SpaceX : feu vert pour le projet Starlink d’Internet satellite très haut débit

le vendredi 30 mars 2018
Le gouvernement américain a accordé jeudi 29 mars la permission officielle à SpaceX pour lancer son nouveau projet fou : Starlink, une constellation de satellites conçus pour relayer vers la Terre un signal internet très haut débit.

Avec cette constellation inédite, Elon Musk nourrit le rêve d'apporter Internet aux coins les plus isolés de la planète, et de bouleverser le marché des fournisseurs d'accès.

Jusqu'à 12 000 satellites en orbite basse


C'est une étape cruciale pour SpaceX : le champion du New Space vient de recevoir l'accord officiel du gouvernement américain pour placer sur orbite terrestre basse une flotte de satellites chargés d'une grande mission : combler la fracture numérique dans le monde. Nom de code de l'opération : Starlink.

C'est l'un des projets les plus prometteurs d'Elon Musk à qui, pour l'heure, tout réussit avec SpaceX, quand en face Tesla semble stagner, et les projets de Boring très incertains. Starlink prévoit la mise en orbite de 12 000 satellites télécom d'ici 2024 : une première constellation doit être placée entre 1 100 et 1 325 km d'altitude, puis une seconde de 7 500 satellites en orbite plus basse à 340 km d'altitude. Un maillage fin pour couvrir toute la planète.

spacex falcon heavy test flight 3


SpaceX, futur concurrent d'Orange et Free ?


Le 22 février, SpaceX avait lancé deux premiers satellites éclaireurs baptisés Tintin A et Tintin B. SpaceX teste avec eux la fiabilité des liaisons entre l'espace et la surface de la Terre. La réussite de Starlink est cruciale pour SpaceX : Elon Musk estime son chiffre d'affaire futur à 30 milliards de dollars dès 2025. De quoi financer son projet ultime : l'installation de colonies humaines sur la planète Mars.

Grâce à sa position en orbite basse (les satellites télécom géostationnaires traditionnels sont placés très loin dans l'espace, à 36 000 km de la Terre), Starlink permettra de fournir Internet en haut débit partout sur le globe. Dans les zones déjà bien couvertes, Starlink veut être le trublion qui bouleversera les marchés locaux : par la voie des airs, Starlink pourrait parfaitement proposer des offres d'accès au net en France, sans avoir à poser de fibre optique ou d'antenne relais. Reste la question des débris spatiaux : que va-t-on faire d'une telle quantité de matière pas très loin au-dessus de nos têtes ?

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top