, l'engin ne sera pas pour autant inutile. En effet, il embarque également un rétro-réflecteur fourni par la NASA qui servira encore après l'arrêt des batteries de l'engin. En outre, Beresheet embarque également une cargaison assez particulière : une archive contenant plus de 30 millions de pages de connaissances humaines !

Cette étrange initiative portée par l'Arch Mission Foundation n'est cependant pas la première. La mission de cette fondation à but non lucratif est en effet de constituer un « réseau interplanétaire de sites de sauvegarde ». De petites archives de test avaient par exemple déjà été placées à bord de la Tesla Roadster rouge qu'Elon Musk a envoyée en direction de Mars. Conçue pour durer des millions d'années, cette archive comprenait notamment la trilogie Fondation d'Isaac Asimov.

Une copie complète de Wikipédia va se poser sur la Lune

À peu près aussi épais qu'un DVD, le disque d'archive accompagnant Beresheet sur la Lune est constitué de 25 fines couches de nickel d'une épaisseur de 40 microns, supposées résister à l'environnement hostile de notre satellite, comme les radiations et autres températures extrêmes. Les 4 premières couches du disque contiennent plus de 60 000 images analogiques d'illustrations et de documents, ou encore de photographies qui peuvent être visionnées à l'aide d'un microscope optique à grossissement x100 pour la première couche et un peu plus puissant pour les trois couches suivantes. Ces couches analogiques contiennent également « une série de documents décrivant les spécifications techniques, les formats de fichiers et les connaissances scientifiques et techniques nécessaires pour accéder, décoder et comprendre les informations numériques codées dans les couches les plus profondes de la bibliothèque ».

Mais que contiennent les couches les plus profondes de cette « Lunar Library » ? Elles regroupent des données numériques compressées à un taux très élevé, environ 200 GB de données décrivant d'innombrables concepts de science et de culture dans plusieurs langues ainsi que les informations nécessaires permettant de comprendre la grande majorité des langues humaines. La librairie lunaire contient aussi plus de 25 000 livres de sciences et d'ingénierie, mais aussi des romans et des textes religieux, ainsi qu'une copie complète de l'encyclopédie libre Wikipédia.

Si l'objectif de l'Arch Mission Foundation est de conserver une sauvegarde des connaissances humaines en cas de catastrophe, ses créateurs assument également penser à ce qu'elle puisse un jour être visionnée par d'éventuels extraterrestres. Ces derniers devraient alors être particulièrement intrigués par quelques entrées de choix sur Wikipédia : mouvement raëlien, Flat Earth Society et autre crop circles d'origine extraterrestre leur promettent de bons moments de rigolade...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
0
Nmut
Effectivement, on va passer pour des crétins finis, juste avec les articles flat earth: comment une civilisation qui envoit des engins dans l’espace peut penser que la terre est plate et le centre de l’univers! <br /> Ou alors ils auront l’explication de la fin de cette civilisation. Il aurait fallu ajouter Facebook ou le forum 18-25 pour leur confirmer cette piste… :-/
iksarfighter
Cela m’étonnerait que Wikipédia tienne sur un disque, même high end. En Anglais au fait ?
sedirae
Pour info wikipedia en français fait 26go avec les images et seulement une petite dizaine sans elles! (donc tient largement sur un bluray)<br /> fr.wikipedia.org<br /> Wikipédia:Wikipédia hors-connexion<br /> L'objet de cette page est de répertorier les différents moyens de disposer de Wikipédia hors connexion. Pour cela :<br /> Par ailleurs, la fondation Wikimedia publie des sauvegardes de la base de données sur le site http://dumps.wikimedia.org/. Ces sauvegardes peuvent être téléchargées et utilisées pour consulter Wikipédia hors ligne après avoir installé localement son logiciel MediaWiki. Les dumps permettent aussi de créer un site miroir ou faire tout type de traitement automatique sur le contenu. To...<br /> J’imagine qu’en compressant bien (comme cité dans l’article), il y a moyen de faire tenir tout le wiki du monde (mais pas le p…)
6nema
pourquoi faut-il autant de temps (plus d’un mois et demi) pour se poser sur la Lune alors qu’il faut habituellement 4 jours ?
takavoter
en trajet direct, il faut simplement une grosse soixantaine d’heures pour faire un trajet terre/lune. Mais ici, le trajet n’est pas effectué directement. La raison c’est la très faible poussée de l’étage de transfert, qui oblige a progressivement augmenter l’apogée d’un poil a chaque fois qu’elle atteint le périgée (a l’opposé de l’orbite).<br /> Pour résumer ce lander, c’est un truc qui ne sert qu’a dire qu’ils ont posé un truc sur la lune. Les archives c’est du bidon intégral : a quoi ça sert de poser des archives illisibles (… sauf au microscope) sur la lune ? c’est juste idiot ! Cette sonde, c’est juste de la com et rien d’autre, pour épater les foules qui ne connaissent rien, en grande majorité, aux affaires spatiales et a leurs implications. Du vent total, comme la seule et unique falcon heavy tirée a ce jour, qui devait être la fusée du futur il y a 10 ans et qui ne sert strictement a rien aujourd’hui. Attention a avoir l’esprit affuté lorsque vous lisez une news concernant l’espace, 4 sur 5 sont du vent complet, comme celle ci.
6nema
financer un tel projet pour une telle finalité semble en effet grotesque et semble surtout cacher autre chose d’inavoué.
Fulmlmetal
Je suis bien d’accord avec cela, cette mission n’est rien d’autre qu’une opération de comm d’une start up. Elle n’a aucun interet scientifique ou technique.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Intel présente ses nouveaux NUC Pro
Ce chargeur à induction de chez Samsung est GRATUIT
BMW va adopter le même format de batteries que Tesla
Amazon Prime Video s'offre un coup de jeune bien mérité sur les Freebox
Mettez Chrome à jour tout de suite pour corriger une faille zero-day exploitée
Realme lance son 9i 5G au rapport prix-performances bluffant, mais arrivera-t-il en France ?
Quelle puce dans quel iPhone 15 ? A16 ou A17 ? Les choses se précisent
Cet étonnant robot est animé par un Raspberry Pi, mais est loin d'être low-cost
Le Core i9-13900K Raptor Lake d'Intel aurait un mode
Intel Arc A580 : sur Ashes of the Singularity, la carte graphique est au niveau d'une RTX 3050
Haut de page