Deep learning : quand l'intelligence artificielle tente d'imiter le cerveau humain

le 24 novembre 2015 à 16:01
 0
En seulement quelques années, le « deep learning » (technique d'apprentissage profond des machines) a révolutionné le domaine de l'intelligence artificielle. Basée sur des réseaux de neurones artificiels à multiples couches, cette technologie a permis aux scientifiques de réaliser des progrès considérables en matière de reconnaissance et de classification des données. Les géants de la high-tech Apple, Facebook, Google, Microsoft, mais aussi une multitude de start-up à travers le monde l'utilisent pour développer leurs applications.

Sans que l'on s'en rende compte, les avancées technologiques réalisées grâce au deep learning nous permettent de profiter quotidiennement de fonctionnalités qu'il aurait été impossible de créer il y a quelques années... Des services tels que Cortana de Microsoft, Siri d'Apple, ou encore Now de Google pour ne citer que les plus connus découlent de cette méthode mêlant neurosciences, mathématiques, et nouvelles technologies. Outre le développement des applications de reconnaissance vocale précitées, le deep learning est surtout utilisé pour apprendre à identifier le contenu des images. Facebook s'en sert par exemple pour son application de reconnaissance faciale DeepFace qui permet d'identifier et taguer les personnes qui se trouvent sur les photos partagées par ses membres.

Le deep learning est également exploité pour développer des systèmes de traduction en temps réel, de traitement du langage naturel (synthèse et reconnaissance vocale). En résumé, les scientifiques cherchent à apprendre à des programmes informatiques, à comprendre et interpréter des images et du son, dans le but de développer des applications qui vont des fonctions des terminaux mobiles aux réseaux sociaux, en passant par l'automobile, la robotique, ou encore la médecine.

03E8000007222400-photo-h-getty-images-cerveau-retaillee.jpg


Qu'est-ce que le deep learning ?



Comme le machine learning, le deep learning est un ensemble de techniques informatiques permettant d'enseigner aux machines à apprendre par elles-mêmes. Le machine learning est une méthode d'apprentissage automatique utilisée pour trouver des correspondances entre des produits sur des sites marchands, par exemple. Typiquement, lorsque vous consultez le pitch d'un livre sur un site comme Amazon, il va vous proposer des articles de la même famille susceptibles de vous intéresser.

Le deep learning est une technique d'apprentissage dit « profond » permettant à un programme informatique d'apprendre à identifier le contenu d'une image, ou de comprendre le langage naturel. C'est une forme d'intelligence artificielle qui tente grosso modo d'imiter le fonctionnement neuronal du cerveau humain, par le biais d'un réseau de neurones artificiels composé de milliers d'unités de calculs.

L'idée n'est pas nouvelle. Depuis les années 70, des chercheurs en IA tentent de percer les secrets du fonctionnement du cerveau humain dans l'espoir de pouvoir un jour le répliquer virtuellement et le transposer sur des machines qui deviendraient aussi intelligentes et autonomes que l'homme. Soyons clairs, ce scénario maintes fois imaginé dans des œuvres de science-fiction n'est pas près de se concrétiser, mais les recherches ont néanmoins progressé de façon spectaculaire et permettent de commencer à concevoir des machines plus intelligentes.

03E8000008209072-photo-blade-runner-robots.jpg

Dans le film Blade Runner de Ridley Scott sorti en 1982, les réplicants sont des clones humains plus vrais et dangereux que nature.


Après des années sans résultats probants, la communauté scientifique s'était peu à peu détournée des réseaux de neurones pour se concentrer sur d'autres formes d'analyses. Ils sont revenus sur le devant de la scène vers la fin des années 2000, grâce aux travaux de Geoffrey Hinton et Yann LeCun, deux éminents chercheurs à l'origine de la création du deep learning et qui ont été, depuis, recrutés respectivement chez Google et Facebook. Ils ont développé de nouveaux modèles de réseaux de neurones basés sur plusieurs couches et capables d'effectuer un apprentissage hiérarchique. Un peu comme le cerveau humain, les couches de neurones catégorisent d'abord les informations les plus simples, avant de passer aux données les plus compliquées. Exemple : le système apprend à reconnaître une lettre avant d'analyser un mot, une phrase, etc. Le deep learning est né, mais il a fallu attendre 2012 avec l'émergence d'une nouvelle génération de puces graphiques (GPU) et l'accès à davantage de données de masse (big data) pour que les scientifiques obtiennent des résultats encourageants.

Une fois n'est pas coutume, c'est Google qui est à l'origine des débuts de cette nouvelle révolution technologique. Dans le cadre de leur projet sur le deep learning, les ingénieurs du fameux laboratoire X-Lab parviennent à créer un réseau neuronal capable de reconnaître la tête d'un chat, et le visage d'un humain. Le réseau qui comprend 1 000 ordinateurs et pas moins de 16 000 processeurs (CPU) a analysé au hasard des millions de captures de vidéos issues de YouTube. Au bout de trois jours d'entraînement intensif, le système a pu reconnaître par lui-même ce qu'est un chat, ainsi que le visage d'une personne avec un taux de réussite de 70 %, une première ! À partir de là, la plupart des géants de la high-tech ont commencé à investir des fortunes colossales dans le deep learning. Début 2015 dans le cadre d'un challenge scientifique, les laboratoires de Microsoft Research et de Google ont annoncé avoir obtenu respectivement un taux d'erreur de 4,94 %, et de 4,8 % dans la reconnaissance d'images.

01F4000008209220-photo-google-research.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Intelligence artificielle

Incriminé pour son manque de réactivité, voire son inertie face au live diffusé par un terroriste lors de la fusillade de Christchurch, le réseau social Facebook promet de perfectionner son IA pour détecter les vidéos à caractère terroriste.
21/03 | Facebook
Nvidia lance son nano-ordinateur équipé d’un processeur ARM et d’un GPU Maxwell, un kit de développement proposé pour seulement 99$ (87 €). Il ambitionne de conquérir, à l’instar du Raspberry Pi, un marché de > intéressé par le deep learning et les réseaux de neurones artificiels.
21/03 | Mini-PC
Des chercheurs ont mis au point un système reposant sur une intelligence artificielle, capable de reconnaître des émotions à partir des signaux d’un électroencéphalogramme. Et les résultats obtenus sont sans précédent.
Intel va développer pour les États-Unis ce premier supercalculateur baptisé Aurora. La puissance extraordinaire de cette machine va être utilisée dans des travaux d’intelligence artificielle qui serviront à la recherche médicale, énergétique et environnementale.
La plateforme de formation en ligne Coursera a classé les pays du monde en fonction des compétences de leurs apprenants, selon trois domaines majeurs. La France s’y distingue particulièrement en data science, avec une 8e place mondiale.
Après la naissance d’une polémique au sujet de l’utilisation de photos publiques par IBM pour ses algorithmes de reconnaissance faciale, l’association Creative Commons a réagi. Selon elle, le droit d’auteur ne protège ni les photographes, ni les modèles, contre ce type d’usage. L’organisation appelle les pouvoirs publics à agir dans ce domaine.
Un groupe de chercheurs d’IBM aurait réussi à mettre au point une intelligence artificielle capable de détecter Alzheimer dans le sang d’une personne, près d’une dizaine d’années avant même que les symptômes n’apparaissent.
Une équipe de chercheurs en Californie vient de mettre au point une jambe robotique capable d’apprendre et de marcher d’elle-même, sans aucune connaissance préalable
Muzeek est une startup française qui a pour objectif de simplifier la création musicale. Grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle, la solution permet en effet de produire des morceaux épousant fidèlement le rythme d’une vidéo. Tout en respectant minutieusement le droit d’auteur.
L’éditeur ajoute une nouvelle fonctionnalité à son application venant en aide aux personnes atteintes de déficience visuelle. Elle leur permet d’obtenir une description audio d’une image, réalisée à l’aide d’une intelligence artificielle.
Une start-up japonaise, Vaak, a mis au point un logiciel capable de détecter un comportement suspect et de prédire la survenance d’un délit.
Google va proposer aux développeurs une suite de composants leur permettant de réaliser des objets connectés utilisant des modèles d’intelligence artificielle.
Un chercheur de l’INA a eu recours à l’intelligence artificielle pour évaluer le temps de parole des femmes dans les médias français, à partir d’un volume de données inédit. Et - sans surprise - l’étude révèle des inégalités, les interventions féminines représentant moins de la moitié de celles de leurs homologues masculins.
Selon une étude, le terme « intelligence artificielle » serait largement utilisé à mauvais escient dans l’écosystème des startups européennes. En effet, 40 % des jeunes entreprises identifiées comme exploitant cette technologie n’y aurait en fait jamais recours.
Prédire d’ou viendra le vent pour améliorer, notamment, le rendement des éoliennes. C’est l’idée qui se cache derrière une IA conçue conjointement par Google et DeepMind (une filiale britannique du géant californien). Cette dernière vise à prédire, avec un peu plus d’une journée d’avance, la direction précise du vent.
03/03 | Énergie
scroll top