Les câbles sous-marins de fibre optique peuvent servir de sismomètre

le samedi 23 juin 2018
Ultime frontière pour les Hommes, les fonds marins recèlent encore de nombreux mystères. Une équipe de chercheurs britanniques vient de découvrir, par hasard, que les câbles internet sous-marins qui relient les continents pouvaient servir à surveiller l'activité sismique au fonds des océans.

Comme un sismomètre, les câbles de fibre optique réagissent au passage d'une onde sismique, ce qui permet de déterminer l'épicentre et la puissance d'une secousse terrestre.

Les séismes en dessous de la magnitude 4 passent sous les radars


Il n'y a plus d'endroit sur les terres émergées du globe qui échappe encore à la surveillance sismique. Pour les zones les plus exposées, les sismomètres sont des vigies qui peuvent sauver des vies : au Japon, la région d'Osaka a encore payé un lourd tribut le week-end des 16 et 17 juin aux soubresauts de la croûte terrestre, avec 3 morts, plus de 200 blessés et des dégâts considérables.

Mais sous les océans, nous sommes encore aveugles. Maintenir des détecteurs de secousses sur le plancher océanique reste encore hors de portée, et les séismes d'une magnitude inférieure à 4 ne sont jamais recensés. Cela pourrait changer après la découverte faite par hasard par un groupe de chercheurs du Laboratoire national britannique de Physique.

cable sous marin


Un réseau de surveillance polyvalent et à moindre coût


L'équipe travaillait sur un réseau européen de fibre optique au service de différents projets, comme les horloges atomiques de prochaine génération. Pendant leurs essais en août 2016 sur un câble britannique, les chercheurs ont constaté que les vibrations près du câble généraient des bruits dans le signal. L'un de ses bruits provenait d'un séisme de magnitude 6 en Italie. En traversant la fibre, l'onde sismique déforme alors le signal.

Il suffit ensuite de mesurer le délai entre l'onde primaire et les ondes secondaires pour déterminer à quelle distance se situe l'épicentre du séisme. Répliquée à plusieurs câbles, la mesure permet d'affiner la localisation de la secousse. Immense avantage de la fibre, par rapport aux sismomètres : son faible coût (1 dollar le mètre), et le maillage de plus en plus serré des fonds océaniques offrent un réseau de surveillance d'une densité exceptionnelle. Les chercheurs imaginent d'autres usages comme la surveillance de la pollution sonore dans les océans, ou des migrations de mammifères.

Modifié le 21/06/2018 à 17h41
scroll top