Les robots, bientôt qualifiés de "personnes électroniques" avec des droits ? L'Europe y pense

22 juin 2016 à 14h00
0
L'Union européenne planche actuellement sur l'évolution des robots, de plus en plus sophistiqués, intelligents et capables de remplacer l'homme pour certaines tâches. Le statut de « personnes électroniques » est ainsi envisagé, et il serait associé à des droits et des devoirs spécifiques.

Que ce soit dans les usines ou dans le quotidien des personnes lambda, les robots s'installent petit-à-petit et sont destinés à prendre de plus en plus de place. Ils suscitent autant d'inquiétudes concernant les emplois potentiellement perdus à leurs profits, que de fascination vis-à-vis des tâches qu'ils peuvent accomplir pour faciliter l'existence des hommes. D'objets de science-fiction, ils sont en train de passer à objets du quotidien, et ce constat pousse l'Union européenne à s'interroger sur leur statut.

Dans un projet de motion du Parlement européen daté du 31 mai dernier, une réflexion autour du statut des robots se dessine. L'intelligence de ces machines, qui prennent parfois forme humaine et disposent d'une autonomie de plus en plus importante, pourrait ainsi pousser l'UE à adopter de nouveaux statuts pour désigner la main-d'oeuvre robotique en tant que « personnes électroniques ». Cette démonation devrait s'accompagner de nouveaux cadres juridiques : une situation rendue nécessaire, selon le document, par l'automatisation croissante et l'impact sur l'économie.

0320000008481042-photo-i-robot.jpg

Les robots, des personnes avec des obligations légales ?



Le projet de motion explique que les robots autonomes les plus sophistiqués « pourraient se voir accorder le statut de personnes électroniques avec des droits et des obligations spécifiques ». Les robots autonomes intelligents pourraient être inscrits à un registre spécifique, et pourraient également être associés à des fonds visant à couvrir d'éventuelles obligations juridiques. Des cadres qui seraient gérés par les propriétaires des robots, qu'ils s'agissent d'industriels ou de particuliers.

Une perspective qui ne fait pas l'unanimité chez les observateurs, qui estiment pour certains qu'une telle démarche bureaucratique pourrait retarder le développement de la robotique. C'est l'avis de Patrick Schwarzkopf, directeur général du département robotique et de l'automatisation de la VDMA, une association allemande qui rassemble de nombreuses entreprises de robotique. « Créer un cadre juridique pour des individus électroniques pourrait se produire dans 50 ans, mais pas dans 10 ans. »

N'en déplaise à l'industrie, les 3 lois de la robotique d'Asimov pourraient bien ne plus rester bien longtemps les seules appliquées aux robots. Si l'on associe de genre de réflexions à celles liées à l'évolution de l'intelligence artificielle, qui inquiète aujourd'hui beaucoup de scientifiques renommés, on constate l'émergence d'un questionnement qui prend de l'ampleur concernant l'intégration concrète des robots dans notre société.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Audi fait la promotion de son e-tron... aux stations de recharge Tesla
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Pampers se lance dans les
Orange lance son
2 Français sur 3 auront accès à la 5G en 2025, selon le patron de l'Arcep

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top