Firefly : une vidéo permet de mieux comprendre l'explosion du lanceur

06 septembre 2021 à 14h40
13
Alpha explosion © © YouTube / Firefly Aerospace
© YouTube / Firefly Aerospace

Quelques jours après l’échec du premier test de son lanceur Alpha, Firefly a publié une vidéo dans laquelle on se rend plus facilement compte de ce qui a causé l’accident. 

Celle-ci était accompagnée d’une série de tweets de la part de la société américaine qui revient plus en détail sur l’événement. 

L’arrêt de l’un des quatre moteurs mis en cause

Ce jeudi 2 septembre, le test de la fusée Alpha de Firefly est loin de s’être passé comme prévu. Peu de temps après son décollage depuis son pas de tir à Vandenberg, l’appareil semblait en effet aller moins rapidement que la normale, puisque les franchissements de Mach 1 et de Max-Q ont été annoncés plus tard que ce qui était prévu par la chronologie du vol. Au bout de 2 minutes, le lanceur a dévié puis a fini par exploser. 

Comme l’explique Firefly, cet accident est survenu car l’un des quatre moteurs Reaver d’Alpha a cessé de fonctionner 15 secondes après son lancement, ce qui est visible dans la vidéo partagée par l’entreprise, entraînant logiquement une progression plus lente et difficile de la fusée : 

« Le véhicule a continué à monter et à garder le contrôle pendant un total d'environ 145 secondes, alors que la durée nominale de combustion du premier étage est d'environ 165 secondes. Cependant, en raison de l'absence de poussée d'un des quatre moteurs, le taux de montée a été lent et le véhicule a dû relever le défi de maintenir le contrôle sans le vecteur de poussée du moteur 2. Alpha a pu compenser à des vitesses subsoniques, mais lorsqu'il est passé en transsonique et en vol supersonique, où le contrôle est le plus difficile, le contrôle du vecteur de poussée des trois moteurs était insuffisant et le véhicule a perdu le contrôle. L'équipage a mis fin au vol à l'aide du système explosif FTS (Flight Termination System). La fusée n'a pas explosé d'elle-même ». 

Une « avancée majeure » tout de même

Pour l’heure, Firefly ignore ce qui est à l’origine de l’arrêt du moteur, car il « n'a pas connu de défaillance - les vannes principales de propergol du moteur se sont simplement fermées », assure-t-elle. Malgré l’explosion d’Alpha, l’entreprise qualifie son test d’ « avancée majeure », plaçant Firefly dans la liste des sociétés « capables de construire et de lancer des fusées ». 

L’entreprise penche déjà sur le deuxième test de son lanceur en collaboration avec la Federal Aviation Administration (FAA). 

Source : Twitter

Modifié le 06/09/2021 à 14h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
12
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Starlink veut tester l'Internet par laser à destination des astronautes
L'administrateur de la NASA accuse Blue Origin de retarder le programme de retour sur la Lune
Mission Artemis : le rover chercheur d'eau VIPER sera envoyé au niveau du pôle Sud lunaire
Des chercheurs ont conçu la plus grande simulation virtuelle de notre univers jamais créée
Le programme bêta de Starlink prendra fin en octobre
Le chassé-croisé de l'automne a commencé sur la station spatiale chinoise
Les quatre touristes de SpaceX sont rentrés sur Terre sans encombre ce week-end
La NASA confirme que Mars a connu d'importantes éruptions volcaniques par le passé
Inspiration4 décolle et atteint l'orbite sous l'oeil des caméras de Netflix (et du monde)
Thomas Pesquet a battu le record européen du plus long temps passé dans l'espace libre
Haut de page