Les États-Unis changent d'avis et s'engagent à cesser les tests antisatellites

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
19 avril 2022 à 13h30
7
Debris Microsat-r en orbite en septembre 2019
Vue d'artiste des débris provoqués par le test ASAT indien, réalisé en février 2019 © N.A.

La vice-présidente Kamala Harris a annoncé hier un arrêt américain des tests de missiles ASAT (antisatellites) et a appelé les autres pays à adhérer au même mouvement. Ce geste intervient en pleine crise avec la Russie, mais interroge, car les États-Unis se sont opposés à ces propositions durant des décennies.

C’est néanmoins encourageant afin d'éviter un maximum de débris en orbite.

Fin de série pour les ASAT ?

À la mi-novembre, le geste avait autant surpris qu’il avait horrifié une partie du monde : la Russie testait un missile antisatellite Nudol, pulvérisant ainsi un ancien satellite soviétique en plusieurs milliers de débris en orbite basse. La trajectoire des débris concernait même la Station spatiale internationale, au sein de laquelle les astronautes avaient dû prendre leurs précautions.

Les États-Unis tout particulièrement avaient élevé la voix à cette occasion, mais cette réaction avait parue hypocrite. En effet, en 2008, les USA avaient eux aussi détruit l'un de leurs satellites, générant des inquiétudes similaires... Et depuis, ils s’opposaient à tout accord international sur le sujet. La Chine et l’Inde ont tous deux démontré cette même capacité durant ces 15 dernières années.

Les États-Unis modèle…

Mais tout change : Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis (et dirigeante du Conseil spatial) a annoncé que son pays cesserait définitivement ses tests ASAT. La nation qui a longtemps argumenté que l’espace était un lieu de liberté où chacun faisait ce qu’il voulait… souhaite que les autres grandes puissances s’engagent à leur tour à ne plus tester de missiles sur de vieilles unités. Au moment où la gestion du trafic orbital s’annonce comme un défi pour la décennie, l’inquiétude évidente reste celle liée à une « cascade » (aussi appelée syndrome de Kessler), lorsqu'un débris vient percuter un satellite, qui à son tour se désintègre et devient un danger pour d’autres satellites, et ainsi de suite.

Mais, même sans frapper indirectement d’autres unités en orbite basse, la congestion et les risques posés par les tests ASAT sont durables. Plusieurs centaines de débris issus de la destruction volontaire du satellite chinois Fengyun-1C en 2007 sont encore en orbite… Sans oublier que les pièces les plus petites, d’un diamètre de quelques centimètres, peuvent échapper à la détection depuis les radars au sol.

Les Nations Unies appellent depuis plus d’une décennie les grandes puissances à s’accorder sur le sujet. Il fallait cependant aller au-delà de l’intention. S’il est utopique de croire que les plus grandes puissances spatiales vont se passer de ces armes dans un futur proche, s’engager à ne plus les tester en conditions réelles constitue une avancée significative.

ESA debris © ESA
Micrométéorites et débris en orbite font l'objet d'une surveillance particulière de l'ESA, un thème qui prend de plus en plus d'importance au fil des années © ESA

Des alternatives avec moins de débris

Un moratoire international sur les tests ASAT pourra-t-il aboutir ? Ce n’est pas certain, d’autant que le contexte international est complexe depuis les échanges de sanctions entre États-Unis, Europe et Russie. Néanmoins, les progrès technologiques aidant, il serait possible de se passer de cette technologie.

Un certain nombre de puissances travaillent d’ailleurs sur des moyens antisatellites alternatifs : aveuglement, destruction par laser, « satellite tueur »…

Source : The Verge

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
kplan
Petit problème avec les retours à la ligne ? ^^<br /> Bon c’est plutôt une bonne nouvelle mais c’est évidemment plus facile pour ceux qui ont déjà détruit des satellites de dire qu’il faut arrêter de le faire. Une fois qu’ils auront tous fini leurs tests et de saloper l’espace, ils s’entendront peut-être pour arrêter de le faire, histoire d’empêcher les petits nouveaux de leur nuire.
ebottlaender
Petit problème oui ^^ On s’en occupe
Peggy10Huitres
Petit problème avec les retours à la ligne ? ^^<br /> Bon c’est plutôt une bonne nouvelle mais c’est évidemment plus facile pour ceux qui ont déjà détruit des satellites de dire qu’il faut arrêter de le faire. Une fois qu’ils auront tous fini leurs tests et de saloper l’espace, ils s’entendront peut-être pour arrêter de le faire, histoire d’empêcher les petits nouveaux de leur nuire.<br /> C’est exactement ça !<br /> "Maintenant que nous on sait faire, les autres n’ont plus le droit d’apprendre ! #suprématie
cirdan
« Ce geste intervient en pleine crise avec la Russie, mais interroge, car les États-Unis se sont opposés à ces propositions durant des décennies. »<br /> Un peu de récupération politicienne. Ils ont sans doute et simplement trouvé le moyen de créer des simulateurs suffisamment performants pour faire ces tests dans des bâtiments confinés, à l’abri des regards. Ce qui est quand même un progrès dans la recherche de l’art de détruire le plus efficacement possible…
wegener
@cirdan : oui où ils ont tout simplement une solution opérationnelle… Ils n’ont dit qu’ils n’utiliseraient pas ce type d’arme mais juste qu’ils cessaient les essais…
fredolabecane
Maintenant qu’ils ont rempli l’espace avec leur satellites, faut plus y toucher…comme de part hasard…
Nymoi
Vont bien inventer une guéguerre spatiale, ils s’ennuient tellement une fois qu’ils ont tout plein de missiles et compagnie… Être en permanence de garde pour surveiller des trucs qui ne bougent pas d’un millimètre, ça use les cerveaux.<br /> Hum, souvenirs de mes nuits de garde dans un dépôt d’essence, sans une seule goute de carburant nulle part, en plein hiver, où je faisais des dessins dans la neige en marchant un peu partout pour pas geler…
cirdan
Les essais et améliorations sont constants, mais comme ça concerne le domaine militaire on peut être sûr que c’est plus une mesure pragmatique qu’empathique.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Virgin Orbit aura bientôt trois 747 qui sillonnent le monde pour larguer leur fusée
Haut de page