Le MIT conçoit une puce mobile avec un réseau de neurones artificiels

08 février 2016 à 10h34
0
On le sait, le smartphone de demain sera bien plus puissant que celui d'aujourd'hui, mais dans quelques années, c'est l'architecture matérielle elle-même qui pourrait changer.

Chaque année, les fabricants de puces mobiles dévoilent leurs nouveaux system-on-chip présentant des performances toujours plus avancées tout en tentant de réduire l'impact sur la durée de vie de la batterie et en augmentant constamment la capacité de la mémoire vive.

En quelques sortes, à l'heure actuelle, le smartphone calque donc l'évolution du PC. Mais demain, les constructeurs pourraient être influencés par les serveurs. En effet, lors de la conférence International Solid State Circuits, des chercheurs du MIT ont conçu un design de puce pour mobile avec un réseau de neurones artificiels.

Baptisée « Eyeriss », celle-ci est constituée de 168 cœurs et consommerait 10 fois moins de batterie que les GPU actuellement embarqués au sein des smartphones. Dans un réseau de neurones artificiels, chaque nœud traite les données qu'il reçoit avant de les transférer vers un autre nœud, un processus qui s'étend à chacun des cœurs pour diviser la réalisation d'une tâche et la traiter plus rapidement.

035C000008319222-photo-cerveau-neurone.jpg


Chacun des cœurs présente la particularité de posséder sa propre mémoire et de communiquer avec les autres cœurs ; ils n'ont donc pas besoin d'accéder en permanence à une source de mémoire plus importante. Or pour amoindrir les effets sur l'autonomie de la batterie, les chercheurs ont réussi à optimiser les transferts d'un nœud à l'autre et chacun compresse les données avant de les envoyer.

Un réseau de neurones artificiels au sein d'un smartphone offrirait plusieurs possibilités nécessitant aujourd'hui un calcul déporté sur un serveur externe. C'est par exemple le cas d'une application de traduction, de reconnaissance d'objets ou encore de détection de visages. Il est intéressant de noter qu'un ingénieur de NVIDIA a pris part à ces travaux. Aussi, nous rapportions récemment que Google planchait sur sa propre puce et souhaitait intégrer la reconnaissance d'images et de visages directement dans les smartphones.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
scroll top