La très mystérieuse Planète X pourrait ne pas être une planète, d'après des chercheurs

5
voie_lactée_01

Souvent désigné sous le nom de Planète X ou Planet Nine, cette supposée Super-Terre située au-delà de Neptune, aux confins de notre système solaire, reste invisible, comme cachée sous le regard perplexe des astronomes du monde entier. Une récente étude tente cependant d'apporter une réponse alternative à la théorie d'une neuvième planète. Selon elle, il pourrait s'agir d'un disque géant composé de petits corps glacés.

La mystérieuse et énigmatique planète X qui, si elle venait à être découverte, serait la neuvième planète du système solaire, n'est peut-être pas ce que l'on imagine !

Une nouvelle hypothèse scientifique

Mise en évidence grâce aux étranges orbites de certains objets transneptuniens (TNO) - des objets dont l'orbite est située au-delà de Neptune, la planète la plus éloignée du Soleil - cette supposée planète massive (jusqu'à 10 fois la masse de la Terre dans certaines études) n'en serait en fait pas une, comme le révèle une récente étude publiée dans la revue The Astronomical Journal et orchestrée par des chercheurs de l'Université de Cambridge, ainsi que de l'Université américaine de Beyrouth.

Ces chercheurs estiment en effet que les orbites inhabituelles des objets transneptuniens, qui suggèrent une attraction gravitationnelle, peuvent être expliquées d'une autre manière que par l'existence d'une neuvième planète tapie dans l'obscurité. Selon eux, il pourrait s'agir d'un disque géant et massif constitué de petits corps glacés. Cela remet cependant en cause les estimations concernant la masse de la ceinture de Kuiper, puisque les recherches menées jusque-là l'estiment à environ un dixième de celle de la Terre.

Antranik Sefilian, co-auteur de cette étude, a déclaré : « L'hypothèse de la neuvième planète est fascinante, mais si elle existe, elle n'a pas encore été détectée. Nous voulions voir s'il pouvait y avoir une autre cause, moins dramatique et peut-être plus naturelle, capable d'expliquer ces orbites inhabituelles. Nous avons alors pensé aux forces gravitationnelles combinées de petits objets constituant un disque au-delà de l'orbite de Neptune ».

Les deux hypothèses pourraient-elles coexister ?

Grâce à un travail de modélisation, ces chercheurs ont en effet réussi à démontrer qu'une multitude de petits objets pourrait exercer une attraction gravitationnelle similaire à une planète unique et massive. Seulement, ils n'excluent pas l'hypothèse d'une neuvième planète, indique Antranik Sefilian : « Il est également possible que les deux choses soient vraies - il pourrait y avoir un disque massif et une neuvième planète ».

Leurs travaux de modélisation suggèrent par conséquent que la ceinture de Kuiper aurait une masse presque 10 fois supérieure à celle de la Terre. Un résultat qui reste pour le moment contredit par une récente étude qui fixe cette masse à 0,02 masse terrestre !

Notons également que ce n'est pas la première fois qu'une théorie alternative voit le jour. En effet, depuis la découverte en 2015 par Michael Brown et Konstantin Batygin d'une signature gravitationnelle perturbatrice et invisible au delà de Neptune, les spéculations ont tendance à aller bon train sur ce sujet !

Source : Space.com
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Bird et Lime poursuivis par un collectif de défense des droits des personnes handicapées
⚡️ Bon plan : le Honor View20 disponible dès maintenant avec Honor Watch remboursée !
Le dispositif cybermalveillance.gouv dévoile ses chiffres de l'année 2018
🔥 Bon Plan : Manettes Joy-Con Gauche/Droite pour Nintendo Switch à 66,14€ au lieu de 80€
Thomas Pesquet retournera dans l'espace en 2020
Porsche double le rythme de production de sa Taycan, avec 40 000 unités par an
Amazon voit arriver de nouveaux concurrents pour la livraison rapide
Western Digital annonce le WD Black SN750, un SSD haute performances pour les joueurs
La France (aussi) s'apprêterait à limiter le déploiement de Huawei dans le pays
Haut de page