La Chine envoie les 3 premiers astronautes sur sa nouvelle station spatiale

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 juin 2021 à 11h26
8
Shenzhou 12 amarrage SSC Tianhe © BACC/CNSA/CCTV
Image issue du direct de l'amarrage de Shenzhou 12. À l'intérieur, le premier équipage de la station. Crédits : CNSA/BACC/CCTV

La capsule Shenzhou 12 a décollé ce 17 juin pour rejoindre la SSC, la nouvelle station spatiale chinoise . Ce premier équipage de trois astronautes (Nie Haisheng, Liu Boming et Tang Hongbo) aura fort à faire pour cette mission de trois mois, déjà un record pour la Chine.

Il y aura, pendant plusieurs mois, 10 astronautes autour de la Terre !

Shenzhou, c'est parti !

Pas de temps à perdre ! Moins de deux mois après le décollage du premier et imposant module central de sa station spatiale (Tianhe) le 28 avril dernier, la Chine y envoie un équipage de trois astronautes. Le 29 mai dernier, elle y avait déjà envoyé un véhicule cargo qui s'était amarré automatiquement avec son important chargement, et qui reste attaché à la station aujourd'hui (et pour le reste de l'été). L'arrivée de l'équipage de la capsule Shenzhou 12 était donc dans la suite logique de ce programme préparé depuis plusieurs années.

Le décollage a eu lieu ce jeudi 17 juin à 3 h 22 (Paris) depuis le site spatial de Jiuquan , au nord de la Chine, avec un lanceur CZ-2F. Tout s'est déroulé exactement comme prévu. En moins de dix minutes, Shenzhou est arrivée en orbite basse, a pu étendre ses panneaux solaires et se mettre à la poursuite de la CSS, qui tourne autour de la Terre à une altitude d'environ 390 km.

Shenzhou 12 décollage CZ-2F © CNSA/CMSEO
La fusée décolle du site de Jiuquan. CZ-2F est une version spéciale dédiée quasi-uniquement aux vols habités. Crédits : CNSA/CMSEO

Expérience et efficacité

La Chine n'a finalement révélé l'identité des occupants de son véhicule que la veille du décollage, les habitudes n'ont donc pas changé depuis le vol précédent qui avait eu lieu en octobre 2016.

Les astronautes de Shenzhou 12 sont trois hommes, avec divers degrés d'expérience. Le commandant et vétéran est Nie Haisheng (deux vols sur Shenzhou 5 et 10) qui a fait partie du premier vol à trois dans une capsule chinoise et a déjà participé à une mission sur l'une des deux stations spatiales expérimentales du pays. Pour l'accompagner, la Chine a sélectionné Liu Boming (Shenzhou 7), qui a déjà pris part à l'unique sortie EVA en scaphandre du pays pour le moment, et Tang Hongbo qui effectue son premier vol.

L'amarrage de leur capsule à 9 h 54 (Paris) a suivi une trajectoire en un peu plus de quatre orbites, et tout s'est passé automatiquement, même si les astronautes pouvaient reprendre le contrôle à tout moment en cas de problème. Avec Shenzhou 12, le module central Tianhe et le cargo Tianzhou 2, la station spatiale chinoise toute en longueur mesure 36 mètres !

Un agenda de ministres…

La mission de Shenzhou 12 devrait durer environ trois mois, un record chinois, et les astronautes comme les équipes au sol auront fort à faire pour entamer les opérations avec la station spatiale.

Car malgré la préparation au sol, il faudra du temps pour activer tous les systèmes internes, comme le support-vie, les systèmes de recyclage d'eau, les sanitaires et la cuisine, les installations de sport… et bien sûr s'occuper de déballer les tonnes de matériel depuis le cargo Tianzhou, et mettre en place les premières expériences.

Shenzhou 12 équipage © Xinhua/Xu Bu
L'équipage de Shenzhou 12 lors de sa photo officielle. De gauche à droite : Tang Hongbo, Nie Haisheng et Liu Boming. Crédits : Xinhua/Xu bu

Au moins deux sorties EVA en scaphandre sont prévues cet été pour anticiper les futures extensions de la station et se familiariser avec ce nouvel outil de travail. De même, de nombreuses sessions impliquant le bras robotisé à l'extérieur, lequel a déjà réussi ses tests pilotés depuis le centre de contrôle au sol, sont au programme.

Après leur retour fin septembre, un nouvel équipage devrait décoller avec Shenzhou 13 en octobre, et une nouvelle arrivée de cargo Tianzhou est également prévue. Les autres modules importants de la station chinoise devraient arriver en 2022.

Source : Spaceflightnow

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
talex
Ouah, je suis impressionné qu’ils aient fait ça si rapidement. Je n’en avais pas spécialement entendu parler de leur station .Il semble qu’ils aient rattrapé leur retard
neaufles
Impressionnant cette avancée Chinoise, L’ un des pays à plus forte technologie.<br /> Leur réservoir de scientifiques et ingénieurs est immense.
manu_XP
Et quand ils y arrivent c’est déjà fonctionnel ? Respirable ?
ebottlaender
Oui Ils viennent de rentrer dans Tianhe il y a une grosse demi-heure, et ont commencé à «&nbsp;activer&nbsp;» la station.
Pck
Le «&nbsp;retour&nbsp;» du lanceur CZ-2F est il sous contrôle à la différence du précédent «&nbsp;CZ-5&nbsp;» ? Pour le reste, effectivement cela impressionne (station, Lune , Mars …) !!!
ebottlaender
Contrairement à CZ-5, le premier étage de la CZ-2F n’entre pas en orbite… Et dans tous les cas il est beaucoup plus petit. Donc tout est beaucoup plus contrôlé effectivement
adippe
Si la puissance financière et scientifique de la Chine avait pu profiter à l’ISS tout le monde aurait été gagnant à commercer par la science … seulement voila, les USA ont dit non par peur que leur suprématie soit mise à mal alors les Chinois ont eu à coeur de prouver qu’ils sont capables de faire au moins aussi bien que la coalition qui n’a pas voulu d’eux. Du coup on se retrouve avec 2 stations, 2 fois plus de pollution et d’énergie dépensée, et surtout une connaissance fragmentée au détriment de l’humanité. Quel gâchis sur fond de mentalité puérile à base de «&nbsp;c’est moi qui ai la plus grosse&nbsp;» !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Et si... on envoyait des tardigrades vers des étoiles lointaines grâce à un laser ?
Les start-up du NewSpace s'organisent pour proposer des dépôts de carburant en orbite
La recherche médicale déchiffre peu à peu les problèmes de vision chez les astronautes
Haut de page