Détruire un satellite : l'art de la dissuasion militaire en orbite

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
05 juillet 2021 à 16h36
17
Débris spatiaux © NASA Orbital Debris Program Office
"Quelques" débris en orbite terrestre aujourd'hui (notez que la représentation les fait paraître beaucoup plus gros qu'ils ne sont en réalité). Crédits NASA

Malgré le grand nombre de signataires du Traité de l'espace de 1967, l'orbite terrestre n'a jamais été exempte d'outils au service des militaires. Et lorsque leurs adversaires ont des atouts cruciaux là-haut, à un moment ou à un autre, les grandes puissances spatiales se demandent comment s'en débarrasser. En théorie… Mais pas que.

Heureusement, pour le moment ça n'a pas servi à autre chose qu'à dissuader.

Détruire un satellite, pour quoi faire ?

En cas de conflit, la réponse est relativement facile : pour endommager ou supprimer les capacités d'un ou plusieurs adversaires. Un satellite « espion » capable de couvrir une grande zone avec une résolution correcte peut compromettre les plans les mieux préparés. Enlever cette pièce de l'échiquier… C'est tentant, non ? Il y a cependant plusieurs inconvénients.

D'abord, il faut en avoir les moyens. Ce qui suppose de les avoir avant ledit conflit, ce qui va entrainer de grosses dépenses. Ensuite, il faut se demander si le jeu en vaut la chandelle. Votre adversaire dispose-t-il (comme la Chine) d'une capacité de décollage rapide pour des satellites militaires « au cas où », en 48 ou 72 heures ? Si c'est le cas, les effets de la destruction d'un satellite seront… limités, au minimum. Enfin, il faut bien cibler son adversaire. Dispose-t-il d'une constellation d'observation ? Si c'est le cas, supprimer un ou deux satellites ne va pas changer grand-chose.

Inde ASAT test © Ministère de la défense Inde
Un missile anti-satellite ressemble avant tout à un missile tout court... Crédits Ministère de la défense de l'Inde.

Si on ajoute à cela que détruire un satellite peut, selon les méthodes employées, générer un véritable nuage de débris pénalisant tous les acteurs en orbite basse, il est facile de comprendre que ce genre d'action n'est pas vraiment un sport de masse : peu de nations en ont les capacités, et ce ne serait utilisé que dans des cas très spécifiques - en cas de défense par exemple.

C'est la stratégie que compte déployer la France à moyen terme. Approchez trop près de nos unités en orbite et, après un avertissement, votre satellite pourrait bien se retrouver en mauvaise posture. Reste que les armes anti-satellites sont aussi des éléments dissuasifs, au même titre que les missiles balistiques. Avec l'avantage, comparé aux armes de destruction massives, qu'elles ne feront pas directement de victimes... Par contre, les conséquences de la destruction de satellites par des nations opposées se chiffreraient, au mieux, en centaines de millions de dollars, et pourraient paralyser un adversaire.

La solution la plus simple : les éparpiller façon puzzle

Les nations qui ont des capacités orbitales ont en général aussi les technologies de missiles compatibles pour tester des armes balistiques anti-satellites. Ces missiles, que l'on nomme des ASAT, peuvent viser la plupart des trajectoires en orbite basse depuis un pays survolé par un adversaire, jusqu'à environ 850 km d'altitude. La technique elle-même est assez simple : une fusée propulse l'ASAT vers le satellite arrivant (en général « en face » de lui) et, lorsque ce dernier est certain de croiser à peu près sa cible, il se désintègre pour déchiqueter son adversaire. Ce n'est pas mignon, mais c'est efficace : la technique a été testée par différents pays (USA, Chine, Inde) ces 3 dernières décennies en guise de démonstration. La Russie dispose elle aussi d'armes similaires, mais n'a jamais désintégré un de ses satellites en orbite.

Debris Microsat-r en orbite en septembre 2019
Six mois après le test anti-satellite indien (le plus récent, en 2019) plusieurs dizaines de débris étaient encore en orbite. Crédits Sattrackcam.blogspot.com

Le principal inconvénient de la méthode est le nombre de débris qu'elle provoque : lorsqu'un satellite se désintègre, il peut « polluer » une multitude d'orbites avec des fragments qui mesurent de quelques millimètres à plusieurs mètres. Et pour longtemps : il reste des milliers de morceaux de Fengyun-1C, satellite chinois détruit volontairement en 2007, malheureusement beaucoup plus haut que les autres démonstrations du genre.

Ajoutons enfin que si elle semble être la solution la plus facile, un ASAT est loin d'être une technologie abordable. Il faut un engin manoeuvrant, avec de fortes capacités de calcul, une fusée capable de l'emmener au bon endroit… Tout cela est très cher.

Le tueur en orbite : un fantasme ?

Un satellite s'approche doucement d'un autre, puis l'aborde et le détruit à l'aide de moyens plus ou moins sophistiqués : en cassant ses panneaux solaires ou ses antennes, en plaçant une charge explosive pour plus tard, ou même en envoyant un coup de harpon franc et massif… C'est le principe du satellite tueur. Même si le concept semble inspiré d'un James Bond, ces capacités sont tout à fait à la portée des grandes puissances spatiales.

Northrop Grumman a déjà réussi deux fois à amarrer ses satellites MEV à d'autres unités en orbite géostationnaire, l'initiative RemoveDebris a montré les capacités d'un harpon (certes, pour « dépolluer » l'orbite), et d'autres projets du genre sont en gestation… Et il y a les exemples des satellites russes « inspecteurs » Cosmos 2542 et 2543, qui ont suivi l'un des grands satellites optiques du ministère de la défense américain il y a deux ans. Selon le Pentagone, Cosmos 2543 aurait plus tard éjecté un petit objet qui était un test d'arme anti-satellite directement depuis l'orbite.

Si cette méthode est plus « fine » que la première, elle est aussi plus prévisible : les grandes nations surveillent l'espace, et les manœuvres pour se lancer à la poursuite d'un satellite ne passent pas inaperçues. C'est le jeu du chat et de la souris : la cible peut se déplacer, mais sa mission est perturbée, tandis qu'il sera possible dans le futur d'avoir des satellites capables de répondre à ce type de menace. L'abordage n'est donc pas si facile…

Space-canon et space-torpille…

N'oublions pas qu'il y a des véhicules habités en orbite autour de la Terre ! Au cours de la guerre froide, les Soviétiques redoutaient durant un temps des opérations spéciales américaines à leur encontre : soit un satellite, soit carrément un commando venant aborder leur stations Almaz (déguisées en station civiles Saliout , au passage). Ainsi, Almaz-2 (donc Saliout-3) était équipée d'un… canon, dérivé du Rikhter NR-23 utilisé pour des bombardiers à haute altitude.

Le concept était rudimentaire, l'ensemble de la station aurait été obligé de pivoter pour pouvoir viser correctement, et il semble qu'un seul essai à feu a été tenté, lorsque Saliout-3 était vide. Un système là encore à visée dissuasive, mais qui aurait bien pu décourager des assaillants… En plus de représenter un danger pour tous, les balles en orbite ayant la possibilité, selon l'angle de tir, de pouvoir vous croiser quelques temps plus tard.

mine torpille spatiale shchit-2 © Russian MOD
L'impressionnant système de mine/torpille Shchit-2. Crédits Ministère de la défense Russe

Si le concept n'a pas été utilisé, un récent reportage russe a récemment montré un prototype de mine ou de « torpille » spatiale qui aurait pu être mis en place si le programme Almaz s'était poursuivi. L'engin, équipé de plus d'une cinquantaine de charges explosives (dont une partie pour sa direction), restera pour notre plus grand bonheur dans les coulisses de l'histoire.

Détruire sans détruire, un must !

Il existe également des moyens d'infliger des dégâts sans avoir besoin de désintégrer ses adversaires ou de se précipiter pour les harponner. En effet, il y a des moyens « simples » qui sont rapidement très ennuyeux selon le type de satellite. Par exemple, brouiller ses signaux ou les « couper » en se plaçant entre émetteur et récepteur. Ou bien en mettant hors service ses antennes, son télescope optique ou son système de stabilisation. La France notamment (mais gageons qu'elle n'est pas la seule) étudie les lasers à forte puissance pour endommager les capteurs d'un éventuel véhicule rentrant dans sa « bulle » de protection. D'autres solutions seraient à l'étude, comme le fait de provoquer des court-circuits, de pirater les systèmes de contrôle ou de pouvoir envoyer des leurres.

Il y a aussi de nombreux concepts qui évaluent la faisabilité d'avoir des accompagnateurs pour les satellites les plus précieux. Ces derniers joueront le rôle de « protecteurs » au cas où des imprudents choisiraient de s'approcher trop près. Attention toutefois, voler en formation et évoluer au voisinage d'un autre véhicule (surtout fragile) n'est pas un exercice à la portée du premier venu. Là encore, ce sont des capacités qui ont un coût.

CSO-3 satellite espion © CNES/Airbus DS
Il faudra en effet réussir à protéger nos unités les plus précieuses en orbite... Crédits CNES/Airbus DS

Dans le futur : des essaims d'attaque ?

Plusieurs départements de la Défense dans le monde considèrent que l'orbite terrestre sera à l'avenir un champ d'opérations comme un autre. Les enjeux sont importants, et la recherche militaire est toujours très créative lorsqu'il s'agit d'aller casser les jouets de ses petits camarades. Nul ne sait aujourd'hui vers quoi ces solutions vont s'orienter, mais il est probable que des véhicules à la fois petits et manoeuvrants soient à la mode. Plusieurs fournisseurs commerciaux permettent déjà à leurs clients d'héberger leurs CubeSats dans des déployeurs en orbite, jusqu'à ce qu'ils en aient besoin. Les satellites de défense seront-ils un jour entourés d'une petite armada de drones ? Quelque part, ce serait dommage d'avoir à en arriver là ! Les petites constellations de satellites de défense pourraient aussi rendre les solutions ASAT trop chères ou obsolètes, puisque la perte d'une unité n'est pas nécessairement stratégique.

Le plus simple serait encore de ne pas en avoir besoin…

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
10
Yves64250
Qui est le gendarme de l’orbite ? les USA ?
ebottlaender
Y’a pas !<br /> Dans l’idéal c’est censé être un bien commun ou un territoire neutre. Dans la réalité c’est un peu un Far West…
nicgrover
Ça coule de source puisqu’il est déjà le gendarme du monde, alors pourquoi pas de l’univers connu et inconnu…
Fulmlmetal
"Dans l’idéal c’est censé être un bien commun ou un territoire neutre. "<br /> Ce n’est rien de tout ça. Ce n’est pas un bien commun, puisqu’il n’appartient à personne. Personne ne peut s’approprier l’espace. Et encore moins un territoire dans l’espace vu que la notion de terre (racine du mot territoire) n’existe pas en orbite. La question qu’on pourrait se poser c’est à partir de quelle altitude on peut estimer qu’un espace aérien n’appartient plus à un pays ? 100km la limite de Karman ?<br /> L’espace c’est un peu comme les eaux internationales, en océan et mer hors cotes, c’est une zone sans juridiction, sans règle. Seule la loi de trafic maritime s’applique.<br /> Concernant les astres c’est un autre domaine puisqu’il y aura la notion de terre. Pour le moment ca reste dans un esprit scientifique de partage et de bien commun à l’humanité mais un jour, qui sait, surtout sur la lune, on pourrait voir des pays revendiquer une zone (riche en eau, minerais ou gaz) et sans accord internationales ça risque d’etre tendu. C’est un peu du coté chinois que ça risquerait d’etre chaud, eux qui sont très territorialistes comme on peut le voir dans le pacifique et en mer de chine en s’appropriant de force de plus en plus d’ile et atoll qui ne leur appartiennent pas et ne étant agressif avec ceux qui le conteste.
Starfoul
Ce que tu dis sur la Chine est faux et ils ne font que se prémunir de la menace militaires des USA en les empêchant d’installer des bases militaires sur ces îles et atolls comme ils le font un peu partout dans le monde.<br /> Les USA interdisent (c’est soi-disant une «&nbsp;recommandation&nbsp;») d’approcher et même de survoler une zone particulière de la Lune alors que Google promettait plusieurs millions de $ à quiconque fournirait des photos de cette zone interdite.<br /> Space.com – 21 Oct 11<br /> NASA Sets Guidelines to Preserve Apollo Moon Landing Sites<br />
Fulmlmetal
Starfoul:<br /> Ce que tu dis sur la Chine est faux et ils ne font que se prémunir de la menace militaires des USA en les empêchant d’installer des bases militaires sur ces îles et atolls comme ils le font un peu partout dans le monde.<br /> tu dois etre chinois ou communiste pour sortir des absurdités pareilles. Lit un peu l’actu tu verras que les chinois s’approprient des atolls apparenant aux philipines et vietnam et convoitent aussi des iles japonaises. Il y a meme des endroits où ils fabriquent des iles artificielles en amenant des milliers de tonnes de terre pour y installer des bases. L’objectif des chinois est de controler et fermer toute la mer de chine afin de bloquer toutes intrusions militaires pour le jour où ils envahiront Tawain.
Blackalf
Fulmlmetal:<br /> tu dois etre chinois ou communiste pour sortir des absurdités pareilles.<br /> C’est extrêmement constructif, ça…
kellog89
L’homme s’auto-détruira, en autre par la pollution, de la terre, des mers, et maintenant de l’espace. Ce n’est qu’une question de temps. Oui le ciel va nous tomber sur la tête.
ChristianBoxe
voila la nature humaine, conquérir , posséder , détruire, encore et encore!!
Palou
l’homme est son propre prédateur
Fulmlmetal
Blackalf:<br /> C’est extrêmement constructif, ça…<br /> Bah son discours est quand meme très politisé, très parano et complotiste, et très partisan.<br /> Moi, si tu ne t’arretes pas à ma première phrase tu remarqueras que derrière c’est argumenté et constructif. Je sais que vous etes en croisades contre Fullmetal mais de là à taper sur la moindre phrase, sortie du contexte, ça fait un peu acharnement de la modération, non ?
Starfoul
Fulmlmetal:<br /> tu dois etre chinois ou communiste pour sortir des absurdités pareilles. Lit un peu l’actu tu verras que les chinois s’approprient des atolls apparenant aux philipines et vietnam et convoitent aussi des iles japonaises. Il y a meme des endroits où ils fabriquent des iles artificielles en amenant des milliers de tonnes de terre pour y installer des bases. L’objectif des chinois est de controler et fermer toute la mer de chine afin de bloquer toutes intrusions militaires pour le jour où ils envahiront Tawain.<br /> Fulmlmetal:<br /> Bah son discours est quand meme très politisé, très parano et complotiste, et très partisan.<br /> C’est celui qui dit qui est surtout avec les attaques ad hominem <br /> Je lis les actus et pas qu’un peu ,mais contrairement à toi je lis celles de l’accusé et non pas seulement celles de l’accusateur.<br /> Et que je sois chinois devrais justement me devoir le respect vu que je pourrais lire les actus sans le filtre déformant (USA dans ce cas).
Fulmlmetal
Starfoul:<br /> Et que je sois chinois devrais justement me devoir le respect vu que je pourrais lire les actus sans le filtre déformant (USA dans ce cas).<br /> T’as quand meme remarqué qu’on n’était pas aux USA ?<br /> Et que les faits parlent d’eux meme sur la situation repressive en Chine et sur les invasions chinoises de nombreuses iles qui ne leur appartiennent pas ?
Starfoul
J’ai remarqué depuis assez longtemps que vos actus concernant le sujet proviennent essentiellement des USA.<br /> Pays accusateur étant lui-même une immense colonie et ayant envahi la Corée et le Japon tout en leurs faisant payer très cher chaque année et ce depuis plusieurs décennies<br /> fr.sputniknews.com<br /> Le Japon a rejeté l’exigence des États-Unis d’augmenter les dépenses pour le...<br /> Le Japon a répondu par la négative à l’exigence des États-Unis d’augmenter de plusieurs fois le montant des dépenses occasionnées par la présence sur son sol des...<br /> Agence de presse Yonhap – 10 Mar 21<br /> (LEAD) Séoul accepte de payer 13,9% de plus par rapport à 2019 pour le...<br /> SEOUL, 10 mars (Yonhap) -- La Corée du Sud a accepté d'augmenter son paiement pour le stat...<br /> Je fréquente des forums «&nbsp;undergroud&nbsp;» pour d’autres sujets que celui-ci et j’y ai rencontré des nationalistes et patriotes coréens et japonais qui me rapportent que leurs gouvernements respectif sont à la botte des USA et qu’ils en ont honte ,ce qu’ils veulent c’est retrouver leur souveraineté et surtout l’expulsion du colonisateur pour faire une vraie union du Japon de la Corée et de la Chine car ils ont tous une origine commune en plus de la même écriture.<br /> D’après leur explications et les liens qu’ils donnent ,tout les faits dont tu parles sont des mensonges ,et je les crois eux plutôt que toi.
Palou
Fulmlmetal:<br /> Je sais que vous etes en croisades contre Fullmetal<br /> Pas plus que pour les autres, faut pas voir le mal partout. On ne touche pas de prime si on efface un post ou quelqu’un
Blackalf
Fulmlmetal:<br /> Je sais que vous etes en croisades contre Fullmetal mais de là à taper sur la moindre phrase, sortie du contexte, ça fait un peu acharnement de la modération, non ?<br /> Ca t’a déjà été dit, tu es très loin d’être parmi ceux qui comptent le plus de messages supprimés, mais tu as clairement choisi une fois pour toutes de croire ce que tu veux croire, en te basant sur des données fragmentaires et incomplètes. Ce qui aboutit rarement à une conclusion pertinente.<br /> Ceci dit, il n’y a aucune «&nbsp;croisade&nbsp;», la preuve en est que tu est toujours là, alors que bien d’autres qui ont délibérément franchi la ligne rouge malgré les avertissements à répétition n’y sont plus.
nnay07
N’est ce pas plutôt pour se garantir l’exclusivité des terres rares des fonds marins? Les règles actuelles donnant une exclusivité jusqu’à une certaine distance de tes côtes.
Fulmlmetal
mdr, Sputnik, t’appelle ca une source de presse ? c’est une presse ultra pro Poutine, tout ce qu’il y a de plus anti occident et anti USA. Donc pas étonnant de voir tes discours si tu puisses tes infos chez eux
kyosho62
@Starfoul Clubic est un Forum Français donc liens en ? je te laisse deviner…<br /> Résumé<br /> Les liens en Anglais pas de problème<br />
Blackalf
@Starfoul message supprimé pour le motif message à caractère provocateur.
Kahn-San
@Starfoul message supprimé pour le motif message non constructif / hors sujet .
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La mission Solar Orbiter traverse pour la deuxième fois la queue d'une comète !
Les satellites Starlink présents sur 20 % des clichés d'observatoires consacrés aux astéroïdes
Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite
Les fusées de SpaceX vont transporter des équipements militaires et de l'aide humanitaire pour le gouvernement américain
Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Haut de page