🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

La NASA confirme que l'impacteur DART a bel et bien dévié l'astéroïde Dimorphos !

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
12 octobre 2022 à 12h47
24
Dimorphos DART impact astéroïde vu par Hubble © NASA/ESA/STScI/Hubble
Le duo Didymos/Dimorphos observé par Hubble. Un impressionnant nuage de débris suit les deux astéroïdes. © NASA/ESA/STScI/Hubble

Depuis la collision entre la sonde DART et Dimorphos, la petite lune de l'astéroïde Didymos, les télescopes sur Terre et en orbite ont scruté avec attention le duo de géocroiseurs. Et bonne nouvelle, cela confirme les attentes : l'énorme impact montre une importante déviation.

Mieux, le comportement de la surface de Dimorphos intéresse beaucoup la communauté scientifique.

DART sur la cible

Il y a d'abord eu les images des télescopes des grandes institutions sur Terre, qui ont partagé leurs clichés spectaculaires en quelques minutes. Puis les photographies des grands télescopes orbitaux Hubble et James Webb, qui ont montré l'impressionnante « queue » de débris. Et c'est sans oublier les images fantastiques livrées par la minuscule sonde LICIACube, qui a filmé la collision de DART avec Dimorphos « en direct » le 26 septembre.

Une collecte de données impressionnante, sans oublier les données radar très importantes pour calculer avec précision les changements de paramètres orbitaux de Dimorphos. Cette dernière tournait autour de Didymos, son astéroïde parent, en 11 heures et 55 minutes. DART, qui s'est écrasée sur elle avec un écart de seulement 17 mètres (une exceptionnelle précision du guidage automatisé), a bien changé sa trajectoire. À présent, il ne faut plus que 11 heures et 23 minutes pour une orbite de Dimorphos ! Comme prévu d'ailleurs, l'orbite raccourcie de Dimorphos n'aura pas d'influence sur la trajectoire globale du duo.

Mission très réussie

Si avant l'impact, le résultat tenait essentiellement à des simulations, les scientifiques de la mission estimaient que la démonstration DART serait réussie avec une déviation mesurée d'à peine plus d'une minute (75 secondes)… La mesure est 25 fois supérieure, le contrat est donc rempli !

« De nouvelles données nous parviennent chaque jour, et les astronomes les déchiffrent pour quantifier les effets de DART, et comment une mission du même type pourrait être utilisée dans le futur pour protéger la Terre d'une collision avec un astéroïde, si on venait à en détecter un sur notre trajectoire un jour », explique Lori Glaze, responsable des sciences planétaires pour la NASA.

Beaucoup à comprendre et analyser

Bien sûr, l'impact sur l'astéroïde, même s'il est bien documenté, va faire l'objet de nombreuses études dans les années à venir. La forme de l'éjecta, notamment, avec ces « fils » de matière, ne correspond pas aux simulations (les agrégats de matière ne sont pas censés se comporter comme un liquide). Il reste beaucoup à comprendre, y compris le comportement des centaines de tonnes de matière qui forment aujourd'hui un nuage derrière le duo d'astéroïdes.

L'arrivée prévue de la sonde européenne Hera autour de Didymos et Dimorphos après son décollage en 2024 est du coup très attendue. D'ici là, la défense planétaire a bien progressé : dévier un petit astéroïde à moindre coût (un impacteur est la solution la plus simple) est donc possible, si tant est que les puissances spatiales ont un peu de temps pour s'y préparer.

DART est définitivement l'un des succès spatiaux de l'année !

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
24
13
phoenix2
J’éspére qu’il n’y aura pas d’effet boule à boule qui nous raménera d’autres cailloux sur la tronche !!
Felaz
C’est une bonne nouvelle (enfin je crois)
cid1
Je viens de voir le sujet à la TV et ça s’est passé, mieux que prévu, ils ont fait 32 min de de changement au lieu de 24 min, si j’ai bien tout retenu.<br /> Génial, on va pouvoir détourner des astéroïdes, potentiellement dangereux pour la terre, si on le ou les repères à temps.
fredolabecane
Hihi, en fait sa trajectoire évitait la terre… mais ça c’etait AVANT!
cid1
@Felaz a écrit : « C’est une bonne nouvelle (enfin je crois) »<br /> C’est une très bonne nouvelle.
GRITI
Si je ne me trompe pas, nous ne connaissons pratiquement rien des astéroïdes. Pour pouvoir simuler les conséquences d’une tentative de déviation, il faut savoir de quoi est constitué un astéroïde (roches ou autre). Il faut donc déjà connaître la composition de l’astéroïde à dévier au moment des calculs. Pas simple je pense.
trollkien
Gare à l’effet papillon…
jcc137
Pour l’instant c’est la durée de l’orbite qui est diminuée, mais on ne sait rien de l’impact sur la trajectoire de l’astéroïde. Si elle n’a pas bronché, à quoi sert de crier Victoire ???
gamez
je crois que si la durée de l’orbite a diminué c’est forcément que sa trajectoire a changé, c’était ça le but.<br /> mesurer le temps d’orbite étant plus facile à mesurer que le changement de trajectoire direct, c’est ce qu’ils ont retenu comme moyen pour constater l’impact sur le changement de trajectoire, en mesurant le temps d’orbite avant et apres.
jcc137
Par contre, Dart a bien impacté Google : Taper Nasa Dart, vous verrez l’écran s’inclinait sur la droite.
RobinPrieur
Si elle diminue c’est bien que la trajectoire à bouger. A moins que l’astéroïde accélère je ne vois pas trop…
jcc137
Apparemment rien n’est sûr :<br /> « Comme prévu d’ailleurs, l’orbite raccourcie de Dimorphos n’aura pas d’influence sur la trajectoire globale du duo »
cid1
L’orbite de l’astéroïde a diminué de 32 min, je ne m’y connais pas assez pour dire ce que ça mesure exactement, à part le temps d’orbite, dans les faits l’astéroïde concerné s’est rapproché du corps autour duquel il tourne.
MattS32
jcc137:<br /> Pour l’instant c’est la durée de l’orbite qui est diminuée, mais on ne sait rien de l’impact sur la trajectoire de l’astéroïde.<br /> Si la durée de l’orbite a diminué, la trajectoire a forcément changé : sans moteur, il est physiquement impossible de conserver la même trajectoire avec une vitesse différente.<br /> jcc137:<br /> Apparemment rien n’est sûr :<br /> « Comme prévu d’ailleurs, l’orbite raccourcie de Dimorphos n’aura pas d’influence sur la trajectoire globale du duo »<br /> Comme indiqué, c’était prévu : la NASA a ciblé un duo d’astéroïdes, un petit en orbite autour d’un plus gros, et le but était de tester si elle arrivait à modifier la trajectoire du petit par rapport à celle du gros. La trajectoire de l’ensemble (qui est grosso modo la trajectoire du gros) n’était pas censée changer (histoire d’éviter justement qu’une modification de trajectoire finisse par rendre ce duo dangereux pour la Terre…).<br /> Et c’est bien ce qui s’est produit, comme prévu : la trajectoire du petit autour du gros a changé, la trajectoire du gros n’a pas changé.
gamez
oui c’est la lune de didymos (dimorphos) qui a été déviée, mais elle continue quand même à tourner autour de didymos qui elle même continue sa course avec la même trajectoire qu’auparavant.
jcc137
OK pour les précisions (justes) que vous venez d’apporter. Mais il y a autre chose si m’interroge :<br /> en matière de physique, ce qui crée une orbite, c’est l’attraction d’un corps lié à sa masse, sur son satellite lui-même pourvu d’une masse et subissant la force centrifuge de son orbite.<br /> Pour être plus clair, si la masse du satellite n’a pas changé, alors ledit satellite devrait revenir à son ancienne orbite.<br /> Le résultat n’est alors que momentanée.
MattS32
jcc137:<br /> Pour être plus clair, si la masse du satellite n’a pas changé, alors ledit satellite devrait revenir à son ancienne orbite.<br /> Non. La distance de l’orbite n’est pas liées à la masse, mais bien à la vitesse : plus la vitesse est élevée plus l’orbite est éloignée. Et tous les objets qui sont sur une même orbite vont à la même vitesse (et une convention internationale fixe aussi le sens de rotation, ce qui fait que deux satellites peuvent être sur la même orbite sans jamais risquer de se percuter, puisqu’ils vont aller dans le même sens et à la même vitesse).<br /> C’est pour ça qu’en freinant le petit astéroïde, ça modifie sa trajectoire, en le faisant passer à une orbite plus basse, tandis que ça ne modifie par la trajectoire du gros, puisque lui n’a pas été freiné.<br /> Et c’est pour ça que les satellites artificiels finissent par tomber quand ils n’ont plus de carburant : le « vide spatial » de leur orbite n’étant pas totalement vide, ils ralentissent petit à petit, et donc se rapprochent petit à petit de la Terre. Et plus ils se rapprochent, plus le phénomène s’accélère, le vide devenant de moins en moins vide. C’est pour ça que les satellites ont un petit moteur et un peu de carburant, qui permet de temps en temps de leur redonner un peu de vitesse et de remonter leur orbite.<br /> Et c’est pour ça aussi par exemple que les Russes menaçaient il y a peu de faire tomber l’ISS : pour ne pas tomber, l’ISS a besoin d’être accélérée de temps en temps, et ce sont normalement les cargos Russes qui sont responsables de fournir la poussée nécessaire, l’ISS n’ayant pas son propre moteur. Heureusement les américains sont capables de le faire aussi, avec le moteur de leur cargo, ils avaient fait une première expérimentation il y a quelques années pour remonter d’orbite de quelques mètres, et l’ont refait récemment suite aux menaces des Russes, en la remontant de plusieurs centaines de mètres.
Blackalf
MattS32:<br /> Comme indiqué, c’était prévu : la NASA a ciblé un duo d’astéroïdes, un petit en orbite autour d’un plus gros, et le but était de tester si elle arrivait à modifier la trajectoire du petit par rapport à celle du gros. La trajectoire de l’ensemble (qui est grosso modo la trajectoire du gros) n’était pas censée changer (histoire d’éviter justement qu’une modification de trajectoire finisse par rendre ce duo dangereux pour la Terre…).<br /> Et c’est bien ce qui s’est produit, comme prévu : la trajectoire du petit autour du gros a changé, la trajectoire du gros n’a pas changé.<br /> C’est comme ça que je le vois aussi ^^ s’il n’y avait qu’un seul astéroïde, il aurait sans doute été plus difficile de mesurer un éventuel changement dans sa trajectoire suite à l’impact, alors que là ils se sont servis du plus gros comme point de référence pour mesurer le changement subi par le petit.
MattS32
Oui, en effet, l’idée d’avoir un point de référence pour mieux mesurer le changement de trajectoire se tient.
Korgen
Comme dit précédemment, c’est la vitesse de rotation qui fait qu’un astre tourne plus ou moins loin.<br /> Imagine un verre avec une bille à l’intérieur, secoue le verre et la bille va tourner sur la paroi. En accélérant le mouvement du verre, tu accélères la bille et elle va monter plus haut sur la paroi (le corps massif étant représenté par le fond du verre).<br /> La masse définit en gros l’intensité de la force de gravité. A vitesse égale, sur un corps peu massif, le satellite sera plus éloigné que s’il tournait autour d’un corps plus massif.
jcc137
Ce n’est pas aussi simpliste, l’orbite est définie d’après l’attraction de l’astre principal, de la masse du satellite, mais aussi des forces d’attraction des gigantesques corps spaciaux. L’ensemble de ces forces forme un équilibre qui a pour effet de faire tourner indéfiniment le satellite autour de l’astre. Sans ces forces, le satellite, comme un aimant, serait irrémédiablement attiré sur l’astre et s’y écraserait.
Korgen
Désolé mais ce n’est pas exact. La distance de rotation naturelle n’est pas absolument stable. Exemple : la lune s’éloigne progressivement de la Terre et ce justement à cause de sa vitesse de rotation et non à cause de l’attraction de Jupiter ou du Soleil. Et c’est pareil pour tout astre : une vitesse trop faible réduit sa distance, top élevée augmente sa distance.<br /> Autre exemple : il a déjà été observé des étoiles d’un système binaire qui ont fusionné après s’être tourné autour pendant des milliards d’années (supernova).<br /> Ralentis un satellite, il tombe. Accélère le, il s’échappe. C’est comme ça notamment qu’Apollo peut rejoindre la Lune après avoir fait quelques rotations autour de la Terre.<br /> Pour bien comprendre le principe il faut se représenter la déformation de l’espace-temps par un corps massif.
jcc137
Je suis en accord avec vous pour l’ensemble de votre réponse, mais il manque un élément, les astres ne possèdent pas de moteur pour modifier leur vitesse de rotation. Donc comment font-elle pour tourner à une certaine vitesse ? Par l’attraction qu’elles subissent à la fois par le corps principal et par les autres corps sidéraux.<br /> Petite expérience :<br /> Prenez une hélice en plastique, fixez un clou à la pointe de chaque pale, placez des aimants à intervalles sur la circonférence, et l’hélice va tourner à une certaine vitesse. Écartez quelques aimants, et la vitesse va ralentir.
MattS32
jcc137:<br /> Je suis en accord avec vous pour l’ensemble de votre réponse, mais il manque un élément, les astres ne possèdent pas de moteur pour modifier leur vitesse de rotation. Donc comment font-elle pour tourner à une certaine vitesse ? Par l’attraction qu’elles subissent à la fois par le corps principal et par les autres corps sidéraux.<br /> Oui, mais cette vitesse reste indépendante du poids : la principale force en jeu, celle de l’attraction par le corps autour duquel l’objet est en orbite, est proportionnelle au poids de l’objet, mais son énergie cinétique est aussi proportionnelle à son poids. Ce qui fait que la vitesse est indépendante du poids (c’est ce qu’avait démontré Galilée en son temps).<br /> Ce qui fait qu’un corps en gravitation naturelle autour d’un autre est plus ou moins éloigné, c’est la façon dont ils s’est formé ou dont il est arrivé pour se mettre en orbite.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Réalisé en partie avec l'IA, cet anime Netflix fait déjà polémique
Nouveaux AirPods Max et AirPods d'entrée de gamme, c'est pour quand ?
Vous avez aimé ChatGPT ? Découvrez CatGPT
Top 5 des applications pour divertir vos enfants pendant les vacances scolaires
Mentalista : il a 28 ans, invente le Siri de la pensée, et c'est bluffant !
Ne ratez pas cette offre incroyable : -62% sur votre prochain antivirus !
Raccourcis sur l'écran de verrouillage : voilà comment ça va fonctionner sous Android 13
Thylacine, mammouth laineux et dodo : cette entreprise de biotechnologie veut tous les ressusciter
Bon Plan : obtenez un VPN fiable et sécurisé en promo (-65%)
Électricité : le solaire et l'éolien doublent le gaz pour la première fois !
Haut de page